Aller au contenu principal

Un andaineur frontal pour gagner du temps et préserver la qualité du fourrage

Les prairies à base de légumineuses ont le vent en poupe. Mais pour conserver toute la valeur de ce fourrage, encore faut-il le récolter dans de bonnes conditions. Le 8 septembre dernier, les Cuma du Finistère ont organisé une démonstration avec des andaineurs Vicon à double rotor, Sitrex à soleils et pour la première fois en Bretagne, un andaineur Agronic, importé de Finlande.

Travaillant sur 5 m, cet andaineur Agronic est vendu 17 500 € avec double attelage, avant et arrière.

"On y passe un temps fou !" Producteur de lait à Plourin (29), Cédric Violant utilise aujourd’hui un andaineur simple. Mais ses besoins évoluent : l’exploitation est en conversion vers l’agriculture biologique, les surfaces en herbe augmentent et beaucoup de dérobées sont fauchées avant maïs. "Je cherche un outil compact, léger, qui puisse passer partout car ici, les parcelles sont petites. Et on a besoin d’aller vite". Au fil de ses recherches, il découvre l’andaineur Agronic, récemment importé de Finlande, et propose à la FDCuma du Finistère d’organiser une démonstration dans l’une de ses parcelles.

andaineur frontal

Attelé à l'avant ou à l'arrière

"Un entraînement hydraulique, ça change". Mais ce n’est pas là la seule différence de cet andaineur qui peut, indifféremment, être attaché au relevage avant ou arrière du tracteur, ou sur un chargeur. "Son atout ? Ses doigts en polyamide, de 20 mm de diamètre, soulèvent le fourrage sans gratter le sol. Il n’y a donc ni terre ni caillou dans les andains", explique Olivier Bouet, son importateur.
Posé sur 7 roues, l’andaineur dispose de deux rotors indépendants, ce qui permet de régler facilement la largeur de travail "pour ne pas rouler sur l’andain". Et leur vitesse de rotation est réglable. "Diminuer la vitesse va éviter l’effeuillage. Et c’est dans la feuille que se trouve la valeur nutritive du fourrage".
Alors que la main d’œuvre se fait de plus en plus rare sur les exploitations, "l’andaineur travaille en combiné, à l’avant du tracteur, avec une presse à l’arrière, pour limiter le nombre de passages". Dans la foulée, la FDCuma a également présenté un andaineur Vicon à double rotor et un andaineur à soleils Sitrex qui eux aussi, grâce à leur grande largeur, permettent de gagner du temps.

Diminuer la vitesse va éviter l’effeuillage.

andaineur frontal

Un coût de revient de 11 à 13€/ha

 

L’andaineur Agronic venant tout juste d’arriver sur le marché français, le réseau des Cuma ne dispose pas, pour le moment, de données chiffrées sur son coût de revient. "Pour un andaineur à soleils, on l’estime à 13,6 €/ha, indique Cécile Prigent, animatrice à la FDCuma 29, en se basant sur le guide de prix de revient, édité tous les ans par les Cuma. 11,50 € pour un andaineur à double rotor".

 

Colza et trèfle semés ensemble

 

"Ici, nous avions semé un colza après orge", explique Cédric Violant, qui avait fait le choix d’implanter en même temps 2 kg de trèfle blanc, 8 kg de trèfle violet et 7 kg de luzerne, "qui s’est très peu développée". Après apport de fumier de gestantes, à 20 t/ha, et de carbonate, 1,5 t/ha, le semis a été réalisé en simplifié, chisel à l’avant, herse et semoir à l’arrière. Et la parcelle n’a reçu ni désherbant ni fongicide. "Le colza a eu du mal à démarrer et, en sortie d’hiver, nous n’étions pas rassurés". S’il a ensuite pris le dessus, le rendement s’en est ressenti, à 17 qx/ha. "À la récolte, le 13 juillet dernier, le trèfle violet était bien développé. On a donc décidé de moissonner haut et, dès le lendemain, de récolter le trèfle et les cannes de colza. Puisque le rendement en paille des céréales a été moins élevé, ça nous servira de paillage pour les génisses cet hiver". Un maïs devait initialement être implanté dans la parcelle au printemps prochain. "Mais le trèfle s’est bien implanté. On va sans doute le garder 2-3 ans".

 

andaineur frontal
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
Forestiers : comment restaurer le dialogue avec la société ?
Si les citoyens apprécient la forêt, symbole de nature préservée, et le bois matériau, pour se chauffer ou se meubler, ils sont…
Des moissons compliquées par une météo pluvieuse
Depuis le 14 juillet le beau temps était reparti permettant aux moissons de démarrer enfin après un épisode pluvieux record. Sur…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Se lancer dans l’inconnu oui mais... avec des partenaires que l’on connaît bien !
Installés depuis quatre ans, Myriam et Vincent Labbé, ont repris deux élevages sur la commune de Plenée-Jugon (22). Leur objectif…
Publicité