Aller au contenu principal

LÉGUMES FRAIS / Le légume frais sollicité par le consommateur

Le Covid-19 aura impacté la filière des légumes frais à différents niveaux. Le retour aux fourneaux du consommateur français pendant le 1er confinement a favorisé la consommation de fruits et légumes frais français, alors que le développement des jardins familiaux a impacté à la baisse les achats de certains légumes comme la tomate.

42 % des choux-fleurs bretons produit dans le Finistère

Les surfaces sont stables en Bretagne par rapport à 2019 mais sont en baisse de 7 % par rapport à la moyenne sur 5 ans. Après des apports limités en début de campagne, en raison d’une météo pluvieuse, l’offre bretonne a été plus conséquente sur les mois de novembre et décembre. Mais le dynamisme de la demande à l’export (surtout vers l’Allemagne) n’a pas permis de compenser une demande terne avec la fermeture d’une partie de la restauration. Le chou-fleur est déclaré en crise conjoncturelle durant 12 jours à partir du 20 novembre. Sur la campagne, 3,95 millions de têtes sont orientées vers la transformation (10 % des apports bretons). Compte tenu de la hausse des volumes, la valorisation du chou-fleur bio a été compliquée.

Les chiffres de l'agriculture

-12 % Baisse de la production de tomates bretonnes en 2020 par rapport à 2019

Les surfaces diminuent de 1 % dans l’ouest alors qu’elles sont stables au niveau national. Après un bon début de campagne, les cours ont chuté à partir de juin et sont restés relativement bas tout l’été, avec une demande moindre en produits français en sortie de confinement. Les températures élevées de l’été ont limité les volumes de production. Avec le rafraîchissement du temps fin août, les volumes de production ont diminué mais la demande aussi. À partir d’octobre, le prix s’améliore du fait d’une diminution de l’offre. Les petits fruits (cerises, cocktail…), produits plus festifs, ont été les variétés les plus fortement impactées lors de cette campagne décevante en raison du confinement peu propice aux moments conviviaux.

Les chiffres de l'agriculture

 

 

Actualités de la filière

LES ENJEUX DE LA FILIÈRE POUR 2021 ET LES ANNÉES SUIVANTES

Pour augmenter ses volumes, la filière compte sur le fait que 2021 est l’année internationale des fruits et légumes proclamé par la FAO. Différentes opérations sont prévues : fête des fruits et légumes en juin, communication digitale, nouveau site web…
2020 a été la 1re année de la mise en place de l’interdiction de commercialiser avant le 1er mai des fruits et légumes bio produits sous serres chauffées.
En Bretagne, cela concerne surtout les tomates et les concombres. En 2020,cette nouvelle réglementation a favorisé en avril les importations en provenance du sud de l’Europe et ce flux s’est maintenu à partir du mois de mai, concurrençant la tomate bio bretonne.
À partir du 1er janvier 2022, la loi anti-gaspillage demande la suppression des emballages plastiques. Selon Interfel, en 2019, 37 % des fruits et légumes frais étaient vendus emballés, avec des emballages constitués de 70 à 80 % de plastique recyclable. Ces emballages permettent de protéger les produits des chocs et manipulations, des attaques microbiennes et parfois de la lumière. Cette application a été repoussée d’un an pour des quantités inférieures à 1,5 kg. Mais la pandémie de Covid-19 a relancé la demande du consommateur pour le pré-emballé.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"La délégation de travail accompagne les mutations agricoles"
Élodie Gapihan travaille au Crédit Agricole d'Ille-et-Vilaine. Elle est la seule chargée d'affaires en France, à suivre…
ETA Guillon-Barbot : l'innovation pour modèle économique
Depuis 1977, l'ETA Guillon-Barbot à Vitré (35) fait de l'innovation sa marque de fabrique avec une philosophie qui se veut simple…
OP et AOP seront au cœur de la PAC de 2023
Les organisations de producteurs, Op et les associations entre elles AOP, seront au cœur de la future PAC. Elles pourront…
"L'épandage sans tonne, c'est l'avenir !"
L'ETA Guégan à Saint Onen La Chapelle (35) a inauguré cette année son "épandeur sans tonne avec rampe à patins". Une première…
Le projet Egalim II du député Besson Moreau est sur la table
Le député LREM de l’Aube Grégory Besson-Moreau a enfin divulgué sa proposition de loi sur les relations commerciales dans le…
L’observatoire du coût de revient : "faire œuvre utile"
Apporter sa pierre à l’édifice pour la prise en compte du coût de revient des adhérents dans la construction du prix du lait, c’…
Publicité