Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Propriété privée rurale : un syndicat dynamique

Avec un nombre d'adhérents en forte hausse ces dernières années, le syndicat de la propriété privée rurale du Finistère veut "faire battre le coeur de la ruralité", en donnant tout son sens au droit de propriété.  

Hélène Beau de Kerguern a présidé l'assemblée générale du syndicat de la propriété privée rurale du Finistère le 25 octobre dernier à Châteaulin.
© Chantal Pape

Avec un conseil d'administration d'une vingtaine de membres, le syndicat départemental de la propriété privée rurale est passé de 90 adhérents en 2011 à 210 cette année. "Mais ce n'est pas encore suffisant", estime Hélène Beau de Kerguern, en pointant les 55 000 propriétaires fonciers que compte le Finistère, ou les 985 adhérents du syndicat vendéen. Et la présidente de lancer un "premier défi", en demandant à chacun de faire adhérer un propriétaire. "Pour vous aider, nous venons d'éditer un flyer, qui présente le syndicat et ses actions".

Informer

S'il a pour rôle d'informer ses adhérents, au travers de son site Internet ou de sa newsletter, le syndicat de la propriété privée rurale se charge aussi de les défendre et les conseiller, via des permanences à Brest, Morlaix et Quimper ou le service juridique du syndicat national. Il représente aussi les propriétaires ruraux au sein des différentes instances, du département à l'échelon national. "Nous voulons préserver le patrimoine rural pour les générations futures. Et partager pratiques exemplaires et gestion innovante".

Proposer

Pour défendre la propriété privée rurale, le syndicat imagine un nouveau bail, "suffisamment long pour le preneur, 20 ans, mais moins long qu'une génération, détaille Hélène Beau de Kerguern. Un bail qui ait le statut fiscal des baux à long terme, avec une liberté des deux parties à l'échéance, comme le bail actuel de 25 ans, et une révision possible du prix de base tous les 6 ans, en fonction des arrêtés préfectoraux, tout en conservant un avec un indice annuel". Le syndicat souhaiterait également y introduire des clauses environnementales.

Remplacer

"Avec un seuil d'application et d'agrandissement maximum les plus bas de France, et un calcul de l'IDE qui ne tient pas compte de la performance de l'entreprise et de sa rentabilité, le SDREA, le schéma directeur régional des structures ne nous convient pas", indique la présidente, qui voudrait le remplacer par "un outil attractif et innovant pour les apporteurs de capitaux, qui permettrait aux entreprises agricoles bretonnes de s'adapter aux conditions économiques, sociales et environnementales du marché".

Une hausse insuffisante

Si le syndicat se félicite d'une hausse du fermage de 1,66%, "cette hausse est insuffisante, estime Hélène Beau de Kerguern. Et en décalage dans un contexte de pression foncière qui s'accroît dans de nombreux secteurs, un consensus très courant entre bailleur et preneur pour des prix au-delà des maxima, et des prix de location en Europe très à la hausse".

 

Pratique

Une question ? Envie d'adhérer ? Vous pouvez joindre le syndicat de la propriété privée rurale au 02 98 52 48 48 ou consulter le site www.propriete-rurale29.com.

 

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Dégâts de choucas : une nouvelle organisation dans les Côtes d’Armor
La population de cette espèce protégée augmente inexorablement depuis plus de dix ans dans le département. En 2019, la profession…
À Pleyber-Christ (29), Une salle de traite qui limite les contraintes
âgés de 50 ans, Gisèle et Bruno Kérébel ont profité du changement de leur salle de traite pour imaginer une installation qui leur…
La filière méthanisation  sur une ligne de crête difficile
Plus de 1 300 unités de méthanisation seraient en projet, pour 900 actuellement en fonctionnement, selon le ministère de la…
Ouverture d'une enquête suite à une surmortalité piscicole liée aux épandages
Ces dernières semaines, plusieurs cas de pollutions de cours d'eaux ont été relatés dans la presse, notamment en Ille-et-Vilaine…
En 2020, le manque de nourriture risque de tuer bien plus que le coronavirus

Le directeur du programme alimentaire des Nations Unies vient de tirer la sonnette d’alarme face à la "pandémie de la faim"…

Le Gaec des Chênes préfère  une gestion durable de ses haies
Avec un linéaire de dix-neuf kilomètres de haies, le bien-nommé Gaec des Chênes, à Plougonven (29) a mis en place, il y a des…
Publicité