Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Un trophée de la qualité de l'eau remis à des agriculteurs du bassin de l'Arguenon

Une action pour l'eau engagée par des agriculteurs du bassin versant de l'Arguenon a été récompensée par l'Agence de l'eau Loire Bretagne, choisie parmi sept lauréats. Un coup de projecteur bien mérité sur un travail collectif bien mené. Tous les deux ans, un jury récompense une action réalisée sur le vaste territoire de l'Agence de l'Eau Loire-Bretagne. Sorte de label, les trophées de l'eau Loire-Bretagne ont été décernés au syndicat mixte ArguenonPenthièvre (Smap) et aux agriculteurs associés pour l'implantation de couverts végétaux sous céréales avant moisson dans la catégorie "protection des ressources et réduction des pollutions".

Jean Placines, directeur de la délégation Armorique de l'agence de l'eau Loire-Bretagne et Thierry Burlot, président du comité de bassin ont remis le trophée jeudi 7 novembre à Pléven.
© terra

Tous les deux ans, un jury récompense une action réalisée sur le vaste territoire de l'Agence de l'Eau Loire-Bretagne. Sorte de label, les trophées de l'eau Loire-Bretagne ont été décernés au syndicat mixte ArguenonPenthièvre (Smap) et aux agriculteurs associés pour l'implantation de couverts végétaux sous céréales avant moisson dans la catégorie "protection des ressources et réduction des pollutions". Remis à Pléven à l'usine de traitement de l'eau de la Ville Hatte, ce prix couronne aussi un outil, le semoir Maxicouv', construit par les Établissements Devrand à Trédias. "Notre but est de faire faire percoler la méthode. D'en faire la publicité", rapporte Jean Placines, directeur de la délégation Armorique de l'agence de l'eau Loire-Bretagne. Depuis 1999, 101 actions ont été récompensées.

Une zone de captage à préserver

arguenon
Barrage à Pléven.

Le syndicat mixte Arguenon-Penthièvre est chargé de la production et de la livraison d’eau potable d'un tiers du département des Côtes d’Armor, pas moins de 220 000 habitants. Cette production d’eau potable se fait à l'usine de la Ville Hatte de Pléven, au niveau de la retenue du barrage qui collecte l'eau de la rivière Arguenon avant de se jeter plus loin dans la Manche. 12 millions de mètres cubes d'eau potable y sont produits par an. Captage essentiel, arrivent là les eaux du bassin amont de l’Arguenon où 50% de la surface agricole est cultivée en céréales. "Nous avons été chargés depuis 1997 de reconquérir la qualité de l'eau", rappelle Michel Raffray, président de la Smap. "En moins de 10 ans, les pesticides et les nitrates ont été divisés par deux. Nous sommes prêts à exporter notre savoir-faire !". Afin de limiter les pollutions d’origine agricole et de protéger la qualité de l’eau qui arrive au barrage, le "groupe de pilotage agricole" du Syndicat, composé d’élus et d’agriculteurs accompagnés par la chambre d’agriculture a donc expérimenté la méthode de semis de couverts végétaux sous céréales avant moisson.

Un système qui a fait ses preuves

La méthode consiste à semer des couverts deux à trois jours avant la moisson, qui couvrent le sol une fois la moisson réalisée. Un prototype de semoir Maxi Couv' a été conçu par les établissements Devrand à Trédias (22) et est mis à disposition d'une vingtaine d'agriculteurs par le Smap via la Cuma de la Rosette à Broons. "Développer un couvert précoce limite le lessivage azoté et limite le ressuyage des eaux de surface", indique l'agriculteur Guy Corbel, qui décrit des terres limoneuses sensibles à la battance. "Nous avons aussi remarqué un profit pour les abeilles entre la mi-août et la miseptembre et pour la biodiversité en générale. Et puis, cela limite la charge de travail sur la période estivale". La graine (moutarde, colza fourrager...), semée à la volée par le semoir au dessus de la céréale sur une largeur allant jusqu'à 24m, en reprenant les passages de traitement, bénéficie de l'humidité résiduelle du sol pour germer. "Nous semons 2,5ha par heure pour un coût de 9€/ha, ce qui est bien inférieur à un semis classique". Pour un semis réussi, la technique demande d'intervenir sur des parcelles propres. "Sur l'orge, la réussite est de 100% ; en blé, c'est un peu plus compliqué car les conditions météo jouent beaucoup. Mais le système fonctionne bien", atteste Guy Corbel, éleveur à Trémeur.

maxi'couv
Semoir Maxi'couv.
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le tribunal de Saint Brieuc exige du GDS la délivrance des ASDA
Depuis plusieurs mois, un conflit oppose des éleveurs adhérents ou non adhérents du GDS, au sujet, d'une part, du montant des…
Notre agriculture devrait-elle répondre aux diktats pour perdurer et être légitime ?

De plus en plus, nous, agricultrices et agriculteurs devons répondre à des injonctions, et même plus que cela, à de…

Après 7 ans au Canada, Julien Thomin s'installe à Plouider
Salarié pendant 10 ans, dont 7 au Canada, Julien Thomin a fait le choix de revenir sur l'exploitation familiale, à Plouider (29)…
"On vit une guerre économique"
Invité à intervenir à l'occasion de l'assemblée générale de la FDSEA 35 qui se déroule le 20 février prochain, Gil Rivière-…
Pourquoi et comment mesurer le bilan environnemental des élevages ?
Sur la question environnementale, l'élevage est pointé comme une cause importante de dommages à l'échelle de la planète, avec des…
TICPE : faites vos demandes de remboursement 2019, avant le 31 janvier 2020

La loi n° 2019-1479 de finances pour 2020 va supprimer le taux réduit applicable au gazole non routier (GNR), auquel sera…

Publicité