Aller au contenu principal

Rendez-vous techniques bio du 6 au 9 octobre

Les chambres d’agriculture de Bretagne organisent des rendez-vous techniques en agriculture biologique. Au programme de ces rencontres : des témoignages d’agriculteurs, des démonstrations d’équipement, des interventions de techniciens sur des thématiques comme les vaches nourrices, le stockage et le triage des récoltes des cultures sur la ferme, les techniques de gestion de l’enherbement et des bioagresseurs en légumes… Découvrez le programme des rendez-vous techniques bio.

Mardi 6 octobre / 13h30 à 17h
Des nourrices pour faciliter l’élevage des génisses

1/ Anne Quinquis et Alain Normant, Lanavan / MAHALON (29).
- 80 vaches croisées et la suite sur 70 ha tout en herbe zone sèche
- 18 génisses élevées/an par six vaches nourrices, vêlage à 24 mois strict, vêlages très groupés au printemps, monotraite toute l’année, salle de traite fermée en hiver

Rendez-vous techniques bio

2/ Jean-Michel Thébault, La Ville allée  / HEDE-BAZOUGES (35)
- 50 vaches et la suite sur 62 ha (5 ha maïs, 57 ha en prairie)
- 12 génisses élevées/an par 4 vaches nourrices
- Vêlages plus ou moins groupés au printemps, mise en place de la monotraite toute l'année en 2019

Rendez-vous techniques bio

Mercredi 7 octobre / 13h30 à 17h
Bien trier et stocker pour valoriser ses cultures alimentaires

3/ Fabienne et Rémy Gicquel, La Cavalerie / SAINT-GONNERY (56)
- 68 ha dont 23 ha d’herbe et 45 ha de cultures : colza, cameline, chanvre, blé, petit et grand épeautre, Sarrazin, seigle, orge de brasserie, lentille verte, pois cassé et lentille corail
- Séchage, triage avec nettoyeur, séparateur et trieur optique (en CUMA) et stockage en big bag sur la ferme
- Élaboration d’huile, de farine, de graine décortiquée vendues 100¨% en direct auprès de producteurs, supermarchés et restaurateurs
- Mais aussi : deux gites et une chambre d’hôtes
- Vitrine : Essais colza associés

Rendez-vous techniques bio

Jeudi 8 octobre / 9h à 12h
Du champ au moulin

4/ Jonas Le Gall, Kerveguen  / ERGUE-GABERIC (29)
- Exploitation : 68 ha dont 18 ha en sarrasin, 11 ha en seigle, 4 ha d’orge, 2 ha de blé, 6 ha de lupin et depuis peu 3,5 ha de quinoa
- Meunerie : Stockage et transformation - Contrat avec d’autres producteurs pour assurer une fabrication de farine toute l’année
- Système légumier diversifié, gestion de l’enherbement et des bio agresseurs  à partir de 15h

Rendez-vous techniques bio

5/ Jean-Jacques, Marie-Claire et Sylvain Le Bris, Kervrezel  / PLEUMEUR-GAUTIER (22)
- En bio depuis 1997, 75 ha dont 60 ha de légumes de plein champ avec un assolement diversifié : une gamme de choux (chou-fleur, brocoli, choux cabus blanc et rouge, chou de milan), salade iceberg, oignon jaune, betterave, carotte, radis noir et pois industrie et céréales
- Parc matériel adapté aux cultures (autoguidage RTK, désherbeur thermique), techniques de gestion de l’enherbement et des bioagresseurs. - Zoom sur les cultures de carottes, salades et brocolis.

Rendez-vous techniques bio

Vendredi 9 octobre / 13h30 à 17h
Simplicité et maitrise des charges en grandes cultures

6/ Karim Elouali, Le Pastis d’Orcan  / NOYAL-SUR-VILAINE (35)
- 140 ha dont 80 ha en céréales et 60 ha de prairies de fauche (luzerne et prairies temporaires). Valorisation en filière longue (alimentation animale).
- Investissement à l’économie pour le tri et le stockage

Rendez-vous techniques bio


Inscription obligatoire au 02 96 79 21 66

 

"La vulgarisation passe souvent par le terrain"

Rendez-vous techniques bio

Président de la commission bio à la chambre d'agriculture de Bretagne et agriculteur en production laitière à Lauzach (56), Patrice Le Penhuizic présente ces rendez-vous techniques bio qui sont à chaque fois l'occasion de montrer que les techniques évoluent mais aussi contribuer à donner une bonne image de l'agriculture bretonne.

Dans quel cadre sont organisés ces rendez-vous techniques bio ?

Patrice Le Penhuizic. Nous avons déjà organisé des rendez-vous comme ceux là par le passé, mais cette fois, l'organisation et la communication se font à l'échelle régionale. Ces rendez-vous s'adressent aux agriculteurs avec différentes thématiques abordées lors de chaque journée. Il y a des systèmes légumiers, des grandes cultures, du lait.... On ne peut pas calquer le mode de production conventionnel au bio car les contraintes sont différentes. Si on prend l'exemple des céréales, en bio il y a des questions spécifiques, sur le tri, la collecte, le stockage...

Qui sont les agriculteurs qui participent à ces portes ouvertes ?

P.L.P. Ce sont des agriculteurs et des exploitations qui techniquement sont précurseurs. Pour les chambres d'agriculture de Bretagne, c'est aussi l'occasion de diffuser nos références, en allant au devant des agriculteurs, en partageant nos expériences de terrain... Temps de travail, méthodes, équipements, maîtrise du salissement... C'est vraiment une opportunité pour les agriculteurs qui se posent des questions, non seulement de voir ce qui peut se faire ailleurs, mais surtout de se rendre compte que ça marche ! La vulgarisation passe souvent par le terrain. On a besoin de voir ce qui a été bien fait, même si au final il ne s'agit pas de faire un copié/collé sur sa propre exploitation.

Comment la chambre d'agriculture accompagne-t-elle le développement de la bio ?

P.L.P. On a commencé par renforcer les équipes de conseillers bio. Il y a beaucoup de groupes, d'échanges, de formations, de recherches dans les stations expérimentales et on a des ingénieurs et des compétences au sein de nos équipes. On ne le dit peut-être pas assez mais nous accompagnons aujourd'hui 50 % des agriculteurs en bio. Les légumes et le lait sont aujourd'hui les deux productions où il y a le plus de développement en Bretagne.

Avec les mesures sanitaires, comment vont s'organiser ces rendez-vous ?

P.L.P. Bien sûr tout ça va s'organiser avec le respect des règles sanitaires : masques, gel hydroalcoolique à l'entrée de chaque parcours... C'est aussi important pour nous de continuer à garder un lien social. Pendant le confinement, les agriculteurs ne se sont pas arrêtés et on se doit ausi de répondre à leurs attentes.

Propos recueillis par Arnaud Marlet

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le Finistère à l’honneur des Trophées de l’agro-écologie
Le ministère de l’Agriculture et de l'Alimentation, avec le soutien du Crédit Agricole, organise chaque année les Trophées de l’…
Arrêt de la castration à vif : le ministre présente son plan d'action
Vendredi 19 novembre, Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, s'est rendu dans les Côtes-d’Armor, aux…
Mettre à profit la biodiversité pour contrôler les ravageurs
La biodiversité est souvent considérée comme une notion abstraite à l’usage des naturalistes. Avec l’avancée des connaissances,…
Trop c’est trop

Alors que l’on nous parle de souveraineté alimentaire et de transmission-installation,force est de constater que la…

Égalité dans les territoires ruraux : mais où sont les femmes !
"Femmes et ruralité : en finir avec les zones blanches de l’égalité", tel est le titre du rapport d’information que vient de…
Prophylaxie bovine : quid de la nouvelle réglementation ?
La loi de santé animale (LSA) fixe les grands principes de prévention et d’éradication des maladies animales et impose pour la…
Publicité