Aller au contenu principal

La grange du Guilar, un nouveau magasin à la ferme à Bodilis (29)

Le premier confinement a multiplié son activité de vente à la ferme par quatre ! Pour offrir à sa clientèle une plus large gamme, Marc Le Verge vient d’ouvrir un magasin, en aménageant une grange en plein coeur de sa ferme, à Bodilis (29).

A quelques heures de l’ouverture, Marc Le Verge et Agnès, l’une de ses salariés, dans le magasin La grange du Guilar, à Bodilis.

La vente directe ? C’est en 2009, au moment de la crise de la vache folle, que Marc Le Verge, producteur de viande bovine à Bodilis, y songe pour la première fois. "Les prix se sont effondrés. Et j’ai bien failli quitter le métier". A la recherche de prix plus rémunérateurs, il se rapproche du Leclerc de Landerneau. Et avec cinq autres éleveur du secteur, il livre ses premières carcasses en 2010. "Ca a marché. Et j’ai repris goût au métier".

Une sacrée aventure
En 2013, il franchit une nouvelle étape, en construisant un laboratoire de découpe à la ferme, adossé à un magasin. Sous la marque Le bœuf s’emporte, les clients y trouvent de la viande fraîche ou surgelée de bœuf, né, élevé et transformé à la ferme, et de porc, produit à proximité par son frère. "Une sacrée aventure, se remémore l’éleveur. Elle m’a permis d’être encore plus pointu sur la technique. Et de mieux appréhender ce que souhaite le consommateur".

Un drive à la ferme
Peu à peu germe l’idée d’un magasin plus grand, permettant d’étoffer l’offre. Mais où l’installer ? Sur la ferme ? En centre-ville de Landivisiau, à quelques kilomètres de là ? Sur une route très passante ? Si la réflexion suit son cours, le premier confinement vient tout bousculer. "On a multiplié notre activité par quatre ! On a parfois eu du mal à suivre, ce qui nous a obligé à travailler sept jours sur sept".
Pour se conformer aux règles sanitaires en vigueur, Marc Le Verge lance un drive et constate avec surprise que 90 % de ses clients parcourent moins de 5 km pour venir retirer leurs produits. Ce sont aussi eux qui l’incitent à élargir sa gamme, pain, légumes, fromages, œufs…, afin de faire la majorité de leurs achats en un seul endroit.

Un magasin dans la grange
"Du coup, on a accéléré notre projet. Et pris la décision d’aménager un magasin dans une grange, en plein coeur de la ferme". Construite à la sortie de la première guerre pour y loger vaches, chevaux et betteraves, elle abrite des truies au début des années 60, avant de redevenir une étable. "Nous avons décidé de la garder dans son jus. Et d’utiliser un maximum de récup’". Et c’est ainsi que les portes de l’îlot central proviennent de l’ancienne porcherie. "Ca donne un air vintage au magasin".
Ouvert depuis le 11 novembre, il offre encore plus de choix, farine, cidre et jus de pomme, yaourts, confitures, volailles… provenant à 80 % d’un rayon de 30 km. "Seul le vin vient d’un peu plus loin", précise Marc Le Verge, qui en a aussi profité pour donner un coup de pouce à des jeunes qui s’installent, comme cette productrice de légumes de Plougar ou cette éleveuse de Rosnoën, et pour nouer des partenariats. "L’apiculteur qui fournit le miel mettra ses ruches dans notre colza. Et puisque je proposais déjà une saucisse à la bière Coreff, on trouve une bonne partie de leur gamme dans le magasin". Un marin-pêcheur est également présent, tous les vendredis.

Présent sur Facebook et Instagram
Le magasin compte 60 m² de surface de vente et un espace de stockage de 30 m². "Il nous servira à préparer les commandes du drive et celles des écoles, des collectivités, des maisons de retraite ou revendeurs qui s’approvisionnent chez nous", indique Marc Le Verge. Pour l’épauler, il emploie une personne à mi-temps sur la ferme et un boucher qui, d’ici peu, proposera charcuterie et plats préparés. La préparation des commandes, la gestion des stocks et du magasin nécessitent un temps plein et un mi-temps. "Sans compter un ancien stagiaire qui, quelques heures par mois, gère le site internet, Facebook et Instagram". Un volet indispensable pour toucher une clientèle jeune, adepte des réseaux sociaux et d’une nouvelle façon de consommer.

Bienvenue à la ferme vous aide

Avec 290 adhérents et 170 points de vente ou drive fermiers, la marque des chambres d’agriculture Bienvenue à la ferme est bien implantée en Bretagne. Afin de mieux faire connaître ses producteurs, le réseau organise marchés à la ferme, portes ouvertes, animations… Il épaule aussi ses adhérents pour aménager leur espace de vente, repenser leur signalétique… "Une meilleure visibilité des produits locaux incite les consommateurs à acheter davantage, indique Catherine Auffret-Laurent, animatrice du réseau finistérien. Il est indispensable, pour les producteurs, d’optimiser leur point de vente, en le pensant "parcours client". Nous avons des outils pour les aider".

PRATIQUE

Situé au Guilar, sur la commune de Bodilis, le magasin est ouvert :
- le mercredi et le vendredi, de 15h à 19h
- le samedi, de 10h à 16h

Site internet : www.le-boeuf-semporte.fr

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le cheptel porcin chinois reconstitué, la filière française en crise
Le ministère de l’Agriculture chinois vient de révéler que le nombre de porcs vivants sera bientôt au même niveau qu’avant la…
Faux et menaces sur l’emploi, les rebondissements du cartel des jambons
Les rebondissements continuent dans l’affaire du cartel des jambons tant sur le plan judiciaire qu’économique. La Cooperl clame…
"Une démarche remplie d’espoir et de sens"
Quatre ans après la création de "C’est qui le patron ?!", son fondateur, Nicolas Chabanne, revient sur l’évolution de la marque…
Pompiers volontaires : Laïta favorise l’engagement de ses salariés
Une convention avec le Sdis 29 l’a officialisé : Laïta va octroyer jusqu’à 10 jours par an à ses salariés sapeurs-pompiers…
La grange du Guilar, un nouveau magasin à la ferme à Bodilis (29)
Le premier confinement a multiplié son activité de vente à la ferme par quatre ! Pour offrir à sa clientèle une plus large gamme…
Le boycott des produits français : quel impact pour la Bretagne ?
Les appels au boycott de produits français se sont multipliés depuis le samedi 24 octobre dans plusieurs pays du Moyen-Orient…
Publicité