Aller au contenu principal

Le Space sera bien là en 2021, à Rennes

Le salon de l'élevage fait son grand retour à Rennes. Entre soulagement, fierté et impatience, les organisateurs du Space livrent les premiers contours de cette nouvelle édition. L'enjeu lui reste le même, proposer aux éleveurs des solutions innovantes et fiables pour la conduite de leurs exploitations et un espace pour se retrouver, échanger, construire demain.

Les 14, 15 et 16 septembre prochain il faudra donc être à Rennes pour vivre pleinement l'événement. Le 17 septembre sera lui en digital.

Les organisateurs du Space sortent le grand jeu pour le retour du salon international de l'élevage le plus couru de la rentrée. Après une année 2020 en 100 % digital dûe à la crise sanitaire, Anne-Marie Quemener, commissaire générale et Marcel Denieul, président du salon sont fiers de lancer cette 35e édition "en responsabilité". Les 14, 15 et 16 septembre prochain il faudra donc être à Rennes pour vivre pleinement l'événement. Le 17 septembre sera lui en digital "pour permettre au plus grand nombre de suivre les conférences devant son écran", explique le président.

 

Un retour sous protection

"Nous savons que le salon génère de fortes attentes auprès des éleveurs et des exposants, nous comprenons aussi les inquiétudes liées à un tel rassemblement dans la période épidémique. Nous avons donc mis en place un protocole, dans le respect des instances sanitaires de l'Etat et entrons pleinement dans le cadre du Pass sanitaire qui permettra l'entrée au parc expo" (voir encadré). "Nous avons pleinement conscience de notre responsabilité en tant qu'organisateur, de réaliser un événement dans des conditions sanitaires acceptables pour tous. La vaccination poursuit son cours, nous nous inscrivons dans cette continuité", estime Marcel Denieul.

 

Une attente professionnelle

"Mes collègues éleveurs me disent l'importance de ces moments d'échanges entres eux et avec les exposants lors du salon", rappelle Marcel Denieul qui a hâte de pouvoir revivre ces temps forts. Outre l'envie collective de retrouver une vie sociale plus intense, le monde agricole attend du salon des reponses à des questions professionnelles. Les métiers sont en évolution permanente. "Le Space est l'endroit où l'on vient chercher des réponses et un laps de temps de deux ans c'est très long dans nos métiers", assure l'élu. Du côté des exposants, même constat. Si la période épidémique n'a pas été chômée, loin de là, les innovations et autres présentations sont restées au second plan pour se concentrer sur l'urgence des besoins et la nécessité de tenir l'autonomie alimentaire de la France. Il est dorénavant temps de sortir les idées des cartons pour aller les proposer aux agriculteurs ! "Les exposants nous disent leurs impatiences de venir à la rencontre des clients, de proposer des produits mais aussi de partager avec eux leurs réflexions sur leur projets", explique Anne-Marie Quemener. "Nombreux sont ceux qui feront venir leurs équipes de recherche et développpement dans leurs stands pour permettre aux éleveurs de faire des demandes pratico-pratiques sur les outils en place ou ceux en devenir", soutient le président.

Space

Mes collègues éleveurs me disent l'importance de ces moments d'échanges entres eux et avec les exposants lors du salon, Marcel Denieul.

L'espace pour demain ancré au quotidien

L'un des grands pans du salon est l'Espace pour demain, qui aborde chaque année une thématique nouvelle en prenant en compte le quotidien des éleveurs. "Cette année, nous abordons un sujet qui a été souvent à la Une au Space mais qui continue d'être au coeur des exploitations animales : le bien-être", explique Marcel Denieul. Autour du thème : "Bien vivre le bien-être", trois tables-ronde feront vivre le débat pour les filières volaille, porcine et laitière confrontées aux enjeux de bien-être animal et à celui de l'éleveur qui doit aussi être pris en compte. "Si ce n'est pas une découverte, l'ambiance délétère que subissent les agriculteurs n'est pas acceptable. Ces moments d'échanges seront l'occasion de prendre la parole sur les réalités du métier et non sur des caricatures", prévient l'agriculteur. Et d'ajouter : "c'est essentiel de donner la parole à tous dans un contexte où les agriculteurs sont présents. Ainsi, nous souhaitons ouvrir le débat, aux éleveurs, mais aussi aux associations welfaristes pour entendre les attentes sociétales". Aujourd'hui il est acté que la seule législation ne régit pas la consommation des français, la pérénité de l'élevage dépend alors de la capacité de chacun à communiquer, à se comprendre et à faire évoluer sa pensée ou ses pratiques. Les débats de l'Espace pour demain ont vocation à démontrer les modifications qui ont déjà eu lieu, celles qui sont possibles, celles qui seront difficiles, mais aussi de permettre un échange constructif des différentes parties prenantes.

 

Le ring reprend des couleurs

Les vaches seront aussi de la fête. Les concours animaux pourront bien se tenir sur le traditionnel ring vert ! Les présentations animales, ressérées sur trois jours seront dynamiques avec la présentation des races à viande dès le mardi. Le concours national de la race à l'honneur, la Rouge des Prés lancera la journée et sera suivi du challenge européen de la Simmenthal. Le mercredi, le national Normand fera son entrée et le jeudi la Prim'holstein viendra conclure les présentations. Un programme chargé auquel viendra s'ajouter, en digital, la vente aux enchères. L'occasion pour tous de fouler les allées du ring, et sans doute aux responsables politiques de poser en bonne compagnie à l'aube du lancement de la prochaine campagne présidentielle. Les agriculteurs, eux, ne manqueront pas d'interpeller pour exiger la nécessaire reconnaissance du travail fourni pour assurer l'autosufisance alimentaire française.

Space

L'info en plus ! Plus de 100 dossiers ont déjà été déposés pour les trophées Innov'Space. "C'est une grand signe de la vitalité du secteur et de l'élevage", estime Anne-Marie Quemener.

 

Pass sanitaire : késako ?

À ce jour, le pass sanitaire permettant d'accéder aux allées du salon se fera sur présentation d'un des documents relatifs à la Covid-19 :
- le certificat de vaccination (2 doses),
- la preuve d’un test négatif RT-PCR ou antigénique, datant de moins de 48 heures,
- le certificat de rétablissement de la Covid-19 datant d'au moins 15 jours et de moins de 6 mois.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Quand agriculteur et apiculteur travaillent de concert
Voilà 4 ans déjà que Frédéric Mésangroas, producteur de porcs à Plouigneau (29), accueille les ruches de Daniel Le Louët. Au fil…
Le retour très controversé des protéines animales transformées
Le 14 avril dernier le Standing Committee on Plants, Animals, Food and Feed (Scopaff - en français Comité permanent des végétaux…
Le Space sera bien là en 2021, à Rennes
Le salon de l'élevage fait son grand retour à Rennes. Entre soulagement, fierté et impatience, les organisateurs du Space livrent…
Les Entreprises des territoires en recherche constante de reconnaissance
Les entreprises des territoires (EDT) se réunissaient encore une fois en viso conférence pour l’assemblée générale 2021. l’…
Porcs : les éleveurs demandent la fin de la castration
"On bute sur le mur des abatteurs… Si le gouvernement ne nous aide pas, ça va être compliqué". Mardi dernier, l’association pour…
Choucas des tours : que faire pour limiter les dégâts à l’agriculture ?
Cette année encore, les dégâts de choucas des tours sur les semis de maïs sont nombreux. Et les agriculteurs des environs de…
Publicité