Aller au contenu principal

Céréales à paille : des cours soutenus par l’appétit chinois

Les cours des céréales à paille ont changé d’allure depuis un an, marqués par une forte embellie. Jusqu’ici perçue comme un plafond, la barre des 200 euros la tonne de blé semble devenue un plancher pour les opérateurs. Cela va-t-il perdurer pour la campagne à venir ? Malgré un "weather market" prolongé, l’offre ne devrait pas bouleverser les équilibres. La principale interrogation porte sur la durabilité de la demande chinoise, qui a largement participé au réhaussement des cours depuis un an.

Alors que les cours du blé atteignaient leur plus haut à 200 euros la tonne durant les années 2014-2020, cette règle semble avoir été changée cette année.

"Nous avons connu un léger changement de paradigme", résume Arthur Portier, consultant chez Agritel. Alors que les cours du blé atteignaient leur plus haut à 200 euros la tonne durant les années 2014-2020, cette règle semble avoir été changée cette année. "Nous avons cassé le plafond des 200 euros en octobre 2020, jusqu’à atteindre 250 euros en avril, pour redescendre à 200 euros", retrace-t-il. "200 euros est devenu un plancher, et le potentiel de baisse parait limité à ce niveau à court terme". Cela peut-il durer ? C’est la grande interrogation des opérateurs, car cette embellie des prix est en grande partie due à un soudain essor des achats chinois de maïs depuis l’été 2020, devenue depuis la matière "directrice" des cours céréaliers. "La vague d’achats de maïs à l’été 2020 a pris de court les opérateurs. Et encore aujourd’hui, personne n’est capable d’expliquer de manière vraiment convaincainte les raisons de ces achats", estime François Luguenot, consultant indépendant et ancien responsable de l’analyse des marchés chez Invivo.

Personne n’est capable d’expliquer les raisons de ces achats.

Les Chinois aux achats, pour líinstant

De nombreux scénarios sont sur la table pour expliquer le regain d’appétit chinois : reconstitution des stocks publics, renaissance du cheptel porcin sur fond de peste porcine africaine, ou essor de la production de volaille... "Cela reste une question, et c’est le grand facteur qui va influencer le prix du maïs et des céréales", estime François Luguenot. Pour l’heure, constate Arthur Portier, "la dynamique de démarrage est plutôt bonne" côté chinois. De même chez d’autres grands importateurs. La Turquie, l’Égypte, la Jordanie et le Bangladesh étaient tous les quatre aux achats durant la dernière semaine de juillet. Un autre facteur porteur tient toujours : les taux d’intérêt très bas qui alimentent la présence des fonds d’investissement sur des positions acheteuses. Seul point noir pour la France : le coût élevé du fret. Il est positif au vu de la proximité de nos clients historiques en blé meunier (Algérie, Tunisie, Maroc...), mais problématique pour le marché fourrager porté par la lointaine Indonésie.
L’offre, de son côté, ne devrait pas bouleverser les équilibres. Les fondamentaux dessinent à nouveau un "contexte porteur", avec une "tension sur la disponibilité à moyen terme", résume Arthur Portier. Même si les marchés ont été particulièrement animés depuis le début de l’année, "il n’y a aucun péril sur les céréales à paille", commente de son côté François Luguenot. Ces six derniers mois ont été marqués par un "weather market d’une durée que je n’ai pas souvent observé", relate François Luguenot. "Il dure habituellement quelques semaines", mais il a été animé cette année par les déboires des maïs brésiliens et du blé américain à haute teneur. "La récolte de maïs brésilienne a souffert de pluies au semis, puis d’une sécheresse. Pendant ce temps, le sud canadien et le nord-ouest des États-Unis ont connu une sécheresse et des chaleurs excessives". Si bien que l’"on a connu des épisodes de volatilité comme on n’en avait pas connus depuis longtemps".
À cela se sont ajoutées des inquie-tudes plus récentes sur le Vieux continent. "Nous partions d’un bon potentiel en Europe, mais il a été remis en cause par les pluies avec, par exemple en France, des déceptions sur les premières coupes qui nous renvoient légèrement sous la moyenne", retrace Arthur Portier. Les coupes sont également plus décevantes que prévu en Russie pour cause de sécheresse. En somme, "alors qu’il y a quelques mois, tout semblait au beau fixe, la météo a compliqué les choses".

 

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Elle installe son élevage de brebis laitières sur Ouessant
Elle rêvait de vivre et de travailler sur son île. Un voyage en Mongolie lui a donné l’idée de son métier. Un appel à candidature…
La bio à grande échelle : utopie ou réalité ?
Alors que s'est tenu cette semaine le Congrès mondial de la bio à Rennes, se pose la question de la faisabilité du changement d’…
Les 28 et 29 août, Agrifête vous donne rendez-vous à Saint-Vougay

Les bonhommes de paille ont fleuri un peu partout dans le département, annonçant qu’après une année d’interruption pour cause…

À quelques jours de l'ouverture, l'effervescence gagne le Space
A l'heure ou l'élevage devient une question de société, le retour du Space en présentiel, du 14 au 16 septembre, est d'autant…
Au Space, les élèves du Nivot s’occupent des Normandes

Cette année, le Space servira de cadre au concours national de la race Normande, pour lequel 85 animaux ont été sélectionnés.…

Julien Denormandie, un ministre de l’Agriculture en immersion au Space
Loin des visites officielles qui se font parfois au pas de course, le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, a inauguré…
Publicité