Aller au contenu principal

Le Ceta (Canada)

canada

Population : 37,6 millions d’habitants.
Echéances : Le Ceta est entré en vigueur provisoirement en 2017. L’accord doit ensuite être ratifié par l’ensemble des États membres de l’UE, ce que les députés français ont fait en juillet 2019.
Contexte : Hasard du calendrier, la ratification du Ceta en France est intervenue à la suite des États généraux de l’alimentation. Face à des droits de douane ramenés à zéro pour 92 % des produits agricoles et agroalimentaires, le monde agricole a vivement critiqué la concurrence déloyale accrue et les risques sanitaires potentiels. Protégés par un système de gestion de l’offre au Canada, la viande de poulet et de dinde, les œufs et ovoproduits sont entièrement exclus de l’accord.
A l’importation :  Certains produits agricoles et agroalimentaires considérés comme "sensibles" auront des droits de douane nuls dans la limite d’un certain volume annuel, appelé contingent. L’UE a identifié les produits sensibles suivants : le bœuf (contingent de 67 950 t), le porc (75 000 t), le blé tendre (100 000 t) et le maïs doux (8 000 t). Pour le secteur de l’élevage, les contingents représentent respectivement 0,6 % et 0,4 % de la consommation intérieure de l’UE en bœuf et en porc et concerneront principalement des morceaux précis à forte valeur ajoutée (comme l’aloyau pour la viande bovine).
A l’exportation :  Côté canadien, le régime de produits "sensibles" concerne les produits laitiers. L’UE pourra ainsi exporter des fromages à droit de douane nul dans la limite d’un contingent annuel de 18 500 t. Cela correspond à un doublement des volumes actuels de fromages importés par le Canada et à environ 4 % de la consommation intérieure. La poudre de lait reste taxée à 204 %.
Et pour la Bretagne ? Avec 1,2 million d’euros, le chiffre d’affaires breton des exportations de produits laitiers et fromages vers le Canada représente 2,1 % de la valeur des exportations nationales en 2019. La région est sur une dynamique favorable puisque, en deux ans, depuis l’entrée en vigueur provisoire du Ceta en 2017, elle a multiplié ses ventes par 6,5 !


 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Quand agriculteur et apiculteur travaillent de concert
Voilà 4 ans déjà que Frédéric Mésangroas, producteur de porcs à Plouigneau (29), accueille les ruches de Daniel Le Louët. Au fil…
Le retour très controversé des protéines animales transformées
Le 14 avril dernier le Standing Committee on Plants, Animals, Food and Feed (Scopaff - en français Comité permanent des végétaux…
Le Space sera bien là en 2021, à Rennes
Le salon de l'élevage fait son grand retour à Rennes. Entre soulagement, fierté et impatience, les organisateurs du Space livrent…
Les Entreprises des territoires en recherche constante de reconnaissance
Les entreprises des territoires (EDT) se réunissaient encore une fois en viso conférence pour l’assemblée générale 2021. l’…
Porcs : les éleveurs demandent la fin de la castration
"On bute sur le mur des abatteurs… Si le gouvernement ne nous aide pas, ça va être compliqué". Mardi dernier, l’association pour…
L’agriculture intensive et le hors sol : une chance pour la Bretagne

Productiviste, industrielle et intensive à outrance : voilà les qualificatifs réducteurs et mensongers dont certains ne…

Publicité