Aller au contenu principal
Font Size

Système bas carbone, imprimer un cercle vertueux dans les rotations

À Trévarez, des rotations vertueuses sont organisées au service de la productivité fourragère pour un système laitier à faible empreinte carbone.

Les exploitations laitières bretonnes sont conditionnées par la structuration de leur parcellaire. Elles ont à faire face à une dichotomie majeure qui les distingue des autres productions : d’un côté le parcellaire accessible au pâturage des laitières où des obstacles importants peuvent empêcher la circulation bi-quotidienne des vaches traites  (voire en continu dans le cas de la traite robotisée). D’autre part se trouvent les îlots de parcelles non accessibles à ce pâturage dont la destination est différente puisque 70 % des UGB de l’exploitation laitière ne peuvent s’y rendre pour pâturer. À Trévarez, le système bas carbone n’échappe pas à cette situation et a organisé ses rotations pour l’efficacité de la production fourragère.

90 % de SFP/SAU

Des prairies en rotation sur une majorité de surface

Le système bas carbone de Trévarez est organisé autour d’une SAU de 121 ha, dont 51 ha accessibles au pâturage des vaches laitières. La surface accessible "correcte" est à relativiser face au troupeau conventionnel de 130 vaches pour lesquelles ces surfaces sont destinées. Cette surface autorise 40 ares accessibles au pâturage des laitières. Afin de faire face aux besoins du troupeau laitier et de son renouvellement, la SFP représente 90 % de la SAU, ce qui laisse peu de place aux céréales et cultures de vente. Cette forte orientation fourragère des surfaces se rapproche des situations rencontrées dans les bassins laitiers très spécialisés bretons, tranchant avec la moyenne régionale à 80 % de SFP dans la SAU.

40 ares accessibles au pâturage

Le pâturage des vaches laitières reste un vecteur essentiel de la compétitivité des exploitations et se positionne en tant que levier déterminant pour la maîtrise des émissions brutes de gaz à effet de serre. D’un point de vue agronomique, la possibilité d’introduire des prairies en rotation sur la majorité des surfaces de l’exploitation permet d’imprimer un cercle vertueux sur le potentiel fourrager global de l’exploitation. Lorsqu’on n’y prête pas attention, la situation peut devenir caricaturale au point de positionner une monoculture prairie sur la surface accessible au pâturage des laitières et une rotation maïs-céréales voire une monoculture maïs de "l'autre côté de la route".

 

Système bas carbone

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Cette année, les moissons de céréales affichent de faibles  rendements
Avec le retour du soleil, les moissonneuses sont nombreuses dans les champs de la région ces derniers jours. En revanche, même si…
Tensions autour  de la PAC
L'Allemagne a pris la présidence du conseil des Ministres depuis le 1er juillet. Elle se fixe pour principale tâche de finaliser…
Nouveau cadre financier pour 2021-2027 : Quelles conséquences pour la réforme de la Pac ?
Les discussions entre les dirigeants européens qui ont abouti à un accord le 21 juillet ont porté sur les enveloppes budgétaires…
Porc : dix groupements visent le mâle entier en 2022
Dix organisations de producteurs de porcs se positionnent pour le mâle entier à partir de 2022. Une information à l'attention de…
Revenu des agriculteurs : l’objectif de deux Smic est hors d’atteinte
Les revenus bruts par actif agricole non salarié avoisinent plutôt le Smic. Seuls les producteurs de porcs, de volailles standard…
Un observatoire pour lutter contre l'agribashing
La cellule nationale de suivi des atteintes au monde agricole Demeter se décline dans les départements. En Ille-et-Vilaine, la…
Publicité