Aller au contenu principal

Démarche bas carbone en lait, l’opportunité de réduire son impact

La démarche bas carbone des fermes laitière représente une opportunité pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Mais pas que, elle permet aussi de booster le revenu et communiquer positivement.

Les haies et les prairies permanentes offrent une forte capacité de stokage du carbone.

Dans une exploitation laitière, la démarche de progrès bas carbone comporte la réalisation d’un diagnostic Cap’ 2er en année 1 visant à apporter une évaluation fine de l’empreinte environnementale en vue de construire un plan d’action, un accompagnement collectif ou individuel, et un second diagnostic de progression en année 5.

 

Baisse des émissions, mais pas que

En activant des leviers techniques de gestion et d’alimentation de troupeau, de gestion des cultures et de consommation d’énergie, les agriculteurs diminuent leurs émissions brutes de GES tout en optimisant leur efficacité technico-économique.
Ils mettent aussi en lumière leur capacité de stockage carbone à travers la présence de haies et de prairies. Ce qui les incite ainsi à présenter, à France Carbone Agri, des projets d’action complémentaires en vue de bénéficier de crédit carbone. D’autres externalités positives sont mises en  avant  au  profit  d’une communication efficace
auprès du grand public : particulièrement la capacité nourricière et d’entretien de biodiversité de l’exploitation.

Climat et agriculture

Plan de Relance : un "Bon Diagnostic Carbone"

Cette mesure du Plan de Relance est dotée de 10 millions d’euros sur le territoire national. Elle est destinée aux agriculteurs installés depuis moins de 5 ans en leur proposant un financement de 90 % pour :
- la réalisation d’un diagnostic GES - stockage de carbone.

- l’élaboration d’un plan d’action et la mise en place d’un accompagnement individualisé pour les aider à lever les freins et obstacles à la mise en œuvre effective du projet.La vulnérabilité de l’exploitation au changement climatique sera prise en compte dans les actions proposées. Cela contribuera aussi à déployer le Label Bas Carbone.

Cet accompagnement sera proposé dès le printemps 2021 (par les chambres d’agriculture et d’autres structures de conseil). / Charlotte Quénard

 

Quels financements ?

Au printemps dernier, la chambre régionale d’agriculture de Bretagne a répondu au 1er Appel à Projet du Label Bas Carbone porté par l’association France Carbon Agri. Après examen des leviers pouvant être mis en œuvre pour améliorer leur bilan carbone, 14 exploitations laitières se sont engagées, avec une valorisation espérée de 30 €/tonne d’équivalent CO2 gagnée. Différents leviers ont été choisis par les éleveurs : cela va de la réduction des concentrés distribués, à la réduction de la fertilisation, en passant par l’allongement des rotations, l’augmentation des surfaces en herbe, la réduction de l’âge au vêlage et des effectifs génisses gardées… Les éleveurs se sont engagés à garder les mêmes surfaces en prairies permanentes, et un nombre constant de mètres linéaires de haies. Le gain carbone est évalué sur 4 à 5 ans en fonction du scénario choisi. Un second appel à projets a eu lieu en fin d’année 2020, et un 3e appel devrait avoir lieu dans le courant du 2nd semestre 2021.


Contacts : Pascale.morin@bretagne.chambagri.fr, laurent.somer@bretagne.chambagri.fr

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"La délégation de travail accompagne les mutations agricoles"
Élodie Gapihan travaille au Crédit Agricole d'Ille-et-Vilaine. Elle est la seule chargée d'affaires en France, à suivre…
ETA Guillon-Barbot : l'innovation pour modèle économique
Depuis 1977, l'ETA Guillon-Barbot à Vitré (35) fait de l'innovation sa marque de fabrique avec une philosophie qui se veut simple…
"L'épandage sans tonne, c'est l'avenir !"
L'ETA Guégan à Saint Onen La Chapelle (35) a inauguré cette année son "épandeur sans tonne avec rampe à patins". Une première…
OP et AOP seront au cœur de la PAC de 2023
Les organisations de producteurs, Op et les associations entre elles AOP, seront au cœur de la future PAC. Elles pourront…
L’observatoire du coût de revient : "faire œuvre utile"
Apporter sa pierre à l’édifice pour la prise en compte du coût de revient des adhérents dans la construction du prix du lait, c’…
Le projet Egalim II du député Besson Moreau est sur la table
Le député LREM de l’Aube Grégory Besson-Moreau a enfin divulgué sa proposition de loi sur les relations commerciales dans le…
Publicité