Aller au contenu principal

Prince de Bretagne, premier groupement de producteurs de légumes bio

Producteur bio d'endives, échalotes, brocolis, potimarrons et légumes destinés à la surgélation, Georges Guézénoc, installé à Kerlouan (29), a succédé il y a un an à Jean-Jacques Le Bris à la tête de la section bio du Cerafel. Alors que la polémique sur le chauffage des serres enfle, il rappelle que voilà plus de vingt ans que Prince de Bretagne s'est lancé dans la bio et est aujourd'hui le premier groupement de producteurs de légumes bio français.

Georges Guézénoc, président de la section bio du Cerafel.
Georges Guézénoc, président de la section bio du Cerafel.
© Terra

La bio, chez Prince de Bretagne, c'est déjà de l'histoire ancienne...

Georges Guézénoc. En effet ! C'est en 1997, voilà plus de vingt ans, que Prince de Bretagne s'est lancé dans la bio. Aujourd'hui, avec près de 120 exploitations certifiées ou en conversion et une gamme de plus de 40 légumes frais vendus tout au long de l'année, nous avons commercialisé 20 000 tonnes en 2018, avec un prévisionnel de 25 000 tonnes cette année. Et nous sommes le premier groupement de producteurs de légumes bio français.

 

Quels sont les engagements des producteurs bio Prince de Bretagne ?

G.G. Nous nous engageons bien entendu à respecter le cahier des charges européen de la bio. Mais nous avons voulu aller encore plus loin en certifiant tous nos légumes bio Global Gap, ce qui nous impose de recycler tous les matériaux utilisés en culture, de respecter les normes sociales... Grâce à notre station expérimentale Terre d'essais, à Pleumeur Gautier (22), nous poursuivons nos travaux de recherche sur la bio. À l'OBS, à Plougoulm (29), nous produisons nos propres semences bio, adaptées aux conditions climatiques de notre région. Regrouper l'offre nous permet de défendre les prix et d'assurer une juste rémunération aux producteurs, tout en favorisant l'installation des jeunes.

Et nous refusons d'opposer la bio et le conventionnel : c'est en nous montrant solidaires les uns des autres que les producteurs Prince de Bretagne ont développé et développeront encore des pratiques toujours plus respectueuses de l'environnement. Et nous n'oublions pas que ce sont les producteurs conventionnels d'aujourd'hui qui constituent le vivier des légumiers bio de demain !

 

Ces dernières semaines, la polémique sur le chauffage des serres bio n'a cessé d'enfler. Prince de Bretagne produit déjà de la tomate bio ?

G.G. Cela fait plus de vingt ans que nous produisons de la tomate. Aujourd'hui, nous avoisinons les 2 500 tonnes. Et bien évidemment que les producteurs respectent l'obligation de rotation. C'est d'ailleurs l'une des clés de réussite de leurs cultures bio, quelles qu'elles soient. Et tous nos producteurs n'ont pas fait le choix de chauffer leurs serres.

 

Justement, à ce sujet, que répondez-vous à vos détracteurs ?

G.G. Il est important de rappeler que le chauffage des serres est autorisé par le cahier des charges bio européen ! Un cahier des charges que je considère comme une chance pour la bio, puisqu'il permet d'harmoniser les conditions de production d'un bout à l'autre de l'Europe, ce qui est loin d'être le cas en agriculture conventionnelle. Sur-interpréter le cahier des charges européen en France aura pour effet immédiat d'instaurer des distorsions de concurrence avec les autres pays, ce qui reviendra à se tirer une balle dans le pied. Quand on sait que, globalement, une tomate consommée en France sur deux vient déjà de l'étranger, inutile d'en rajouter...

Ceci étant dit, il est clair que, nous aussi, nous voulons respecter les cycles naturels et qu'il est hors de question d'aller planter de la tomate bio en novembre ou décembre ! Nous voulons simplement chauffer un peu au démarrage de la culture, pour arriver un peu plus tôt en production et proposer de la tomate française sur un marché dominé à ce moment-là par les tomates espagnoles ou marocaines. Si nous n'arrivons sur le marché qu'en juillet-août, nous aurons beaucoup plus de difficultés à nous faire référencer !

Sans compter que le chauffage permet aussi de régler une bonne partie des problèmes sanitaires. Et la lutte biologique se met en place plus aisément, les auxiliaires se développant mieux.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Jean-Elie Le Crom : "J’avais vraiment envie de m’installer"
Son truc ?  "Les vaches et le lait". Une passion ! Jean-Elie Le Crom l’a chevillée au corps. Alors, à 22 ans, il vient de…
Du maïs semé tous les 50 cm pour réduire l’usage des phytos
Si il est courant de semer son maïs avec un inter-rang de 75 cm, Alex Delamarre et Philippe Briand, entrepreneurs agricoles sur…
Sangliers : un contrat entre chasseurs et agriculteurs

Lors d’un rendez-vous le 21 janvier, la présidente de la FNSEA Christiane Lambert a présenté à la secrétaire d’État à la…

Tristan Delisle, un producteur de lapins engagé
Tristan Delisle s'est installé en mars 2020 sur l'élevage familial de lapins avec sa mère, en remplacement de son père parti à la…
L’irrigation : "l’assurance récolte de toute la filière"
Fin des six syndicats locaux qui contribuaient depuis 40 ans au développement de l’irrigation en Bretagne. Place à Breizh…
Nolwenn et Glenn : bien occupés, bien investis, bien dans leurs bottes !
De belles charolaises, de la volaille Label Rouge, des pommes de terre, des légumes de conserve, du maraîchage et en vente…
Publicité