Aller au contenu principal

S’installer oui, mais en gagnant sa vie

Gwendoline et Bastien s’installent en production laitière à Trégrom (22) après des expériences de salarié en production porcine et commerciale en aliments bovins. "Nous avions pour projet de reprendre une ferme mais pas n’importe où et pas à n’importe quel prix", explique Bastien. Installés au 1er décembre 2020, le "Gaec de Tout va bien", porte en son nom l’optimisme de ses associés.

Gwendoline, Bastien et la petite Noémie s'installent en confiance dans un projet à taille humaine pour concilier vie professionnelle et vie familiale.

Déjà établit à Louargat, le couple souhaitait investir dans une ferme à moins de 10 km de leur habitation. Après quelques recherches infructueuses par bouche à oreille, ils s’inscrivent au RDI (Répertoire Départ Installation) et sont mis rapidement en relation avec les cédants de la ferme de Trégrom. "Nous cherchions une ferme à taille raisonnable, avec 40 à 70 vaches, 60/70 hectares et du pâturage accessible", se souvient Gwendoline. Une approche du métier où la charge de travail doit être acceptable et les résultats financiers soutenables. Les cédants ont été transparents très vite sur le prix de vente, ce qui a permis au couple de se projeter plus facilement dans ce projet. "Pour nous, il est essentiel de pouvoir vivre de notre métier sans compter sur des prix du lait flamboyants ou les aides à l’installation", soutient Gwendoline. "On ne se seraient pas installés à tout prix. Et si jamais, dans cinq ans, ça ne marche pas, on ne sacrifiera pas notre vie de famille pour la ferme. Ce serait difficile mais nous arrêterions", reprend t-elle.

 

Financement : se faire comprendre

Alors qu’ils avaient de très bonnes relations avec leur banquier du Crédit mutuel, c’est finalement avec le conseiller du Crédit Agricole qu’ils feront affaire. "Le premier rendez-vous a été animé car nous ne souhaitions pas faire entrer notre DJA dans le plan de financement. Nous voulions conserver un peu de trésorerie en cas de coup dur et que la ferme soit viable d’elle même", estime Bastien. Une démarche assez rare dans le montage de projets mais qui n’a pas empêcher sa faisabilité. "Nous avons été conquis par le déplacement sur la ferme d’un référent (administrateur de la banque et agriculteur) qui, en faisant le tour avec nous, a compris notre démarche, nos idées d’évolution et à souscrit à nos choix en estimant qu’ils étaient cohérents", se rappelle Gwendoline. L’avis favorable de ce référent auprès des banquiers à été un atout considérable. "La discussion avec la banquière a ensuite été plus concrète. Ceci dit, nous avons fortement apprécié qu’elle nous conseille sur la partie financière sans entrer dans les considérations techniques du métier d’agriculteur".

 

Sécuriser les investissements

Financé à 100 % par le Crédit Agricole, le couple se dit "satisfait de l’offre qui était bonne et ajustable". Un dernier critère primordial pour Gwendoline et Bastien qui souhaitaient conserver une marge de sécurité en se basant sur des résultats identiques à celui du cédant et en étant pas trop optimiste sur les prix. "Nous savons pertinemment que le prix du lait ne montera pas à 400 euros/1 000 l, c’est à nous d’adapter nos investissements". Demain, si le projet doit évoluer, le couple imagine plus une diversification vers la gestion de gîtes ruraux ou de la transformation plutôt que vers la course aux volumes.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Forestiers : comment restaurer le dialogue avec la société ?
Si les citoyens apprécient la forêt, symbole de nature préservée, et le bois matériau, pour se chauffer ou se meubler, ils sont…
Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
Des moissons compliquées par une météo pluvieuse
Depuis le 14 juillet le beau temps était reparti permettant aux moissons de démarrer enfin après un épisode pluvieux record. Sur…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Se lancer dans l’inconnu oui mais... avec des partenaires que l’on connaît bien !
Installés depuis quatre ans, Myriam et Vincent Labbé, ont repris deux élevages sur la commune de Plenée-Jugon (22). Leur objectif…
Publicité