Aller au contenu principal

Volaille export, les réorientations se poursuivent

La campagne 2019 de l’enquête avicole a pu tout d’abord mettre en évidence la poursuite de la réorientation d’un bon nombre de poulaillers export. Ainsi, la majorité des éleveurs qui produisaient du poulet export avec des souches standard il y a deux ans se sont tournés vers des souches JA, voire, dans une moindre mesure, du poulet lourd.

Poulet export souches standard, toujours plus haut

Avec 43,55 €/m²/an, la marge brute annuelle se situe à un niveau élevé cette année. Ceci est à mettre en relation avec une bonne marge poussin aliment, une rotation rapide et une légère diminution des charges variables. Au niveau technique, l’indice de consommation poursuit sa diminution. Les charges variables reculent par rapport à l’année passée, notamment pour les frais de chauffage, mais sont supérieures à l’année 2017.
La difficulté pour l’analyse cette année vient de la baisse du nombre de lots produits, la majorité des éleveurs enquêtés s’étant tournés vers une autre production. Il semble qu’une bonne partie des éleveurs
qui poursuivent la production de poulet export en souches classiques soient ceux qui étaient déjà performants les années précédentes, ce qui peut expliquer l’amélioration des marges observée. Ce sont notamment les poulaillers dans lesquels les vides peuvent être les plus courts.

Les souches à croissance lentes sont plus rustiques mais peinent à atteindre les résultats technico-économiques des souches à croissance classique.

Année stable pour les souches JA

Si la marge poussin aliment est supérieure à celle de 2018, elle est légèrement inférieure à celle de 2017. Le taux de perte est inférieur pour les souches JA en comparaison avec les souches classiques… mais l’indice de consommation est dégradé car la durée du lot est plus longue de six jours pour obtenir le même poids vif. Au niveau des charges, les dépenses de santé sont inférieures mais les frais de chauffage plus élevés que pour les souches classiques.
Ce que nous observons depuis plusieurs années, à savoir que les souches à croissance lentes sont plus rustiques mais peinent à atteindre les résultats technico-économiques des souches à croissance classique se vérifie une nouvelle fois.

 

Légère baisse en poulet standard

Nous notons un alourdissement des poulets standards produits, sans doute car nous n’avons dans cet échantillon que des lots bretons. Ce poids plus élevé a pour conséquence une légère augmentation de l’indice de consommation. La marge brute au lot s’améliore, mais la plus faible rotation entraîne une diminution de la marge brute annuelle de l’ordre de 0,7 €/m²/an. Elle reste cependant supérieure au niveau de 2017. Comme en poulet export, les charges variables se situent à un niveau intermédiaire entre 2017 et 2018.
Les quelques lots de poulets standards souches JA montrent une marge poussin aliment nettement inférieure à celle des souches classiques.

Volaille export

Coût des énergies

À noter une certaine stabilisation du prix du propane en 2019. L’année passée, il avait augmenté, notamment en lien avec l’application de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques. Le prix du kWh électrique continue sa croissance d’année en année.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le Finistère surfe sur le Bien manger
Après avoir lancé son PAT, projet alimentaire de territoire, le Finistère a continué sur sa lancée, en faisant de 2020 l’année du…
Des protéines végétales bretonnes pour réduire les importations de soja
Si la Bretagne importe 95 % des protéines végétales dont elle a besoin pour nourrir ses animaux d’élevage, le GIE SVP est bien…
Bovins mutilés : comment agir ?
Depuis plusieurs mois, des faits de mutilations de chevaux ont été signalés un peu partout en France et font régulièrement la Une…
Robots d’alimentation, pour quels bénéfices ?
Avec l’agrandissement des structures, les robots d’alimentation se multiplient dans les élevages. Pour quels bénéfices ? Chambres…
Les ministres trouvent un accord sur la future PAC

Le 21 octobre à l’aube, les ministres de l’Agriculture des 27 sont parvenus à un accord sur la prochaine PAC qui ouvre la…

"Vivre de ma passion, pas pour ma passion"
À l'occasion du Space la semaine passée, une visite d'exploitation était organisée pour mettre en avant les efforts des…
Publicité