Aller au contenu principal

Laïta veut accroître sa présence à l’étranger

Réalisant 12 % de son chiffre d’affaires au-delà de l’Union européenne, Laïta entend profiter des accords commerciaux pour accroître encore sa présence sur les marchés mondiaux. Mais Guy Le Bars, son président, n’oublie pas que les filières viande, bœuf, porc ou volaille, sont, elles, fortement impactées.

Guy Le Bars, président de Laïta.

"Le multilatéralisme n’est plus d’actualité et a laissé place à des accords bilatéraux, constate Guy Le Bars, président de Laïta. Et l’Europe s’y met". Issue du regroupement des activités laitières de trois coopératives, Even, Terrena et Eureden, Laïta a vu le jour il y a 10 ans déjà. Exportant vers plus de 110 pays, l’entreprise réalise 12 % de son chiffre d’affaires hors de l’Union européenne. Et regarde avec attention ces accords. "Pour le moment, c’est plutôt positif pour la filière laitière : nous pouvons exporter. Et nos spécificités, telles que les AOP, sont protégées".

Championne de la gastronomie… et des contraintes
A l’étranger, les produits bretons bénéficient en général d’une bonne réputation, en surfant sur l’image de la France, championne de la gastronomie mais aussi des contraintes réglementaires et de la sécurité sanitaire. Et parmi les derniers accords en date, le marché le plus prometteur semble être le Japon, où Laïta est déjà présent. "C’est une grande puissance mondiale, analyse Guy Le Bars. Avec un faible degré d’autosuffisance alimentaire". Mais les échanges sont lents à mettre en place, les autorités étant très strictes sur la réglementation.
Avec le Canada, les choses sont déjà plus avancées. "On exporte des pâtes molles, des pâtes fraîches". Le Vietnam, en croissance économique, intéresse aussi l’entreprise laitière, qui y dispose déjà d’un bureau de vente. "On a commencé à y faire du commerce, notamment avec du fromage à pâte pressée".
Si Laïta pressent quelques possibilités au Mexique, elle lorgne également du côté du Mercosur. "Le Brésil et l’Argentine vont délaisser les productions animales à
forte contrainte de main d’oeuvre, car ils peinent à trouver de la main d’oeuvre spécialisée, estime Guy Le Bars. Ce qui nous offre des opportunités". Et déjà l’entreprise
est présente au Brésil, avec des fromages à pâte molle, du beurre à marque Paysan breton…
Pour le moment, Laïta n’est présente ni en Australie ni en Nouvelle-Zélande. "Ce dernier pays est un concurrent redoutable, capable de faire basculer le marché laitier". Mais rattrapé par des problèmes environnementaux, notamment d’algues, peut-être va-t-il atteindre sous peu ses limites. "Et il semble vouloir développer le tourisme".

Des accords bénéfiques mais...
Si les accords commerciaux sont plutôt bénéfiques pour la filière laitière, Guy Le Bars n’oublie pas que les producteurs de lait sont également producteurs de viande bovine, "une filière fortement impactée par certains de ces accords, comme le sont aussi les filières volaille et porc".

Laita

Laïta en quelques chiffres

➲ 2 670 exploitations laitières
➲ 1,5 milliard de litres de lait collectés
➲ 2 960 salariés
➲ 1,4 milliard d’euros de chiffre d’affaires
➲ 6 sites industriels : Ancenis (44), Landerneau et Ploudaniel (29), Créhen, Lanfains et Yffiniac (22)

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Albane et Sébastien ont ce "goût à traire"
"Que les jeunes n’aient pas peur de s’installer, c’est prenant mais il y a plein d’avantages !". Albane Le Gal et Sébastien…
Nouvelle convention collective nationale pour l’agriculture en 2021
À partir du 1er avril 2021, une convention collective nationale couvrant toutes les entreprises et les salariés de la production…
Son foncier permet une installation et restructure deux exploitations
Producteur de lait à Poullan sur Mer (29), Jean-Claude Péron, 57 ans, souhaitait lever le pied. Après réflexion, il décide de…
Former 150 jeunes chaque année
Le groupe Lactalis investit dans l’apprentissage. Son centre de formation va ouvrir cette année. 150 jeunes y seraient formés…
Demain 10 000 ha de Leggo !
Dans le cadre de l'ambition française de développement de l'autonomie protéique, le grand ouest se fixe pour objectif de répondre…
Agriculture : bienvenue en 2030 !
L’année 2021, débute. Après une année particulière, qui aura marqué les esprits, mais aussi un tournant dans le monde agricole et…
Publicité