Aller au contenu principal

Protégeons le carbone en organisant les rotations

En Bretagne, l’élevage bovin repose sur les ressources de son sol. Ce dernier fournit la quasi-totalité de l’alimentation des animaux. Les bovins, par leurs déjections, maintiennent la richesse du sol et donc la durabilité de sa production. Par la traite, l’élevage laitier dicte le retour biquotidien des vaches à l’étable et donc une occupation des surfaces proches des bâtiments par de l’herbe. Les parcelles "de l’autre côté de la route" sont majoritairement dédiées aux cultures annuelles dont le maïs fourrage. Le bénéfice de la prairie dans les rotations n’est plus à prouver. Vecteur de productivité des cultures annuelles lors de son retournement, moindre salissement des plantes sarclées et maintenant stockage de carbone, la prairie mérite sa place dans toutes les rotations de l’élevage bovin. À Trévarez, un système laitier à faible empreinte carbone est en place depuis 2018. Explications sur la logique de construction des rotations au service de la productivité fourragère et de la préservation du carbone.

 

Coordination du dossier : Pascal Le Cœur (Chambre d’agriculture de Bretagne) et Emmanuelle Le Corre (Terra)
Rédaction : Chambres d'agriculture de Bretagne : Pascal Le Cœur. Terra : Emmanuelle Le Corre.

Au sommaire de ce dossier

Système bas carbone, imprimer un cercle vertueux dans les rotations
À Trévarez, des rotations vertueuses sont organisées au service de la productivité fourragère pour un système laitier à faible empreinte carbone.
Le "bas carbone", un beau challenge à relever
Jean-Hervé Caugant, producteur de lait bio dans le Finistère, est engagé depuis longtemps dans l'implantation de prairies multi-espèces, la baisse des
Trévarez, maintenir des rotations sur la surface accessible pour de bonnes prairies
L’agrandissement des troupeaux conduit rarement à une augmentation de la surface accessible au pâturage des vaches laitières, menant à une saturation
Organiser une place pour l’herbe sur la surface non accessible
Les cultures annuelles occupent une place grandissante sur les surfaces non accessibles au pâturage des vaches laitières.
Publicité