Aller au contenu principal

Faire face à l’herbe en quantité

Un hiver doux, de l’eau, du soleil et une herbe plus précoce et à profusion… Tel est ce printemps 2020 avec des chantiers qui se télescopent sur des périodes chargées. Agrandissement des exploitations, recherche d’autonomie protéique... Quelle qu’en soit la raison, quand l’herbe est là, il faut la récolter et au meilleur moment pour un fourrage de qualité. Retours d’expériences.

Sur le secteur de la Cuma du Scorff (56), les surfaces en herbe ont doublé en dix ans.

Compétitif ! "Une heure de récolte d’herbe est au même tarif qu’un hectare de récolte de maïs. Soit 30 à 40 euros l’hectare d’herbe récoltée. Depuis qu’on travaille ainsi, les adhérents andainent leur herbe qu’ils privilégient en inter-cultures. On a fait 700 ha d’herbe en 2019 et 650 de maïs avec la même machine. Idem pour l’herbe de ce printemps", détaille Loïc Hubert, trésorier de la Cuma du Scorff à Inguiniel (56), en centre Bretagne. C’est la stratégie mise en place par cette coopérative avec chauffeur pour répondre à la demande de ses 17 adhérents ensileurs et optimiser leur machine de récolte en Intercuma avec les Cuma d’Erdeven et de Landévant. "La zone sud est plus précoce, on commence chez eux", et 37 adhérents sont ainsi servis en Intercuma.

Changement climatique
Et parce que le changement climatique est bien palpable avec des hivers plus doux, l’herbe pousse. "Alors, quant à couvrir les sols entre les cultures, plutôt que des Cipan qui n’ont aucun intérêt pour nous éleveurs, on met de l’herbe avec 50 % de trèfle pour que cela rentre dans nos SIE (surfaces d’intérêt écologique). Et on a de bons rendements". Et du coup, à la Cuma du Scorff, les adhérents ont fait progresser en dix ans leurs surfaces en herbe de 50 %. "À l’origine, c’est un de nos adhérents, un Hollandais installé ici qui développait ce système. Ça nous avait interpellé", se souvient Loïc Hubert. Car le contexte est favorable à ce fourrage de choix : qualité du lait, autonomie protéique dont l’herbe est une des clés d’accès, et coût imbattable quand ce sont les vaches elles-mêmes qui vont la récolter au champ… "Les aides régionales sur la gamme herbe ont ramené aussi des outils de fenaison dans les Cuma", souligne Dominique Guého, animateur de la FDCuma du Morbihan.

140 euros l’heure d’herbe ensilée
Mais quand l’herbe pousse, il faut la récolter. À 140 euros l’heure d’herbe ensilée, "ce n’est vraiment pas cher", reconnaît Loïc Hubert notamment au regard de l’enrubannage "qui coûte 14 à 15 euros la balle enrubannée. Alors à raison de 10 à 15 faites par hectare…". Ce tarif attractif se double une organisation rôdée pour faire face aux pointes de travai qui se décomposent en trois périodes d’ensilage de l’herbe sur la zone. Début avril, "on a dix jours de travail intense, on regroupe par équipe d’ensilage, par trois ou quatre". La deuxième période correspond à la 2e quinzaine d’avril, "pour récolter le ray-grass semé entre octobre et novembre après l’ensilage du maïs". Et la troisième mi-mai avec "les paddocks de ray-grass anglais débrayés parce que l’herbe est devenue trop haute, on l’ensile". Et au final, "cette année, tout s’est bien passé, c’est un peu tendu quand il y a 150 hectares à faire avec une prévision d’orage derrière mais au final, ça s’est fait".

 

Quel itinéraire de récolte ?

La récolte de l'herbe bat son plein dans les Cuma de l'Ouest. De nombreuses interrogations se posent chez les adhérents : Quels sont les itinéraires et les matériels les plus performants ? Lesquels allient qualité et débit de chantier performant ?
Pour apporter des réponses à ces questions, le réseau Cuma Ouest en partenariat avec la chambre d'agriculture de Bretagne, vient de treminer un essai comparatif, réalisé par la Cuma du Gouet, dans les Côtes d'Armor. L'objectif était de comparer, avec des outils grandes largeurs, une fauche conditionnée ou non, avec ou sans andainage, le tout récolté en ensilage. Les résultats sont attendus prochainement.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Acceptabilité sociétale : ouvrir, montrer et démontrer
Alors que s’ouvre dans quelques jours en mairie d’Arzal (56) leur dossier d’enquête publique, les associés de la SCEA de Kerollet…
Canettes tueuses, quand l'incivilité tue
Depuis deux ans, le Gaec de Kerforn, à Caudan, a du se résoudre à faire euthanasier six vaches sur la centaine de laitières qui…
Des protéines végétales bretonnes pour réduire les importations de soja
Si la Bretagne importe 95 % des protéines végétales dont elle a besoin pour nourrir ses animaux d’élevage, le GIE SVP est bien…
Valens, le nouveau verrat équilibré d’Axiom
La firme génétique met sur le marché un nouveau verrat dont l’objectif est de répondre aux exigences des producteurs français.…
Rapport sur le suicide d’agriculteurs : les premières pistes
Après six mois de mission, le député Olivier Damaisin s’apprête à rendre au Premier ministre son rapport sur le suicide et le mal…
Un Space sans public mais pas sans lendemain
  Le Space 2020 a bel et bien eu lieu. Il ne restera pas dans les annales, comme si décidément cette édition et surtout son…
Publicité