Aller au contenu principal

La Normande à Mauron : intérêt particulier   de Normande 35

Lors de l’assemblée générale Normande 35 qui s’est déroulée le 9 Juin 2021, les éleveurs adhérents du syndicat de race ont visité le Cirbeef, ferme d’innovation et de recherche des Bouviers (Mauron 56 - Institut de l’Elevage).

Premier groupe de la visite (éleveurs adhérents Normande 35) devant les vaches normandes à l’engraissement au pâturage.

 

La station travaille sur la valorisation de la viande issue du troupeau laitier et une partie des essais actuels concernent la race Normande. Ces essais intéressent particulièrement Normande 35 qui depuis 2018 est à l’initiative de l’association "Ma Normande Locale" : une association Bretagne - Pays de la Loire qui a pour but de faire la promotion et de valoriser la viande normande en restauration collective et commerciale.
Roger Brault, président Normande 35 et président de Ma Normande locale, Frédéric Guy, responsable du Cirbeef et Clément Fossaert, ingénieur sur les essais, ont pu échanger avec les éleveurs adhérents présents ce jour-là, sur le contexte et les enjeux des filières lait-viande ainsi que sur les essais conduits en station.

Pourquoi ces essais, en quelques chiffres
En 2017, le cheptel laitier fournit près de 35 % des volumes de viande rouge produits en France. Huit femelles sur dix finissent en vache de réforme et deux veaux mâles sur trois intègrent la filière veaux de boucherie.
Le repli de la consommation de viande de veau et l’effondrement de l’engraissement de jeunes bovins laitiers entraînent une forte disponibilité en veaux et déprécient leur valeur. Les importations de viande de femelles laitières étrangères estimées à 218 000 t eq carcasse (40 % des besoins de la filière) sont principalement destinées à la RHD (Restauration Hors Domicile). Peut-on imaginer au travers de nouvelles productions de viande rouge issue du troupeau laitier accroitre la valeur des veaux et garder la valeur ajoutée sur le territoire ?
280 000 t eq carcasse est la quantité totale de viande bovine importée en 2017, 78 % étant de la femelle laitière. Ces chiffres ont orienté le travail sur la valorisation de la viande issue du troupeau laitier pour la ferme des Bouviers, sous l’impulsion de la filière laitière et notamment le Cniel et la FNPL. Pour Normande 35, c’est la création de "Ma Normande locale" qui illustre bien la prise en compte de ce contexte et la volonté de regagner de la valeur ajoutée.

Des bœufs normands de 17 mois
Un des axes de travail des Bouviers est la production de viande rouge à partir de veaux issus du cheptel laitier. Les travaux en cours visent à comparer différents croisements lait x viande pour une production de viande rouge destinée à la restauration hors domicile. Les attentes de la filière sont des carcasses légères, jeunes, bien finies c’est-à-dire autour de 300 kg carcasse, d’animaux âgés de 15 - 18 mois avec une régularité de production. Les itinéraires retenus sont ceux qui concilient coûts de production et enjeux sociétaux en maximisant la part d’herbe dans la ration et la durée de pâturage. Les sept types génétiques retenus sont les croisements fréquemment utilisés sur Holstein (Blanc-Bleu ; Charolais ; Limousin ; INRA95), l’Angus (témoin) et le Normand pur et le croisé Limousin.
Depuis fin 2019, quatre séries de veaux mâles sont entrés sur la ferme pour produire des bœufs de 15 à 18 mois. Les premiers abattages ont eu lieu début 2021. Dès octobre, quatre séries de femelles vont suivre les 224 bœufs produits.
Les veaux sont âgés de deux à trois semaines à leur arrivée. Ils sont en nurserie pendant 12 semaines puis changent de bâtiment en attendant d’être suffisamment grands ou que les conditions climatiques le permettent pour aller au pâturage. Ils sont sur la station jusqu’à leur 17 mois et seront finis soit à l’auge en bâtiment soit au pâturage en fonction de la période de l’année.

Des vaches normandes à l’engraissement
Le projet intitulé Valnor est centré sur l’optimisation de la valorisation de la viande de vache normande de réforme. Il a pour objectif d’optimiser les conditions de production de la viande de vache Normande, en vue de produire une viande de qualité, créatrice de valeur ajoutée pour les éleveurs laitiers et la filière viande bovine de Normandie. Il a également pour but une amélioration de la qualité globale du produit, et sa meilleure valorisation via la production de références concernant l’ensemble des aspects de la qualité de la viande de vache Normande.
Le projet Valnor inclut la réalisation de deux essais à la station expérimentale des Bouviers autour des régimes de finition. Le premier essai est actuellement en cours : pour cet essai, 46 vaches sont arrivées en deux lots, courant mars 2021, avec une moyenne d’âge de 5,4 ans et un poids moyen de 618 kg.
L’objectif de cet essai est de comparer trois régimes de finition pour l’obtention de carcasses bien finies. Les régimes de finition choisis sont d’une part un régime témoin avec maïs ensilage et tourteau de colza, d’autre part un régime composé de 2/3 d’enrubannage d’herbe et 1/3 de maïs ensilage et du blé, enfin un régime pâturage, dans une prairie à flore variée implantée en septembre 2020.
Cet essai suit actuellement son cours et se poursuivra au cours des prochaines semaines. Les résultats sont attendus à l’automne et les éleveurs du syndicat 35 sont impatients de les avoir.

Des nourrices normandes
Des observations de production de veaux sous de la mère de race normande sont également conduites sur la station. Le but étant de produire au moins trois veaux adoptés de 140 à 150 kg carcasses par vache. Une grande attention est portée sur les capacités d’adoption des vaches. En début de lactation, deux veaux âgés de 15j à trois semaines sont mis à l’adoption et vendus lorsqu’ils atteignent les objectifs de poids. Au départ du premier veau il est remplacé par un troisième veau également âgé de 15j à trois semaines. Le deuxième veau ayant été adopté en même temps que le premier. Les départs sont espacés de deux à quatre semaines. Le troisième veau finit donc la lactation de la vache.

Tablo

Ma Normande Locale en quelques chiffres

Cahier des charges : > 330 kg - conformation O ou R - état d’engraissement 3
80 éleveurs engagés : 50 dans le 35 / 20 dans le 44 / 10 dans le 56
749 vaches abattues sur 2018-2019-2020
2019 : 391 kg carcasse en poids moyen / 90 % des vaches en engraissement 3, conformation O ou R
2020 : 396 kg carcasse en poids moyen / 91 % des vaches en engraissement 3, conformation O ou R

 INFO : Si vous souhaitez des renseignements sur la filière, contactez-le : 02 96 800 300

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Monotraite : Serge Hochet ne reviendrait pas en arrière
Dans le cadre des rendez-vous techniques bio, des éleveurs de la région témoignent de leur expérience. À l’EARL des Genêts, à…
innovation - Parc au sol : les lapins ont désormais leur loft
Les sociétés miXscience et Sanders du groupe Avril ont travaillé en partenariat avec le groupement Evilap et l'abattoir SNV à un…
Bien-être en poulet de chair, l’équation impossible ?
Danger ou opportunité ? La question du bien-être est au coeur des préoccupations de la filière avicole. Quelles évolutions et…
"Un demandeur d’emploi sur deux change de branche d’activité"
Pôle emploi Bretagne et l’Anefa (Association nationale emploi formation en agriculture) organisent, aux côtés de leurs…
La réduction des phyto au cœur d’un échange avec les lycées agricoles
Quatre classes de lycées agricoles bretons ont pu participer à un temps d’échange autour de la réduction des produits…
Rendez-vous techniques bio du 5 au 7 octobre
Les chambres d’agriculture de Bretagne vous proposent des Rendez-vous dans différentes filières de production, pour vulgariser…
Publicité