Aller au contenu principal

Agrial tient le cap, et limite ses investissements

En annonçant une performance solide en 2019, Agrial tient le cap malgré la crise du Covid-19. Multi-spécialiste et présente sur tous les canaux de distribution alimentaires, la coopérative compte bien traverser 2020 sereinement en limitant ses investissements.

"Notre chance est que les produits fabriqués par Agrial se sont consommés pendant le confinement", se réjouit Ludovic Spiers, directeur général d’Agrial, le 1er juillet lors de la présentation des résultats de la coopérative multi-spécialiste. "Lors des premières semaines de confinement, les quantités vendues vers la grande distribution ont explosé", explique-t-il. Entre mars et juin, les ventes vers les grandes et moyennes surfaces (GMS) ont progressé de 7 % en France et de 5 % hors France. "Néanmoins, nous avons été touchés comme tout le monde quand la restauration hors foyer s’est arrêtée en France et dans le monde", explique le directeur. Les ventes vers la RHD de la coopérative ont ainsi dégringolé de 35 %. Les ventes en BtoB et à l’export baissent de 10 % sur cette période, "gênées par les mesures aux frontières et l’arrêt de l’aérien", explique le directeur. Au global, la crise du Covid-19 a entraîné une chute du chiffre d’affaires d’Agrial de 7 % entre mars et juin. "Une baisse supportable pour un groupe comme Agrial", assure encore Ludocic Spiers. Malgré tout, en y ajoutant les surcoûts tant industriels que logistiques et les ralentissements de cadence, la rentabilité baisse de 20 %, obligeant la coopérative à différer investissements, acquisitions et embauches... Pourtant, hormis l’inquiétude quant à l’absence de visibilité économique, l’ambiance ne semble pas à l’apitoiement. "Les exportations ont bien redémarré en Asie", assure Ludovic Spiers. Certes, les flux sont plus en dents de scie que réguliers, et toutes les destinations ne sont pas rouvertes, mais "cela repart". Et si des projets ont été décalés, c’est pour "éviter de handicaper les résultats économiques de 2020". Les réflexions sur de possibles acquisitions ont été "laissées de côté pendant le confinement", mais le directeur n’exclut pas catégoriquement cette possibilité sur les six prochains mois. "Nous avons l’habitude d’être dynamiques, il y a certes un coup de frein en 2020, mais comme pour tout le monde", relativise le président fraîchement réélu de la coopérative, Arnaud Degoulet.

Une solide performance en 2019
Cette apparente sérénité s’explique par des résultats économiques "solides" en 2019. "Le chiffre d’affaires a passé la barre des 6 milliards d’euros en 2019", se réjouit Ludovic Spiers. La coopérative enregistre ainsi une croissance de 4,3 % en un an.
Cette progression s’explique d’une part par une croissance organique significative (+2,4 %), grâce au développement des marques de la coopérative, et par une croissance externe (+1,9 %) du fait de l’intégration du cidrier anglais Aston Manor et du fromager allemand Rotkäppchen, tous deux acquis récemment. L’excédent brut d’exploitation progresse également de 6,1 % à 226 millions d’euros. "Cette performance a permis de voter un retour aux adhérents de 12 millions d’euros lors de l’assemblée générale du groupe, soit près du quart du résultat net du groupe (52 millions d’euros)", explique la coopérative.

Agrial
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"La délégation de travail accompagne les mutations agricoles"
Élodie Gapihan travaille au Crédit Agricole d'Ille-et-Vilaine. Elle est la seule chargée d'affaires en France, à suivre…
ETA Guillon-Barbot : l'innovation pour modèle économique
Depuis 1977, l'ETA Guillon-Barbot à Vitré (35) fait de l'innovation sa marque de fabrique avec une philosophie qui se veut simple…
OP et AOP seront au cœur de la PAC de 2023
Les organisations de producteurs, Op et les associations entre elles AOP, seront au cœur de la future PAC. Elles pourront…
"L'épandage sans tonne, c'est l'avenir !"
L'ETA Guégan à Saint Onen La Chapelle (35) a inauguré cette année son "épandeur sans tonne avec rampe à patins". Une première…
Le projet Egalim II du député Besson Moreau est sur la table
Le député LREM de l’Aube Grégory Besson-Moreau a enfin divulgué sa proposition de loi sur les relations commerciales dans le…
L’observatoire du coût de revient : "faire œuvre utile"
Apporter sa pierre à l’édifice pour la prise en compte du coût de revient des adhérents dans la construction du prix du lait, c’…
Publicité