Aller au contenu principal

"Sortir de cette période d'angoisse et de stress"

Un agenda largement dominé par les crises liées au Covid 19 n'empêche pas le président du conseil régional de Bretagne de se fixer quelques lignes directrices de travail pour l'année 2021. Une année qui sera bien sûr encore dominée par cette actualité Covid mais qui, espère Loig Chesnais Girard, sera aussi celle de la sortie de crise. Une année qui en tout cas devrait aussi être celle des élections au conseil régional.

Loïg Chenais Girard, président du conseil régional de Bretagne.

"Sortir de cette période d'angoisse et de stress". Voilà le premier souhait du président du conseil régional lors de la présentation de ses voeux à la presse le jeudi 21 janvier. Car si la situation à l'instant T en Bretagne est plutôt bonne d'un point de vue sanitaire, elle demeure toutefois très préoccupante d'un point de vue social et économique. Loïg Chesnais Girard souligne la situation de ces jeunes sur lesquels l'impact de la crise est très fort, qui ont le sentiment "d'une vie de galère, une vie sous tension". Il fait de cette question une priorité dans le cadre de la gestion de cette crise avec plusieurs leviers à activer au niveau régional, comme un accompagnement dans l'alimentation, dans la capacité à trouver un job. La région a déjà mobilisé plus d'un million d'euros pour accompagner lycéens et étudiants et réfléchit à mobiliser ces jeunes par exemple pour des soutiens scolaires, pour leur permettre d'améliorer leurs revenus, tout en les mobilisant sur leurs compétences. Le président du conseil régional se dit favorable à discuter dans cette période, d'un RSA accessible dès 18 ans.

 

La formation arme massive

Dans cette période qui restera très compliquée il évoque aussi la formation professionnelle comme "arme massive" d'action et de mobilisation. Beaucoup d'entreprises vont fermer leurs portes, et il faudra utiliser au maximum les actions proposées par la région notamment toutes ces formations rémunérées qualifiantes, spécificité régionale, qui de plus permettent de ne pas réduire les prestations sociales lorsque le bénéficiaire y a droit.
Le président de région évoque aussi des innovations comme la réflexion lancée pour mettre à disposition de demandeurs d'emploi "des véhicules qui restent sur le parc" pour "faciliter l'accessibilité à l'emploi". La crise amène à aller plus loin dans la recherche de solutions, dans l'innovation. "Le temps est à l'innovation, à la compréhension des nouveaux problèmes, des nouveaux enjeux, pour tenter d'y répondre".

Une crise assymétrique

Le temps est à l'innovation, à la compréhension des nouveaux problèmes, des nouveaux enjeux, pour tenter d'y répondre.

Il faudra dit-il "réveiller la Bretagne une fois que l'on aura passé la partie aigue de la crise". Car cette crise est aussi une crise atypique, assymétrique. "Jamais on a eu autant de personnes aux restos du coeur et jamais l'épargne des Français n'a été aussi élevée". La situation actuelle est pleine de paradoxes, mais aussi de situations silencieuses. Chacun s'inquiète à juste titre de l'évolution et des craintes sur les gandes entreprises régionales notamment Britany Ferries, mais il ne faut pas "oublier les morts silencieuses, toutes ces petites entreprises, dans les campagnes, la restauration... les traiteurs événementiel, les boîtes de nuit, les fournisseurs des cafés et restaurants... la liste est longue. Et le Brexit vient quelquefois s'ajouter en termes de difficultés à la situation créée par le Covid 19". L'occasion pour Loïg Chenais Girard de dire sa priorité à des entreprises basées en Bretagne et qui gardent leur centre de décision en Bretagne, sans quoi il craint qu'à terme elles laissent partir ailleurs leurs emplois, et leur valeur ajoutée.

 

Accompagner les transitions

L'année 2021 sera pour l'agriculture déterminante. Les discussions sur la PAC seront probablement bouclées en 2021. Le président de la région Bretagne a pris la présidence du comité des régions sur cette question agricole, "les régions se multiplient" sur le sujet notamment de la "définition de la nouvelle programmation Feader". L'essentiel est de "continuer les transitions et d'accompagner les agricultures dans ces dernières". Il souligne au passage que le débat porte aujourd'hui "plus sur les lignes politiques que sur les enveloppes financières". Donc le débat n'est pas au niveau des montants d'aides mais bien du choix des priorités et des mesures.
Dernière priorité qui intéresse directement les agriculteurs : le développement de la fibre. L'ambition est qu'à terme de 2026 les 1,4 millions de prises des foyers ou des entreprises à relier soient installées et équipées. Pour cela un plan ambitieux a été acté, et financé par les collectivités locales, l'Etat la région qui représente un financement d'1,6 milliards d'Euros. Maintenant évoque le président de Région "il faut que les entreprises accélèrent" , la crise du Covid et le développement du télétravail rendant cette innovation quasi indispensable, une occasion d'ailleurs de développer un nouvel atout et un nouvel attrait pour le territoire Breton.

 

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Jean-Elie Le Crom : "J’avais vraiment envie de m’installer"
Son truc ?  "Les vaches et le lait". Une passion ! Jean-Elie Le Crom l’a chevillée au corps. Alors, à 22 ans, il vient de…
Du maïs semé tous les 50 cm pour réduire l’usage des phytos
Si il est courant de semer son maïs avec un inter-rang de 75 cm, Alex Delamarre et Philippe Briand, entrepreneurs agricoles sur…
L’irrigation : "l’assurance récolte de toute la filière"
Fin des six syndicats locaux qui contribuaient depuis 40 ans au développement de l’irrigation en Bretagne. Place à Breizh…
Les éleveurs de volailles en colère contre certains distributeurs
La semaine passée la Confédération française de l’aviculture (CFA) dénonçait "l’indifférence des enseignes Carrefour, Casino et…
63% des abattages de porcs en Bretagne aux mains de trois groupes en 2020
En 2020, à partir des données Uniporc Ouest, le nombre de porcins abattus en Bretagne montre une diminution de l’activité. Dans…
PAC 2023 : les derniers arbitrages feront la différence dans les fermes
L'Europe a fixé de nouveaux objectifs à la PAC, et laissé plus de latitude aux États membres dans la déclinaison nationale des…
Publicité