Aller au contenu principal

Résilience : La leçon de vie du Roi Jean

Cette année, le Crédit Agricole du Finistère a profité de ses Rendez-vous de l’économie pour explorer le monde "d’après". L’occasion pour le navigateur Jean Le Cam de délivrer quelques précieux conseils.

De gauche à droite : Jean-Paul Kerrien, président du Crédit Agricole du Finistère, Jean Le Cam, 4e au dernier Vendée Globe, et Benoît Lucas, directeur général du Crédit agricole du Finistère.

"L’excellence humaine est l’alpha et l’oméga de la performance économique en entreprise". Voilà une bonne dizaine d’années que The boson project affirme ses valeurs auprès des entreprises. Des valeurs confortées par la pandémie actuelle. "Une étude menée au moment du premier confinement a indiqué que ce qui manquait le plus aux salariés, c’était l’autre", indique Emmanuelle Duez, fondatrice du cabinet de consultants. Et dans le monde "d’après", il va falloir commencer par "recréer du lien". Car les corps sociaux sortent fracturés de la crise, "entre les jeunes et les moins jeunes, ceux qui sont à l’aise avec la digitalisation et les autres, les métiers dits essentiels et ceux qui ne le sont pas…".

 

Aider jeunes et moins jeunes

Un avis que partage le Crédit Agricole du Finistère. "Il faut éviter la fracture générationnelle", plaide Jean-Paul Kerrien en présentant l’offre passerelle, un fonds qui lutte contre la précarité des jeunes en allouant 300 à 500 € pour les aider à financer leurs études, leur logement, un matériel numérique, le permis de conduire… "Et la plateforme Youzful leur permet de trouver un stage, un premier emploi". Et le président de lancer un appel aux entreprises pour qu’elles l’enrichissent, à leur tour, de leurs offres.
Via sa fondation, le Crédit Agricole du Finistère a aussi voulu apporter son soutien aux plus âgés. "Au moment du confinement, nous avons octroyé une aide aux Ehpad, qui ont pu s’équiper en tablettes et autres équipements pour que le lien ne soit pas rompu entre les résidents et leur famille".

L'être humain a toujours tendance à croire au pire ! Mais on n'est jamais à l'abri de bonnes surprises...

Être solidaire

Ces valeurs, Jean Le Cam les pratique au quotidien. "La solidarité des gens de mer est naturelle : on réfléchit pas, on y va !" Un réflexe que le navigateur aimerait voir se généraliser à terre aussi. "Quand il y a des gens en détresse au bord de la route, faut s’arrêter !" Et le Roi Jean de revenir sur le Vendée Globe. "Après le départ, un peu particulier cette année à cause du Covid, il faut toujours quelques jours pour trouver le rythme". Mais quand la radio lui fait part des difficultés de Kevin Escoffier, il se détourne aussitôt et entame les recherches. "J’ai vécu un moment terrible, se souvient le navigateur. Je l’ai perdu de vue. Je ne voyais pas comment le retrouver et il me restait encore un mois et demi de course, seul à bord, avec cette douleur". Et le miracle a finalement lieu. "Je suis passé de la détresse totale au bonheur total quand il est monté à bord".

 

Croire en soi

Des moments difficiles, il en a connu bien d’autres. "Jamais je n’avais vécu ça dans ma vie. Et je ne voudrais pas les revivre". Pour tenir au creux de la vague, il se répète en boucle "que ça va mieux se passer que ce que je pense. L’être humain a toujours tendance à croire au pire ! Mais on n’est jamais à l’abri de bonnes surprises…". Comme l’est sa 4e place au classement général du Vendée Globe ! "Avec notre 4L customisée, qui l’eût cru ?"
Et le navigateur de délivrer quelques conseils aux jeunes et moins jeunes, si nombreux à l’avoir suivi tout au long de la course. "Il faut d’abord croire en soi". Ecouter les autres ? "Les conseilleurs ne sont pas les payeurs ! Il faut tracer sa route sans mollir, être à l’écoute de ce qu’on a envie de faire. Et y aller, même avec des moyens limités : l’argent n’est qu’un outil qui ne doit pas nous faire oublier l’essentiel". Sans se tromper sur les priorités ! "Quand j’ai chaviré, sur un précédent Vendée Globe, on m’a reproché de n’avoir pas attrapé mon téléphone pour alerter les secours… J’ai préféré commencer par enfiler ma combinaison TPS pour ne pas mourir de froid : il faut réfléchir avant de foncer !"

 

100 000 emplois relocalisables en 10 ans

Lors de ces Rencontres de l’économie finistérienne, Loïc Hénaff, président de Produit en Bretagne, a détaillé une étude menée il y a quelques mois par l’association qui regroupe désormais 472 entreprises en Bretagne et Loire Atlantique, pour un total de 110 000 salariés. "Plus de 500 secteurs économiques ont été examinés, dont 188 dans le détail". Et le résultat ne manquera pas d’interpeller chefs d’entreprise et décideurs politiques. "Dans les 10 ans à venir, il est possible de relocaliser 100 000 emplois sur nos cinq départements". Et de citer les légumes, les ovoproduits, le poulet, la construction et la réparation aéronautique, le traitement des déchets non dangereux, les emballages… "En tenant compte du stockage ou du transport, les écarts de coûts de production avec des pays comme la Chine ne sont plus aussi importants qu’il y a 20 ans".

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Quand agriculteur et apiculteur travaillent de concert
Voilà 4 ans déjà que Frédéric Mésangroas, producteur de porcs à Plouigneau (29), accueille les ruches de Daniel Le Louët. Au fil…
Le retour très controversé des protéines animales transformées
Le 14 avril dernier le Standing Committee on Plants, Animals, Food and Feed (Scopaff - en français Comité permanent des végétaux…
Le Space sera bien là en 2021, à Rennes
Le salon de l'élevage fait son grand retour à Rennes. Entre soulagement, fierté et impatience, les organisateurs du Space livrent…
Les Entreprises des territoires en recherche constante de reconnaissance
Les entreprises des territoires (EDT) se réunissaient encore une fois en viso conférence pour l’assemblée générale 2021. l’…
Porcs : les éleveurs demandent la fin de la castration
"On bute sur le mur des abatteurs… Si le gouvernement ne nous aide pas, ça va être compliqué". Mardi dernier, l’association pour…
Choucas des tours : que faire pour limiter les dégâts à l’agriculture ?
Cette année encore, les dégâts de choucas des tours sur les semis de maïs sont nombreux. Et les agriculteurs des environs de…
Publicité