Aller au contenu principal

Food for good : ça commence chez vous !

Smart'agri se veut la fusion entre le monde du numérique et celui de l'agriculture. Pour leur 5e édition ils ont choisi d'aborder le thème : "Food for Good". Késako ? Il s'agit de mettre en avant l'agriculture innovante ayant un impact positif sur le bien-être animal, sur le bien manger, et sur l'environnement. Tout un programme !

"La ferme dans la poche" : fiction ou réalité. Les entreprises et exploitations bretonnes s'emploient à rendre accessible !

Un webinaire pour évoquer le numérique, quoi de plus normal ? En ces temps de pandémie, la journée "smart agri" s'est donc elle aussi transformée en visio-conférence. De quoi regretter les anciennes éditions où les drônes volaient et où les démonstrations d'innovations en tout genre étaient légion. Les organisateurs ont cependant su rebondir en proposant un thème stratégique : "food for good", littéralement : manger mieux.

La meilleure solution est de confronter les besoins agricoles à nos solutions techniques pour à concevoir des outils utiles et faciles d'utilisation.
Guillaume Briand.

Savoir ce que l'on veut

Reste encore à se mettre d'accord sur ce qu'est le "manger mieux". Une définition qui semble varier en fonction de l'environnement de chacun des intervenants mais qui reste liéé à l'amélioration des modes de production. "Mon premier souhait reste de nourrir la planète. 800 millions de personnes ne mangent pas à leur faim. Nous devons nourrir correctement la population. Là-dessus la Bretagne est pionnière, comme le prouve la production de lait infantile", rappelle Jean-Jacques Déniel, producteur de lait à Plabennec (29). Une ambition partagée par Aurélie Derunes, en charge de l’accompagnement à l’innovation au sein de Zoopôle développement qui estime que les "transitions environnementales et sociétales doivent être accompagnées pour permettre une diminution de l'empreinte carbone, la réduction des antibiotiques, un travail sur les productions alternatives et celles qui produisent à plus grandes échelles". Une volonté qui trouve sens dans l'Ouest, réputé pour être une terre de technologie. "Le traitement des données massives doit se mettre au service de l'agriculture et de l'agroalimentaire", explique Gérard Le Bihan, conseiller du Président sur les questions d'images & réseaux.

 

Diffuser les technologies

La très grande majorité des agriculteurs et de l'agroalimentaire utilise la technologie dans son quotidien. "Notre objectif est de poursuivre la diffusion et l'utilisation de nouvelles technologies au sein des exploitations et de l'agroalimentaire. Je pense que la meilleure solution est de confronter leurs besoins à nos solutions techniques. Reste encore à concevoir des outils utiles et faciles d'utilisation", estime Guillaume Briand, responsable numérique et agriculture - agroalimentaire Agretic - Bretagne.

Smart'agri

Développement Innovation

Mettre la ferme dans la poche devient donc une réalité et l'appétence des agriculteurs pour les nouvelles technologies n'est plus à démontrer. La formation initiale consistant à former les jeunes dans les écoles est la première étape pour permettre à chacun d'appréhender les outils et de se familiariser avec ses usages dans les fermes. Il faudra cependant, via la formation continue, poursuivre ces apprentissages car l'apanage de la technologie est d'évoluer très vite. Sur ce plan aussi la Bretagne est en avance. Que ce soit via le réseau des chambres d'agriculture qui a constitué des groupes numériques pour créer les outils de demain, le réseaux rés'agri qui travaille sur des expérimentations de terrain, les stations expérimentales qui testent les outils au long court... la vulgarisation agricole est en marche.

 

S'inspirer des attentes sociales

De nombreuses start'up inventent des solutions efficaces, en lien direct avec les demandes sociétales. Le webinaire Smart'agri a mis en lumière l'entreprise "Wel2be" qui propose l'utilisation de l’intelligence artificielle et de l’analyse d’images pour améliorer le bien-être des animaux d’élevage à l'abattage. Une innovation utile pour les agents d'abattage et rassurante pour les consommateurs. Leur produit consiste à contrôler le bon étourdissement des animaux avant abattage et est déjà en test dans certains sites bretons. D'autres sociétés proposent la capture des frelons asiatiques par caméra, l'Ifip teste la classification des porcelets par la couleur de peau et l'entreprise BeBoP, en lien avec l'Idele, développe des méthodologies d’évaluation du bien-être des bovins en parcs d’engraissement. Des outils gagnants-gagnants qui proposent des services qui facilitent la vie aux éleveurs et qui permettent de donner des garanties "comptables" à des consommateurs avertis.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Jean-Elie Le Crom : "J’avais vraiment envie de m’installer"
Son truc ?  "Les vaches et le lait". Une passion ! Jean-Elie Le Crom l’a chevillée au corps. Alors, à 22 ans, il vient de…
Du maïs semé tous les 50 cm pour réduire l’usage des phytos
Si il est courant de semer son maïs avec un inter-rang de 75 cm, Alex Delamarre et Philippe Briand, entrepreneurs agricoles sur…
L’irrigation : "l’assurance récolte de toute la filière"
Fin des six syndicats locaux qui contribuaient depuis 40 ans au développement de l’irrigation en Bretagne. Place à Breizh…
Les éleveurs de volailles en colère contre certains distributeurs
La semaine passée la Confédération française de l’aviculture (CFA) dénonçait "l’indifférence des enseignes Carrefour, Casino et…
63% des abattages de porcs en Bretagne aux mains de trois groupes en 2020
En 2020, à partir des données Uniporc Ouest, le nombre de porcins abattus en Bretagne montre une diminution de l’activité. Dans…
PCAEA : des nouveautés dans les appels à projets qui viennent d’être ouverts
La Région Bretagne vient de lancer trois appels à projets 2021 du plan de compétitivité et d’adaptation des exploitations…
Publicité