Aller au contenu principal
Font Size

Énergie : le nouvel eldorado pour l’agriculture ?

C’est le titre un brin provocateur qu’a choisi Cerfrance Finistère pour animer ses assemblées territoriales. L’occasion d’examiner les solutions dont disposent les agriculteurs pour produire de l’énergie : des panneaux photovoltaïques pour vendre ou auto-consommer l’électricité, la méthanisation pour injecter du gaz dans le réseau, vendre de l’électricité voire même produire du froid grâce à la tri-génération.

"Certes, les tarifs de rachat ont diminué. Mais le prix des panneaux aussi. Et la rentabilité est encore possible", selon Anne Baley.
© L. Brémont

Diminution des gaz à effet de serre de 40 %, de la consommation d’énergie fossile de 40 %, diminution de la part du nucléaire dans la production d’électricité pour atteindre 33 % d’énergie renouvelable… : pour tenter de contenir le réchauffement climatique, la France s’est fixée une feuille de route ambitieuse à l’horizon 2030 ! "Et suite aux manifestations des gilets jaunes, l’augmentation de la taxe carbone a été stoppée. Mais jusqu’à quand", s’interroge Anne Baley. Les énergies vertes ont le vent en poupe. Et les agriculteurs se lancent.

Une facture qui flambe

Ces dernières années, ils ont vu flamber leurs dépenses énergétiques. "Dans le département, entre 2005 et 2018, la facture est passée de 9 000 à 18 100 €", calcule la conseillère référente énergie au Cerfrance Finistère. Avec de grandes disparités selon les productions : 4 700 € en moyenne en viande bovine, 11600 € en lait, 21 100 € en volaille, 41 000 € en porc et 300 000 € en serre de tomate.
Pour tenter d’inverser la courbe, il faut commencer par se pencher sur sa consommation. "Un état des lieux permet de se positionner par rapport à des références, avant de mettre en œuvre des pistes d’action pour consommer moins : réglage du moteur des tracteurs, isolation et étanchéité des bâtiments, installation de pré-refroidisseurs en lait, d’échangeurs de chaleur en porc…".

Produire pour auto-consommer

"En gaz et électricité, les taxes avoisinent 30 à 35 % du prix du kWh, un chiffre qui devrait encore croître". Dès lors, il peut être intéressant de produire de l’électricité pour l’auto-consommer. Et de nombreux projets se développent depuis trois ans, notamment via des trackers ou des smartflowers, qui vont suivre la course du soleil tout au long de la journée. "Un projet à soigneusement calibrer", prévient Anne Baley. Car, même si la technologie évolue rapidement, "on ne sait toujours pas stocker l’énergie. Et pour le moment, les tarifs de rachat des surplus sont dissuasifs".
Sur un bâtiment neuf ou sur des toits bien orientés, des panneaux photovoltaïques peuvent être installés pour revendre la totalité de l’électricité produite. "Certes, les tarifs de rachat ont diminué. Mais le prix des panneaux aussi. Et la rentabilité est encore possible".

Injecter ou utiliser le gaz

On aurait tendance à l’oublier : outre la production d’énergie, la méthanisation a aussi un intérêt agronomique, avec la valorisation du digestat sur les terres de l’exploitation. "Comme le photovoltaïque, elle permet de diversifier les revenus. Et ces énergies vertes répondent aux attentes sociétales".
Si les premières installations devaient se doter d’une co-génération pour produire de l’électricité à partir du gaz produit, il est désormais possible de l’utiliser comme carburant pour tracteurs, bus ou camions, ou de l’injecter directement sur le réseau. "Et GRDF prend maintenant à sa charge 40 % des coûts de raccordement, ce qui facilite encore l’opération". Une option néanmoins réservée aux plus grosses installations. "Les autres peuvent valoriser la chaleur dégagée lors de la combustion du gaz pour chauffer bâtiments d’élevage ou maisons, séchoir à céréales, bassin à spiruline…". Nouvelle venue, la tri-génération permet aussi de produire du froid.

Si en méthanisation comme en photovoltaïque, les points de vigilance sont nombreux, il faut également avoir à l’esprit les conséquences fiscales, sociales ou juridiques de ces projets. "Et ne pas perdre de vue la cohérence globale de l’exploitation". Et la conseillère d’inciter les porteurs de projets à bien s’entourer au moment de se lancer. "À cette condition, la production d’énergie représente un vrai potentiel pour l’agriculture".

 

Cerfrance énergie

Vous avez un projet lié à la production d’énergie ? Vous souhaitez réduire votre dépendance énergétique ? Les Cerfrance de 14 départements du Grand Ouest viennent de mutualiser leurs compétences et de lancer Cerfrance énergie, qui propose ses conseils en méthanisation, éolien, photovoltaïque, co-génération en serre, consommation et auto-consommation d’énergie. L’occasion de bénéficier d’une expertise sur tous les domaines impactés par le projet : technique, économique et financier, juridique, patrimoine, fiscal et social...

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le plan de relance de l'apprentissage peut profiter au monde agricole
Le 4 juin, la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a annoncé un plan de relance de l'apprentissage, avec notamment une prime à l…
Les agricultures bretonnes en 2040 se dessinent aujourd'hui
Quels visages auront les agricultures bretonnes à l'horizon 2040 ? Désireux de se saisir des enjeux, de se projeter et de s'…
Tensions autour  de la PAC
L'Allemagne a pris la présidence du conseil des Ministres depuis le 1er juillet. Elle se fixe pour principale tâche de finaliser…
MAEC non reconduites, revenu amputé pour 60 éleveurs bretons
Ils sont 60 en Bretagne à faire les frais de la non reconduction de la MAEC(1) SP3 M, type maintien, de la région Bretagne. 60 c’…
EGAlim : l'effet papillon de la loi Agriculture et Alimentation
La première année d’application de la loi découlant des États généraux de l'alimentation aura bouleversé le paysage des produits…
Un Clap d'or pour le lycée Pommerit

Cinq élèves de 1re en bac professionnel Agroéquipement du lycée Pommerit dans les Côtes d'Armor ont décroché un 1…

Publicité