Aller au contenu principal

Icoopa désormais présent sur les 4 départements bretons

Après la fusion avec deux centres de gestion d’Ille et Vilaine, Icoopa continue son petit bonhomme de chemin et a accueilli, courant 2006, 192 nouveaux adhérents.

De gauche à droite : Jean-Luc Leroux, président d’Icoopa, Henri Le Gléau, trésorier, et Serge Dérédec, directeur.
De gauche à droite : Jean-Luc Leroux, président d’Icoopa, Henri Le Gléau, trésorier, et Serge Dérédec, directeur.
© TERRA
"Depuis la fusion avec Ascomire et Agefa, le 1er janvier 2006, Icoopa a acquis une dimension régionale". Après les assemblées départementales, l’assemblée générale, le 28 février dernier à Carhaix, a permis au centre de gestion de faire le point sur une année 2006 riche en évènements.
En 2006, Icoopa a vu arriver 192 nouveaux adhérents, dont 31 candidats à l’installation. "La concurrence sur le terrain est féroce et, malgré cela, notre centre de gestion tire bien son épingle du jeu", souligne Jean-Luc Leroux, son président. Les atouts d’Icoopa ? "C’est la relation agriculteur-technicien de gestion qui est la base de notre réussite. Et nos clients savent le dire autour d’eux".
2006 a également été l’année de lancement d’un nouveau service, intitulé audit retraite. "Il connaît un démarrage très prometteur, se félicite Jean-Luc Leroux. Il répond à de véritables interrogations sur la préparation de la retraite, qu’elle soit proche ou lointaine".

Un conseil pointu
"Fiscalité, droit des sociétés, DPU, gestion du patrimoine… : le conseil ponctuel et spécialisé devient incontournable, tant les enjeux sont importants", note Icoopa. De fait, si l’activité du centre comptable progresse d’année en année (+ 24% en 2006), en grande partie du fait de l’arrivée des adhérents d’Ille et Vilaine, sa part relative dans l’activité totale évolue en sens inverse, au profit du centre de conseil. Ainsi, le service employeur connaît, pour la 8e année consécutive, une progression à deux chiffres (+ 12,2%), mais il est largement devancé par le service environnement : + 29% en 2006. "Pour maintenir ces compétences pointues, Icoopa mène une politique de formation continue offensive pour l’ensemble de ses salariés".
Si la maîtrise des coûts reste un principe fondamental, le centre de gestion n’en attire pas moins l’attention des agriculteurs. "Tout coût diminué aujourd’hui peut avoir des conséquences à terme", prévient Jean-Luc Leroux. Et de citer l’exemple des cotisations sociales. "Une baisse aujourd’hui peut diminuer le montant de la retraite. Il faut décider en connaissance de cause et selon les souhaits de chacun".


Icoopa en chiffres

- 15 agences : 3 en Côtes d’Armor, 6 en Finistère, 4 en Ille et Vilaine et 2 en Morbihan,
- 125 collaborateurs,
- plus de 3 000 adhérents, âgés en moyenne de 43,5 ans, dont 1 200 producteurs de lait, 370 aviculteurs, 250 producteurs de porcs, 330 producteurs de viande bovine, 400 producteurs de légumes…


Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Arrêt de la castration à vif : le ministre présente son plan d'action
Vendredi 19 novembre, Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, s'est rendu dans les Côtes-d’Armor, aux…
Le Finistère à l’honneur des Trophées de l’agro-écologie
Le ministère de l’Agriculture et de l'Alimentation, avec le soutien du Crédit Agricole, organise chaque année les Trophées de l’…
Mettre à profit la biodiversité pour contrôler les ravageurs
La biodiversité est souvent considérée comme une notion abstraite à l’usage des naturalistes. Avec l’avancée des connaissances,…
Y aura-t-il encore de l’élevage demain en Bretagne ?
C’est la question que posent en substance les présidents des chambres d’agriculture de Bretagne, dans une lettre ouverte adressée…
Trop c’est trop

Alors que l’on nous parle de souveraineté alimentaire et de transmission-installation,force est de constater que la…

"Quand on plante, on a de multiples bénéfices"
Planter, gérer, valoriser l’arbre sur le territoire breton, tel est l’objet des premières rencontres bretonnes de l’arbre. Elles…
Publicité