Aller au contenu principal
Font Size

Graines tradition Ouest fête ses 15 ans d'existence

L'association Graines Tradition Ouest fête ses 15 ans d'existence. À l'occasion de cet anniversaire, une porte ouverte était organisée le 12 juin chez Jacques Chuberre à Domagné (35). Au programme : des essais de variétés de lin sur une parcelle et de féverole sur une autre.

Sous l'effet des rayons du soleil, les fleurs bleus typiques du lin s'ouvrent au fil des minutes. Alain Bignon, président de l'association en profite pour retracer les débuts de GTO. "Ce projet a vu le jour en 2003 et est le fruit d'un partenariat entre la chambre d'agriculture, les semenciers, les collecteurs, les transformateurs et donc les producteurs". Après le lin, les membres de l'association se sont penchés sur le lupin et la féverole. "Un gros travail a été fait sur la technique de ces cultures avec des formations auprès des agriculteurs et une expertise technique apportée par les semenciers", ajoute Alain Bignon.

Sur la parcelle de lin, deux essais sont présentés. Il s'agit de variétés obtenues par des croisements naturels. Et quand certains croisements génèrent des propriétés intéressantes, comme la résistance à la sécheresse, les semenciers s'assurent de produire suffisamment de graines pour fournir les agriculteurs. Dans une parcelle un peu plus bas, la féverole est aussi au stade de floraison. Les graines seront utilisées par Valorex.

 

 

 

La Bretagne mise sur les protéines

Avec leurs multiples facultés, les protéagineux sont au cœur des discussions de l'agriculture française. Alors pourquoi la Bretagne choisit de miser sur les protéines ? La première raison est d'améliorer l'autononomie protéique et de limiter le soja d'importation. Mais il y a aussi un enjeu environnemental et agronomique. "La culture des plantes riches en protéines enrichit naturellement le sol en azote et lutte naturellement contre les problèmes de maladies ou de mauvaises herbes rencontrés quand trop peu de plantes différentes sont cultivées", témoigne encore Alain Bignon. En Bretagne par exemple, on parle de blé/maïs pour décrire l'alternance de deux cultures sur une même parcelle. Intégrer une culture comme la féverole dans la rotation permet un apport d'intrants moindre. Pour le producteur, c'est aussi l'assurance de nouveaux débouchés. Reste à convaincre les agriculteurs de se tourner vers ces cultures. À titre d'information, sous l'égide de GTO, 100 ha de lin sont cultivés en Bretagne, 500 ha de févérole et 200 ha de lupin, avec environ 300 producteurs, soit une moyenne de 6 ha par producteur. Pour les responsables de GTO, le travail a consisté à rendre ces cultures "crédibles, enviables et stratégiques". Toutefois, les volumes de lin restent enocre confidentiels à l'échelle de la Bretagne. D'où un travail en continu pour une meilleure valorisation de ces plantes, par la recherche technologique, par une meilleure maîtrise de la culture, par la prise en compte de ces plantes dans l'enseignement agricole, et par une optimisation de la collecte et du stockage des graines.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Crédits carbone : les premiers contrats sont signés
Fin 2019, la Commission européenne donnait son feu vert au régime d'aide proposé par la France pour le paiement de services…
Le plan de relance de l'apprentissage peut profiter au monde agricole
Le 4 juin, la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a annoncé un plan de relance de l'apprentissage, avec notamment une prime à l…
Trop de porcs : l'État demande à la filière de s'organiser
Mardi 2 juin, un plan de filière porcin a été discuté en préfecture de Région pour tenter de résoudre le problème de fluidité des…
Les agricultures bretonnes en 2040 se dessinent aujourd'hui
Quels visages auront les agricultures bretonnes à l'horizon 2040 ? Désireux de se saisir des enjeux, de se projeter et de s'…
Tensions autour  de la PAC
L'Allemagne a pris la présidence du conseil des Ministres depuis le 1er juillet. Elle se fixe pour principale tâche de finaliser…
GAEC Cabri'Hyaule - Eleveurs de chèvres laitières : En bio, produire du lait avec des fourrages de qualité
Des bovins lait en conventionnel aux chèvres bio, la ferme a beaucoup changé depuis 2016. Aujourd’hui, nous sommes trois, le père…
Publicité