Aller au contenu principal
Font Size

Porc : dix groupements visent le mâle entier en 2022

Dix organisations de producteurs de porcs se positionnent pour le mâle entier à partir de 2022. Une information à l'attention de leurs adhérents a été transmise. Reste les abatteurs à convaincre maintenant.

Le 23 juin, dix organisations de producteurs (OP) ont informé leurs adhérents qu'à partir de 2022, leur référence "sera une production issue d’élevages ayant arrêté la castration des porcelets". En conséquence, le prix de base de ces groupements sera "un prix moyen s’appliquant à une population de porcs femelles et mâles entiers". Une décision qui aura des conséquences sur le marché porcin avec près de 12 millions de porcs, car les groupements en question représentent la moitié de la production française. Les signataires de cette note sont Agrial, Eureden, Elpor, Evel’Up, Porcinéo, Porélia, Syproporcs, Porvéo, Porc armor évolution et le groupement régional des producteurs de porcs de l’Ouest (GRPPO), indique Agra (source Réussir porc et Porc mag).
En effet, la castration à vif des porcs sera interdite à partir du 31décembre 2021, d’après un arrêté du ministère de l’Agriculture paru le 27 février au Journal officiel. Ce texte fixe les grandes lignes de la transition à venir, tout en laissant de nombreuses questions en suspens.
Or, dans la note adressée à leurs adhérents, les groupements prévoient que "la qualité, en matière de carcasses de porcs mâles entiers, devra être mesurée en abattoir sous la responsabilité d'Uniporc-Ouest" et que le coût de ce contrôle qualité "sera financé via une cotisation dédiée portant sur les porcs charcutiers issus d'élevages ayant arrêté la castration". Les OP continueront toutefois à commercialiser des porcs castrés "pour répondre aux besoins spécifiques de certains marchés".

Quid de la réponse des abatteurs ?
Interrogées, les OP disent ne pas vouloir s'exprimer davantage avant les négociations avec l'aval. "Je ne sais pas ce qui sera demandé, je ne sais pas où l'on va. Après, cela va dépendre de l'abatteur", indique perplexe, un éleveur d'un des groupements. Mâle entier/détection des odeurs en abattoir ou anésthésie en élevage... rien n'est inscrit dans le marbre pour le moment.
D'après l'Ifip interrogé en mars dernier par Agra, la prise en charge de la douleur occasionnerait un surcoût non négligeable. "Il y a quelques années, nous avions chiffré le surcoût à 17 centimes par porcelet pour l'analgésie et 31 centimes par porcelet pour l'anesthésie", rappelle Valérie Courboulay en charge du bien-être animal. Des sommes qui comprennent le produit utilisé et la main-d'œuvre. "Le temps de travail est doublé, poursuit-elle, car il faut prendre les porcelets deux fois".
Aujourd'hui, les éleveurs sont en train de mettre en place les mesures de biosécurité. "Mettre des clôtures a un coût", indique l'éleveur de porcs, auxquelles viendront s'ajouter les charges du bien-être animal demain. Les producteurs ne pourront pas tout supporter seuls.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Acceptabilité sociétale : ouvrir, montrer et démontrer
Alors que s’ouvre dans quelques jours en mairie d’Arzal (56) leur dossier d’enquête publique, les associés de la SCEA de Kerollet…
Canettes tueuses, quand l'incivilité tue
Depuis deux ans, le Gaec de Kerforn, à Caudan, a du se résoudre à faire euthanasier six vaches sur la centaine de laitières qui…
Méthanisation : un procédé d’avenir, moyennant quelques précautions
L’affaire a fait grand bruit dans le Finistère : en début de semaine dernière, une fuite provenant d’une unité de méthanisation a…
Une nouvelle équipe chez les Jeunes agriculteurs
S’ils ont tenu leur assemblée générale juste avant le confinement, le Covid a ensuite bloqué les élections du Bureau et du…
Valens, le nouveau verrat équilibré d’Axiom
La firme génétique met sur le marché un nouveau verrat dont l’objectif est de répondre aux exigences des producteurs français.…
Maïs : estimer sa date de récolte
Point de situation des maïs à la mi-août. Les premières récoltes sont attendues dès la fin août pour la moitié sud de l'Ille-et-…
Publicité