Aller au contenu principal

Le bien-être animal, une préoccupation constante des éleveurs !

Souhaitant conserver un lien avec le grand public malgré l’interdiction des rassemblements, Agri Deiz a fait, cette année, le choix d’un festival en live, sur les réseaux sociaux, en multipliant vidéos et tables rondes. Au programme de l’une d’entre elles, le bien-être animal a permis à deux éleveurs et un vétérinaire de rappeler qu’il fait partie de leurs préoccupations quotidiennes.

Producteur de lait à Ergué-Gabéric, Eric Le Roy établit une relation privilégiée avec ses animaux, dès leur plus jeune âge.

"Si on fait ce métier, c’est pour le contact avec les animaux, précise d’emblée Adrien Montefusco, producteur de porcs à Saint Yvi (29). Et ils nous le rendent bien ! Le bien-être animal facilite mon travail au quotidien : le troupeau est calme, serein, et je peux intervenir facilement, sans prendre de risques". Un avis que partage Eric Le Roy, producteur de lait à Ergué-Gabéric, aux portes de Quimper. "Les animaux sont moins nerveux, viennent plus facilement vers nous". Une relation qu’il travaille dès la naissance, en passant beaucoup de temps avec eux, pour un résultat qui se passe de commentaires, comme en témoigne la photo ci-contre.
"Je constate tous les jours que les agriculteurs tissent des relations très fortes avec leurs animaux, confirme le Dr Toudou, le nom que ce jeune vétérinaire rural a choisi pour son compte Twitter. Et quand je suis obligé d’en euthanasier un, c’est parfois compliqué pour eux".

 

Expliquer sur les réseaux sociaux

Mais les clichés ont la vie dure. Et les éleveurs sont souvent malmenés sur les réseaux sociaux. Pour tenter de rétablir la vérité, nombreux sont les éleveurs qui, à leur tour, s’investissent sur la toile. "J’ai commencé après une visite à la ferme", raconte Adrien Montefusco. A la recherche d’une idée pour toucher un plus large public, il décide de baptiser son site du nom de Luna de Kereonnec, l’une des truies de son élevage, et de la suivre dès la naissance. "Le site a démarré le 30 mars 2018. Et après la croissance et l’engraissement de Luna, on peut maintenant suivre sa vie de truie : elle en est à sa sixième mise-bas".
L’éleveur y explique son quotidien et n’occulte aucun sujet. "La claustration des truies gêne une partie de la société. Depuis 2013, les gestantes sont élevées en troupeau. Et des essais ont démarré pour des cases liberté en maternité". Voilà trois ans qu’il fait aussi des essais, avec son groupement, sur l’arrêt de la caudectomie. "Jusqu’à présent, c’était une pratique systématique en élevage car les porcelets ont tendance à jouer avec la queue de leurs congénères qui, à force de saigner, peut s’infecter". Mais les causes de cette caudophagie sont nombreuses, "et je n’ai toujours pas trouvé de recette miracle qui me permette d’arrêter de couper les queues, en étant sûr d’avoir 100 % de réussite". S’il reconnaît que les attentes de la société sont très fortes, "il nous faut un peu de temps pour nous adapter. Mais nous savons le faire : depuis 20 ans que j'élève des cochons, je n'ai cessé de faire évoluer mes façons de faire".

La santé est une part importante du bien-être animal.

Contrer l'agribashing

Avec 1 800 abonnés sur Twitter, plus de 2 000 followers sur Facebook, Luna est maintenant connue. "Je suis fier de mon métier", affirme Adrien Montefusco, qui apprécie les commentaires encourageants qu’il reçoit régulièrement. "Et communiquer sur le monde agricole ne me demande que quelques heures par semaine".
"Moi, j’ai commencé à la sortie du premier confinement, se souvient le Dr Toudou. Il y a eu un gros retour de bâton sur l’agribashing. J’ai eu envie d’exprimer ce qui se passe réellement en élevage". Et ça a donné naissance à des chroniques intitulées Brèves d’étables, superbement écrites, parfois drôles, souvent touchantes. "Je suis admiratif du monde agricole : ce sont des gens courageux, passionnés et passionnants, qui travaillent très dur malgré les critiques et les difficultés". Et "grâce à la magie de Twitter", son compte totalise désormais plus de 9 400 abonnés.

 

Moins d'antibiotiques

"La santé est une part importante du bien-être animal", tient à préciser le Dr Toudou. Et là aussi, les éleveurs ont fait des progrès. "L’utilisation des antibiotiques a diminué de 53 % depuis 2011", note le vétérinaire. "On travaille différemment, renchérit Adrien Montefusco, en citant la prévention, la biosécurité, une meilleure hygiène en élevage… Par exemple, j’utilise désormais du kaolin en pansement gastrique".

 

Plus d'anti-douleurs

Depuis quelques années, la douleur est également prise en compte en élevage. "Depuis 10 ans, les veaux peuvent bénéficier d’anti-inflammatoires au moment de l’écornage, rappelle le Dr Toudou. Des formations permettent maintenant aux éleveurs d’anesthésier leurs animaux".
Sur l’ensemble de ces sujets, les pratiques évoluent constamment. "Pour le faire savoir, il ne faut pas hésiter à ouvrir nos élevages, plaide Eric Le Roy. En commençant par les écoles primaires de nos communes : les enfants en parleront à leurs parents, le soir, en rentrant".

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Quand agriculteur et apiculteur travaillent de concert
Voilà 4 ans déjà que Frédéric Mésangroas, producteur de porcs à Plouigneau (29), accueille les ruches de Daniel Le Louët. Au fil…
Le retour très controversé des protéines animales transformées
Le 14 avril dernier le Standing Committee on Plants, Animals, Food and Feed (Scopaff - en français Comité permanent des végétaux…
Le Space sera bien là en 2021, à Rennes
Le salon de l'élevage fait son grand retour à Rennes. Entre soulagement, fierté et impatience, les organisateurs du Space livrent…
Les Entreprises des territoires en recherche constante de reconnaissance
Les entreprises des territoires (EDT) se réunissaient encore une fois en viso conférence pour l’assemblée générale 2021. l’…
Porcs : les éleveurs demandent la fin de la castration
"On bute sur le mur des abatteurs… Si le gouvernement ne nous aide pas, ça va être compliqué". Mardi dernier, l’association pour…
L’agriculture intensive et le hors sol : une chance pour la Bretagne

Productiviste, industrielle et intensive à outrance : voilà les qualificatifs réducteurs et mensongers dont certains ne…

Publicité