Aller au contenu principal

Adivalor vise 100% de recyclage d'ici 2030

Malgré d’importantes perturbations logistiques, le taux de collecte des déchets agricoles a progressé l’année dernière. La filière organisée autour d’Adivalor vise un objectif de 100 % de recyclage d’ici 2030.

"Nous avons fixé dans notre feuille de route un objectif de 100 % de déchets recyclés d’ici 2030", a précisé Christophe Grison, le président de l’organisation.
© Adivalor

En dépit d’importantes perturbations logistiques consécutives à la pandémie, la collecte des déchets agricoles (bidons, big bags, films et gaines plastiques, tubes et conduits, etc.) a progressé de 5 000 tonnes en 2020, pour atteindre au total 85 000 tonnes. "Ces déchets sont aujourd’hui recyclés à près de 90 % hors films de paillage usagés", s’est félicité mi-février Christophe Grison, le président d’Adivalor, la filière en charge de la gestion des déchets de l’agrofourniture. "Malgré ce contexte, notre écosystème a été résilient car il s’est montré solidaire", a renchéri Pierre de Lépinau, le directeur de cette organisation qui fédère agriculteurs, distributeurs (coopératives, négoces) et industriels de la collecte et du recyclage. "Le premier confinement a en partie paralysé la collecte des déchets agricoles au printemps, période traditionnellement très active puisqu’elle correspond à l’utilisation élevée d’intrants par les agriculteurs", a rappelé Pierre de Lépinau. "Les acteurs se sont organisés pour faire face. Tandis que les agriculteurs ont stocké leurs déchets sur leurs exploitations, les distributeurs ont adapté ou reporté les collectes, ce qui a abouti à des enlèvements records au quatrième trimestre".

 

Hausse de l'écocontribution

La filière a également su s’adapter à un environnement économique qui s’est beaucoup dégradé dans la filière du recyclage. "Nous avons dû faire face depuis deux ans d’une part à une forte augmentation des coûts de collecte, notamment logistiques et d’autre part à une baisse très nette de la valorisation des déchets notamment due à l’arrêt, il y a trois ans, des importations chinoises de déchets recyclables, alors que la Chine était devenue la recyclerie de la planète", a expliqué Pierre de Lépineau. Dans ce contexte, les actionnaires d’Adivalor ont dû procéder à une augmentation très forte des écocontributions mises en œuvre auprès des différents groupes de metteurs en marché (produits phytopharmaceutiques, plastiques agricoles, engrais, semences etc.). Celles-ci ont par exemple augmenté de 100 % en trois ans sur les "big bags" agricoles utilisés notamment pour les engrais et semences et de 60 % sur les films plastiques. Malgré l’adversité, les partenaires d’Adivalor entendent accentuer leurs efforts dans les années qui viennent. "Nous avons fixé dans notre feuille de route un objectif de 100 % de déchets recyclés d’ici 2030", a précisé Christophe Grison, le président de l’organisation. "Cela passe par une progression de la collecte qui peut encore être optimisée", a complété son directeur. Pierre de Lépinau a notamment évoqué "des marges de progrès possibles dans le sud de la France, particulier en viticulture, ou encore dans le secteur de l’élevage en Bretagne et Normandie sur les films plastiques et filets".

  Des marges de progrès possibles dans le secteur de l’élevage en Bretagne et Normandie sur les films plastiques et filets.

Première mondiale

L’amélioration des performances de la filière passe également par la consolidation et le développement de filières de recyclages. A ce propos, les dirigeants d’Adivalor ont signalé la mise au point prochaine de lignes de recyclage pour les films de paillage, très utilisés en maraichage, qui ne sont pas recyclés aujourd’hui car trop souillés. "À la suite d’un appel à projet que nous avons lancé, une unité de transformation devrait voir le jour à la fin de 2021 ou au début de 2022". Adivalor soutient également un autre projet de recyclage des filets "balles rondes", utilisés pour le conditionnement des fourrages et aujourd’hui peu recyclés. "C’est un procédé qui constituera une première mondiale", a assuré Pierre de Lépineau.
La filière du recyclage agricole compte beaucoup sur le plan de relance et son volet "économie circulaire" pour relocaliser des unités de recyclage en France. "On a beaucoup délocalisé cette activité ces dernières années", a déploré le directeur d’Adivalor. "Le plan de relance pourrait permettre de faire revenir près de 30 000 tonnes de capacités de recyclage en France dans les prochaines années".

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Quand agriculteur et apiculteur travaillent de concert
Voilà 4 ans déjà que Frédéric Mésangroas, producteur de porcs à Plouigneau (29), accueille les ruches de Daniel Le Louët. Au fil…
Le retour très controversé des protéines animales transformées
Le 14 avril dernier le Standing Committee on Plants, Animals, Food and Feed (Scopaff - en français Comité permanent des végétaux…
Le Space sera bien là en 2021, à Rennes
Le salon de l'élevage fait son grand retour à Rennes. Entre soulagement, fierté et impatience, les organisateurs du Space livrent…
Les Entreprises des territoires en recherche constante de reconnaissance
Les entreprises des territoires (EDT) se réunissaient encore une fois en viso conférence pour l’assemblée générale 2021. l’…
Porcs : les éleveurs demandent la fin de la castration
"On bute sur le mur des abatteurs… Si le gouvernement ne nous aide pas, ça va être compliqué". Mardi dernier, l’association pour…
L’agriculture intensive et le hors sol : une chance pour la Bretagne

Productiviste, industrielle et intensive à outrance : voilà les qualificatifs réducteurs et mensongers dont certains ne…

Publicité