Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Système bas carbone, imprimer un cercle vertueux dans les rotations

À Trévarez, des rotations vertueuses sont organisées au service de la productivité fourragère pour un système laitier à faible empreinte carbone.

Les exploitations laitières bretonnes sont conditionnées par la structuration de leur parcellaire. Elles ont à faire face à une dichotomie majeure qui les distingue des autres productions : d’un côté le parcellaire accessible au pâturage des laitières où des obstacles importants peuvent empêcher la circulation bi-quotidienne des vaches traites  (voire en continu dans le cas de la traite robotisée). D’autre part se trouvent les îlots de parcelles non accessibles à ce pâturage dont la destination est différente puisque 70 % des UGB de l’exploitation laitière ne peuvent s’y rendre pour pâturer. À Trévarez, le système bas carbone n’échappe pas à cette situation et a organisé ses rotations pour l’efficacité de la production fourragère.

90 % de SFP/SAU

Des prairies en rotation sur une majorité de surface

Le système bas carbone de Trévarez est organisé autour d’une SAU de 121 ha, dont 51 ha accessibles au pâturage des vaches laitières. La surface accessible "correcte" est à relativiser face au troupeau conventionnel de 130 vaches pour lesquelles ces surfaces sont destinées. Cette surface autorise 40 ares accessibles au pâturage des laitières. Afin de faire face aux besoins du troupeau laitier et de son renouvellement, la SFP représente 90 % de la SAU, ce qui laisse peu de place aux céréales et cultures de vente. Cette forte orientation fourragère des surfaces se rapproche des situations rencontrées dans les bassins laitiers très spécialisés bretons, tranchant avec la moyenne régionale à 80 % de SFP dans la SAU.

40 ares accessibles au pâturage

Le pâturage des vaches laitières reste un vecteur essentiel de la compétitivité des exploitations et se positionne en tant que levier déterminant pour la maîtrise des émissions brutes de gaz à effet de serre. D’un point de vue agronomique, la possibilité d’introduire des prairies en rotation sur la majorité des surfaces de l’exploitation permet d’imprimer un cercle vertueux sur le potentiel fourrager global de l’exploitation. Lorsqu’on n’y prête pas attention, la situation peut devenir caricaturale au point de positionner une monoculture prairie sur la surface accessible au pâturage des laitières et une rotation maïs-céréales voire une monoculture maïs de "l'autre côté de la route".

 

Système bas carbone

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Dégâts de choucas : une nouvelle organisation dans les Côtes d’Armor
La population de cette espèce protégée augmente inexorablement depuis plus de dix ans dans le département. En 2019, la profession…
À Pleyber-Christ (29), Une salle de traite qui limite les contraintes
âgés de 50 ans, Gisèle et Bruno Kérébel ont profité du changement de leur salle de traite pour imaginer une installation qui leur…
La filière méthanisation  sur une ligne de crête difficile
Plus de 1 300 unités de méthanisation seraient en projet, pour 900 actuellement en fonctionnement, selon le ministère de la…
Ouverture d'une enquête suite à une surmortalité piscicole liée aux épandages
Ces dernières semaines, plusieurs cas de pollutions de cours d'eaux ont été relatés dans la presse, notamment en Ille-et-Vilaine…
En 2020, le manque de nourriture risque de tuer bien plus que le coronavirus

Le directeur du programme alimentaire des Nations Unies vient de tirer la sonnette d’alarme face à la "pandémie de la faim"…

Le Gaec des Chênes préfère  une gestion durable de ses haies
Avec un linéaire de dix-neuf kilomètres de haies, le bien-nommé Gaec des Chênes, à Plougonven (29) a mis en place, il y a des…
Publicité