Aller au contenu principal

Organiser une place pour l’herbe sur la surface non accessible

Les cultures annuelles occupent une place grandissante sur les surfaces non accessibles au pâturage des vaches laitières. Or la prairie induit des effets bénéfiques sur la rotation tant sur le plan des rendements que de la pression des adventices, sans oublier la biodiversité. Sur le système expérimental à faible empreinte carbone de Trévarez, les prairies temporaires ont trouvé une place permettant d’induire ce cercle vertueux.

Les prairies dédiées au pâturage des génisses permettent d’insérer de l’herbe dans les rotations.

Ces surfaces non fréquentées par les vaches traites sont souvent occupées en priorité par les cultures annuelles fourragères à savoir le maïs fourrage essentiellement. Lorsque les besoins fourragers des troupeaux bovins sont satisfaits, le solde de surface est dédié aux cultures annuelles souvent majoritairement les céréales à paille concourant à satisfaire les besoins en litière.
Les seules prairies se limitent à celles destinées au pâturage des génisses, ainsi qu’à des prairies de fauche. Ces parcelles en herbe sont parfois pour partie composées de prairies naturelles.

 

Le degré de spécialisation laitière peut induire un assolement limité

Le degré de spécialisation laitière de l’exploitation a des conséquences sur la part de cultures de vente dans la SAU. À Trévarez, 90 % de la SAU étant représentée par la SFP, la sole céréalière se limite à 10 ha environ. Si la prairie ne trouve pas une place non négligeable, une partie importante de la surface en maïs se trouve conduite en monoculture. Compte-tenu des rendements peu concurrentiels face à l’herbe, la diversification des cultures ne trouve pas de voie crédible dans l’introduction de mélanges céréales-protéagineux immatures ensilés. Pourtant, une logique de rotations incluant la prairie temporaire a été aussi mise en place sur le système expérimental à faible empreinte de la station de Trévarez.

Système bas carbone

Ralentir la rotation par la prairie

Dans un objectif de vêlage à 2 ans, la qualité de l’herbe pâturée est essentielle pour assurer de bonnes croissances. À Trévarez, cela a conduit à implanter de bonnes prairies temporaires en complément de quelques prairies naturelles encore pâturables. L’objectif, pour les génisses de plus de 6 mois, est de pouvoir couvrir leurs besoins fourragers par du pâturage pendant la totalité de la saison de pâturage d’avril à novembre. Il faut donc être en mesure d’adapter la surface pâturable en fonction de l’évolution des besoins des génisses et d’accompagner la baisse progressive de la pousse de l’herbe au cours de l’été. L’objectif de couverture des besoins fourragers sur la totalité de la saison induit une surface en herbe dont une partie sera fauchée une ou plusieurs fois avant d’être progressivement mises à disposition des génisses. À Trévarez, 20 ha d’herbe servent cet objectif de couverture des besoins fourragers des génisses du printemps à l’entrée de l’hiver pour le renouvellement construit par 45 génisses sevrées chaque année, soit 18 % de la SFP.
Le parcellaire de Trévarez subit un morcellement comme celui de beaucoup d’exploitations laitières bretonnes. L’objectif est de maintenir chaque lot de génisses sur le même site durant toute la saison de pâturage afin de limiter les transferts d’animaux à la bétaillère. Il convient d’organiser le système prairial sur chaque bloc de parcelles dédié aux génisses. À Trévarez, deux types de prairies cohabitent : d’un côté des RGA-fétuque élevée-trèfle blanc assurent une herbe pâturable de qualité et réagissant bien aux quelques coups de sec de l’été. Elles côtoient des prairies de moyenne durée représentées par des RGH-trèfle violet-trèfle blanc. Ces dernières sont en général fauchées deux à trois fois en début de saison avant de revenir progressivement dans le circuit de pâturage à partir de la mi-juillet. Lorsque la pousse redevient active à l’automne, quelques hectares peuvent être à nouveau débrayés pour une fauche d’ajustement en septembre. L’ensemble des produits récoltés par la fauche assurent les besoins fourragers des génisses pendant l’hiver ainsi que les 40 % d'ensilages d’herbe de la ration journalière des vaches laitières de novembre à mars.

 

Une succession de cultures annuelles pendant 5 ans

Si les RGH-TV-TB restent en place pendant trois années, les prairies de RGA-fétuque élevée-trèfle violet-trèfle blanc sont exploitées pendant cinq ans. À l’issue de cette période, ces prairies pérennes et les prairies de moyenne durée voisines, composant un bloc homogène de 12-15 ha, cèdent la place à un autre bloc pour retourner en cultures annuelles pendant environ cinq ans, majoritairement en maïs. Les deux premières années, l’effet prairie sur le rendement du maïs est réel, s’estompant un peu par la suite. Au cours du cycle de 5-6 années une céréale vient se positionner dans la rotation permettant de diversifier les cultures.
Sur le parcellaire non accessible aux laitières de Trévarez, quatre blocs de 12 à 15 ha sont ainsi identifiés pour alterner entre séquences de prairies temporaires et succession de cultures annuelles pendant des périodes de 5 à 6 ans. Cette organisation des rotations permet d’augmenter le rendement global des surfaces fourragères, dans une situation de forte orientation fourragère de la SAU de la station de Trévarez. Cette élévation des rendements n’induit pas d’intrants supplémentaires. Par sa capacité à produire plus de lait par la ration de base sur chaque hectare de SFP, cette productivité supérieure devrait conduire à abaisser l’empreinte carbone de chaque litre de lait produit sur le système expérimental de Trévarez.

Système bas carbone
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le cheptel porcin chinois reconstitué, la filière française en crise
Le ministère de l’Agriculture chinois vient de révéler que le nombre de porcs vivants sera bientôt au même niveau qu’avant la…
"Une démarche remplie d’espoir et de sens"
Quatre ans après la création de "C’est qui le patron ?!", son fondateur, Nicolas Chabanne, revient sur l’évolution de la marque…
Pompiers volontaires : Laïta favorise l’engagement de ses salariés
Une convention avec le Sdis 29 l’a officialisé : Laïta va octroyer jusqu’à 10 jours par an à ses salariés sapeurs-pompiers…
La grange du Guilar, un nouveau magasin à la ferme à Bodilis (29)
Le premier confinement a multiplié son activité de vente à la ferme par quatre ! Pour offrir à sa clientèle une plus large gamme…
Le boycott des produits français : quel impact pour la Bretagne ?
Les appels au boycott de produits français se sont multipliés depuis le samedi 24 octobre dans plusieurs pays du Moyen-Orient…
Les agriculteurs sous la loupe de l'Insee
Les chiffres agricoles de l'Insee confirment les impressions du terrain mais alertent sur la baisse du nombre d'agricultrices. En…
Publicité