Aller au contenu principal

Plan de relance : les lycées professionnels ont le vent en poupe

Véritables lieux de vie, créateurs de liens sociaux, pourvoyeurs de services, les lycées professionnels sont bien plus que des simples lieux d’enseignement. A l’heure où la crise de Covid-19 ne fait qu’accélérer une tendance à la décentralisation et une volonté de retour à la nature toujours plus marquée de la part des citoyens, comment les régions peuvent-elles tirer profit de ces acteurs du territoire fortement ancrés que sont les lycées professionnels - en particulier agricoles - pour engager la reprise ? Philippe Poussin secrétaire général du Cneap nous livre son analyse.

Philippe Poussin, Secrétaire Général du Cneap.

Le "monde d’après" sera-t-il rural ?

Philippe Poussin. La tendance "verte" et éco-responsable n’est pas née de la dernière pluie. Un sondage Ifop de 2019 indiquait déjà que 57 % des urbains souhaitaient quitter la ville pour vivre plus proches de la nature. La pandémie de Covid-19 et la période de confinement n’ont fait que renforcer ce désir de changement de mode de vie. Selon une étude de Cadremploi réalisée après le confinement, avec le développement du télétravail notamment, près de sept cadres sur dix (68 %) se disent prêts à déménager pour s’installer à la campagne ou dans des petites villes. Mais le manque de services (publics et privés) en dehors des villes reste le premier frein au départ des urbains pour une vie à la campagne. Quel que soit le lieu d’habitation, l’exigence en matière de prestation de services reste la même. Il faut des services de proximité (transports, commerces, loisirs, tourisme, technologie, etc.), et de l’emploi. En France, avec le développement de l’offre TGV, du télétravail ou encore de la couverture 4G, les conditions se mettent en place pour renforcer l’attractivité des campagnes. Sommes-nous aux prémices d’un rééquilibrage territorial d’envergure ? La tendance est affichée, et les lycées professionnels jouent un rôle majeur dans cette évolution sociétale.

 

Peut-on y voir une invitation à un changement de regard ?

P.P. Avec le confinement, la population s’est aperçue que la production agricole française était capable de faire vivre la France pendant plusieurs semaines. Nous assistons à une prise de conscience : l’agriculture est un métier noble. Les produits locaux et les circuits courts sont plébiscités. Une démarche que les lycées professionnels agricoles revendiquent par essence. De surcroît, comme tous les établissements d’enseignement, les lycées professionnels agricoles forment certes leurs élèves, mais ils contribuent aussi fortement à l’animation et à la dynamique des territoires. Car s’ils préparent aux métiers en lien avec l’agriculture (maraîchage, élevage, transformation des produits, commerce des produits agro-alimentaires), ils sont aussi des centres d’apprentissage pour les métiers de services aux personnes et aux territoires. De là découle toute une offre portée par les étudiants : conciergerie, crèches, maisons d’aide maternelle, ateliers, épicerie de lycée… Ancrés dans la réalité de terrain, ils sont donc une réponse concrète aux besoins locaux, tant des citoyens que des entreprises. Les lycées professionnels tissent en effet des liens structurels forts avec le monde de l’entreprise et inscrivent les élèves dans le tissu économique local. Leur taux d’insertion est particulièrement bon, puisque, entre 82 % et 93 % des jeunes diplômés du Bac Pro au Bac+53 trouvent un emploi dans les six mois à trois ans qui suivent l’obtention du diplôme. Et cela participe au cercle vertueux du dynamisme local : ancrés dans un territoire, avec un travail, des activités et des services, les jeunes n’auront pas le désir de le quitter. Les lycées agricoles sont donc des vecteurs forts de la dynamique locale, et participent activement au rayonnement régional, à la décentralisation, clef de la reprise après cette période tourmentée que nous traversons.

 

Quels rôles peuvent jouer les lycées agricoles dans la reprise ?

P.P. Ils sont des centres de ressources pour leur territoire, de véritables plateaux techniques, riches de compétences humaines et de savoir-faire. Le lycée professionnel est une entreprise au sens premier et noble du terme, il est entreprenant dans son territoire et devient partenaire de la mise en place de la décentralisation aux niveaux régional et local, et donc du plan de relance.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"La délégation de travail accompagne les mutations agricoles"
Élodie Gapihan travaille au Crédit Agricole d'Ille-et-Vilaine. Elle est la seule chargée d'affaires en France, à suivre…
ETA Guillon-Barbot : l'innovation pour modèle économique
Depuis 1977, l'ETA Guillon-Barbot à Vitré (35) fait de l'innovation sa marque de fabrique avec une philosophie qui se veut simple…
OP et AOP seront au cœur de la PAC de 2023
Les organisations de producteurs, Op et les associations entre elles AOP, seront au cœur de la future PAC. Elles pourront…
"L'épandage sans tonne, c'est l'avenir !"
L'ETA Guégan à Saint Onen La Chapelle (35) a inauguré cette année son "épandeur sans tonne avec rampe à patins". Une première…
Le projet Egalim II du député Besson Moreau est sur la table
Le député LREM de l’Aube Grégory Besson-Moreau a enfin divulgué sa proposition de loi sur les relations commerciales dans le…
L’observatoire du coût de revient : "faire œuvre utile"
Apporter sa pierre à l’édifice pour la prise en compte du coût de revient des adhérents dans la construction du prix du lait, c’…
Publicité