Aller au contenu principal

Un paysage bocager qui évolue

Par les services agro-écologiques qu’ils fournissent, les arbres bocagers ont un rôle à jouer dans les exploitations agricoles. L’agroforesterie, association des arbres aux cultures ou élevages, fait partie du paysage rural. Elle se présente sous différentes formes, comme les haies ou les prés-vergers, auxquelles s’ajoute aujourd’hui la combinaison des arbres et des productions agricoles au sein d’une même parcelle.

À la demande de la Draaf, une enquête statistique est actuellement menée en Bretagne pour mesurer l’évolution du bocage.

Précisons que le terme agroforesterie utilisé aujourd’hui désigne tous les modes d’occupation du sol associant les arbres et les productions agricoles. Le bocage est une forme d’agroforesterie à part entière, comme les aménagements intra-parcellaires.

 

Un paysage lié à l’agriculture

Le bocage constitue le paysage typique de l’Ouest de la France. Le bocage breton se caractérise par la présence de haies boisées autour de parcelles de prairies et de cultures. Le réseau bocager a été façonné par l’Homme et est très dépendant des activités agricoles. C’est justement parce que ce paysage est lié à l’agriculture que les mutations qui ont eu lieu dans ce domaine d’activité au cours des soixante dernières années ont profondément modifié le bocage. La modernisation de l’agriculture, qui a entraîné notamment l’agrandissement des exploitations et leur professionnalisation, a nécessité la restructuration du parcellaire et l’arasement de haies et talus. Les actions d’aménagement foncier ont accompagné ces mutations et ont contribué à faire régresser fortement le linéaire bocager jusqu’à la fin des années 1970.

 

Un linéaire bocager qui régresse

On connaît mieux aujourd’hui les rôles du bocage, qu’ils soient environnementaux (protection des sols, maintien de la qualité des eaux, maintien d’une biodiversité, stockage carbone, bien-être animal…), sociétal par son aspect paysager, mais aussi économique par les valorisations du bois (bois énergie, bois d’œuvre, paillage, litière…). Dans le même temps, la prise en compte de l’environnement dans les processus d’aménagement foncier est apparue (loi de 1976 relative à la protection de la nature) et devient de plus en plus importante. L’arasement des talus s’est amoindri dans les aménagements fonciers et des actions de plantations se sont développées pour compenser les impacts de ces opérations. De cette période aussi, datent les premières opérations de reconstitution du linéaire bocager en Bretagne qui se développeront jusqu’à aujourd’hui (programmes Harmonie et Breizh bocage). Malgré ces modifications, le linéaire bocager semble toujours régresser, même si le rythme de ce recul est plus modéré. En Bretagne, le linéaire aurait ainsi diminué de 12 % de 1996 à 2008 pour atteindre 183 000 km (DRAAF, 2008). Une nouvelle enquête statistique est en cours pour évaluer l’évolution du bocage de 2008 à aujourd’hui.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
Forestiers : comment restaurer le dialogue avec la société ?
Si les citoyens apprécient la forêt, symbole de nature préservée, et le bois matériau, pour se chauffer ou se meubler, ils sont…
Des moissons compliquées par une météo pluvieuse
Depuis le 14 juillet le beau temps était reparti permettant aux moissons de démarrer enfin après un épisode pluvieux record. Sur…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Se lancer dans l’inconnu oui mais... avec des partenaires que l’on connaît bien !
Installés depuis quatre ans, Myriam et Vincent Labbé, ont repris deux élevages sur la commune de Plenée-Jugon (22). Leur objectif…
Publicité