Aller au contenu principal

Avec Res’Agri : Un "petit guide de bon voisinage"

Bien vivre tous ensemble, l’aspiration fait société. C’est aussi l’objet du "petit guide de bon voisinage", petit par la taille, grand par l’ambition. Initié par Res’Agri Sud-Est-Morbihan, il favorise la communication entre les agriculteurs et leurs voisins pour faire de la campagne un lieu de vie commun. Le point avec Tiphaine Chatal.

Tiphaine Chatal a porté avec les responsables de Res’Agri Sud Morbihan la création "du petit guide du voisinage", amené à connaître une grande diffusion, pour être utile.

2015, deux crises de plein fouet, celle du lait, mais pas que ! "Il y a eu l’agribashing, la virulence de ces associations qui mettaient en avant des choses tellement tordues qu’on se disait mais ce n’est pas possible que cela se passe en France ! ". Le visage de Tiphaine Chatal que pourtant illumine son immense sourire, comme une élégance en toute circonstance, s’est assombri. "Et puis, poursuit-elle, le fait que personne ne prenne en compte l’humain dans cette histoire et qu’on laisse ces gens depuis des années au bord du gouffre, alors que ce sont des élevages intégrés pour beaucoup de ceux qui étaient montrés ! Cela a été double choc", déplore cette jeune femme.

 

"Pour les agris par les agris"

Installée à 22 ans en 2014, sur une ferme laitière à Nivillac (56), avec son compagnon et deux salariés à mi-temps, passionnée d’accueil, "c’est dans mes gènes", Tiphaine Chatal a fait de sa ferme laitière familiale de 80 VL sur 160 ha, une ferme pédagogique membre du réseau Bienvenue à la Ferme. Elle y cultive son bonheur d’accueillir groupes et enfants pour faire comprendre ce métier et sa vocation nourricière. Ce avec aisance et simplicité. Un engagement aussi auprès des groupes de développement au travers de Res’agri, "j’ai toujours suivi mon père petite dans les groupes, notamment en lait. Plus tard, aussi. C’est sympa, convivial, il y a de l’échange, on parle de sa ferme. Je me suis vite rendue compte que c’était là où je devais aller chercher la bonne info. On s’y compare et on progresse ensemble", résume cette convaincue, investie, qui y a fait ses armes et en a gravi les responsabilités. "Là, on est acteur. On met en place des choses pour les agris par les agris et comme on en fait partie, on sait ce dont les agris ont besoin. Ça vient du terrain et on est utile", campe aujourd’hui la présidente de Res’agri Sud est Morbihan.

On ne sera jamais assez nombreux à ouvrir nos fermes !

Bien vivre ensemble et respect de chacun

Autant de raisons qui lui ont valu, en octobre dernier, d’être lauréate du concours national Graines d’Agriculteurs. Un trophée dont elle ne se vante pas mais qui change la donne. "Je me sentais peu soutenue sur cet aspect de ferme pédagogique. Un truc soit disant de femme… Là, c’est un retour de reconnaissance professionnelle et je me sens reconnue comme telle, avec une utilité. On ne sera jamais assez nombreux à ouvrir nos fermes !". Ouvrir, montrer, expliquer, communiquer, un fil rouge chez Tiphaine Chatal "face au gros manque de connaissances qu’on constate". Alors, "après ces épisodes d’agribashing, on a décidé, avec le conseil d’administration de Res’agri du Sud-Est-Morbihan, d’organiser une soirée débat en 2019. Il y avait beaucoup de monde. On sentait qu’il nous manquait un outil pour communiquer". L’idée inspirante d’un guide "du bien vivre ensemble", élaboré il y a quelques années sur la région de Questembert, fait son chemin au sein du conseil d’administration de Res’agri. "On a commencé à plancher sur les messages ; faire court sans se justifier de tout, ce n’était pas évident et nous nous sommes inspirés d’un document fait en Île de France que nous avons adapté, côté graphisme et messages, à notre territoire". Le document, une feuille A4, recto-verso, pliée en trois volets décrit d’un côté les engagements de l’habitant.e, de l’autre côté, celle de l’agriculteur.trice. Le tout étant complété de repères, tant sur l’agriculture morbihannaise que sur ce que produisent les agriculteurs.

Le groupe

Petit guide, grandes retombées

"Nous avons bouclé le document à la fin de l’année dernière, des messages courts, visuels, attrayants. Nous souhaitions qu’il soit inclusif, qu’il serve à tout le monde". Dont acte, Res’agri pour le département du Morbihan l’a adopté. "On a mis cinq ans pour trouver quelque chose qui plaise à tout le monde et surtout soit utile", résume de la tâche Tiphaine Chatal. Un document tiré pour une première édition à 5 000 exemplaires pour 500 euros. Reste à le diffuser pour qu’il touche sa cible. "Nous allons le présenter à l’association des maires pour qu’il soit donné à la faveur des cérémonies d’accueil des nouveaux arrivants dans les communes", ambitionne la représentante de Res’agri. "Il faut le diffuser, c’est impératif d’assurer ce suivi mais sans gaspiller". Le document est amené à évoluer et être décliné aussi sous forme d’affiches "destinées aux salles d’attente, là où on a le temps de lire, chez le médecin, le notaire". Pour en faire la plus large diffusion possible.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Monotraite : Serge Hochet ne reviendrait pas en arrière
Dans le cadre des rendez-vous techniques bio, des éleveurs de la région témoignent de leur expérience. À l’EARL des Genêts, à…
innovation - Parc au sol : les lapins ont désormais leur loft
Les sociétés miXscience et Sanders du groupe Avril ont travaillé en partenariat avec le groupement Evilap et l'abattoir SNV à un…
Bien-être en poulet de chair, l’équation impossible ?
Danger ou opportunité ? La question du bien-être est au coeur des préoccupations de la filière avicole. Quelles évolutions et…
"Un demandeur d’emploi sur deux change de branche d’activité"
Pôle emploi Bretagne et l’Anefa (Association nationale emploi formation en agriculture) organisent, aux côtés de leurs…
La réduction des phyto au cœur d’un échange avec les lycées agricoles
Quatre classes de lycées agricoles bretons ont pu participer à un temps d’échange autour de la réduction des produits…
Rendez-vous techniques bio du 5 au 7 octobre
Les chambres d’agriculture de Bretagne vous proposent des Rendez-vous dans différentes filières de production, pour vulgariser…
Publicité