Aller au contenu principal

Choucas des tours : que faire pour limiter les dégâts à l’agriculture ?

Cette année encore, les dégâts de choucas des tours sur les semis de maïs sont nombreux. Et les agriculteurs des environs de Saint Renan ont décidé d’agir. Le 20 mai dernier, sous l’égide de la FDSEA, des JA et de la chambre d’agriculture, ils ont réuni élus locaux et chasseurs pour voir ce qu’il est possible de faire.  

"Le choucas des tours est une espèce protégée, en France comme en Europe, commence par rappeler Didier Le Gac qui, avec d’autres députés, s’est penché sur la question. Essayer de la déclasser ? Ce n’est pas la peine d’y compter". Pour l’instant, c’est principalement le Finistère et les Côtes d’Armor qui sont concernés par les dégâts, même si la population de choucas tend à progresser vers l’est de la région. Et le choucas reste une espèce en voie de disparition dans le sud-est de la France, en Allemagne…

Mais, pour autant, le député ne veut pas laisser les agriculteurs sans solution. "Le Préfet a pris un arrêté dérogatoire, fixant le prélèvement à 16 000. Il faut que, dans chaque commune, un ou deux chasseurs soient prêts à effectuer les tirs". Les cages de piégeage étant également très efficaces, il incite les maires présents à financer leur achat. Et les agriculteurs à déclarer tous leurs dégâts aux cultures, "ce qui nous permettra de plaider pour une gestion adaptative de l’espèce". Une demande qu’avec Jean-Hervé Caugant, président de la chambre d’agriculture, il a déjà faite à Barbara Pompili, ministre de la transition écologique, lors de sa venue dans le Finistère.

Une espèce en forte progression

Déjà obtenue pour le grand tétras, la tourterelle des bois ou le courlis cendré, une gestion adaptative donnerait une plus grande liberté pour contenir une population de choucas en progression exponentielle dans le Finistère. "On en comptait 12 000 en 2010 et 250 000 dix ans plus tard, indique Didier Le Gac. "C’est seulement quand les incendies vont se multiplier dans les maisons que le dossier va enfin bouger", s’agace un agriculteur. "Pas si sûr, tempère Thierry Marchal, secrétaire général de la FDSEA. Le choucas s’adapte à son environnement. Maintenant que les cheminées sont plus nombreuses à être grillagées, on en a vu chasser les pigeons des étables et y faire leurs nids. Ou dans les arbres".

Didier Le Gac veut aussi explorer la piste de l’indemnisation, les dégâts ayant été chiffrés à 3 millions d’euros pour le seul Finistère l’an passé. "Pour l’instant, seuls le loup, le lynx et l’ours y donnent droit. Je vais rencontrer Julien Denomandie, ministre de l’agriculture, pour voir ce qu’on peut faire". De son côté, la FDSEA a essayé de faire bouger les lignes. "Attaquer l’État devant la justice est très compliqué ! Il faut apporter la preuve, par huissier, que les dégâts sont bien dus aux choucas".

Peu de solutions

En attendant, les agriculteurs n’ont que peu de solutions. Semer plus profond ? "On en est déjà à 6-7 cm et les plants continuent à partir", constate Romain Louzaouen, président JA du canton de Saint Renan. Resemer ? "Les choucas s’en prennent à nouveau à la parcelle", affirme Mickaël Petton, vice-président FDSEA du canton de Saint Renan.

Utiliser des canons pour effrayer les oiseaux ? "Aussitôt, les riverains vont se plaindre en mairie, indiquent de concert les agriculteurs, qui demandent à leurs élus d’expliquer, via le bulletin municipal, l’intérêt de tels dispositifs. "Mais les choucas arrivent au lever du jour dans les parcelles. Difficile de mettre le canon en route à 5h30 ou 6h du matin".

"Pourquoi ne pas ré-autoriser l’enrobage des graines avec un répulsif, propose Jacques Le Bloas, président de Res’agri Brest. Ca marchait bien".

Simplifier les procédures

Localement, les agriculteurs doivent se rapprocher des chasseurs pour les tirs de prélèvement. "Il faut simplifier les procédures", estime Yvon Léon. Car les chasseurs, désormais plus âgés et moins nombreux, se découragent face aux contraintes. "Le rôle premier de la chasse est de maintenir les équilibres naturels, rappelle le président de la société de chasse de Saint Renan. Hormis l’Homme, le choucas n’a pas de prédateur. Et il vient prendre la place des autres oiseaux, appauvrissant la biodiversité". "Et ses dégâts ne se cantonnent pas au maïs", rajoute Thierry Marchal, évoquant les plants d’échalotes ou les mini-mottes de choux arrachés dans la zone légumière. "Sans compter les dégâts dans les parcelles de céréales, plus difficiles à quantifier".

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Les agriculteurs mettent ‡ l'honneur le Tour de France et leur territoire
C'est un événement majeur pour tous les territoires qu'il traverse. Et cette année la Bretagne a été gâtée en accueillant même le…
Des moissons compliquées par une météo pluvieuse
Depuis le 14 juillet le beau temps était reparti permettant aux moissons de démarrer enfin après un épisode pluvieux record. Sur…
Se lancer dans l’inconnu oui mais... avec des partenaires que l’on connaît bien !
Installés depuis quatre ans, Myriam et Vincent Labbé, ont repris deux élevages sur la commune de Plenée-Jugon (22). Leur objectif…
Publicité