Aller au contenu principal

100 % des éleveurs de l'île adhèrent au syndicat d'élevage

Franck Guégan, producteur laitier en vaches et chèvres, est aussi président du syndicat d'élevage de l'île depuis 2009. L'association travaille pour le soutien et le maintien de l'agriculture à Belle-Île. Un objectif partagé par les 28 exploitations qui adhèrent toutes à la démarche.

Franck Guégan et sa compagne avec qui il a lancé son atelier de transformation en fromage. "Nous avons vendu 100% du lait de chèvre transformé soit 70 000 litres", explique l'éleveur qui croit en la capacité d'auto-consommation de l'île.

L'adhésion à l'association permet de bénéficier du passage du tondeur de mouton et du travail de Jérôme, le salarié, qui gère l'ensemble des inséminations artificielles (IA) laitières de l'île. En partenariat avec Evolution, les éleveurs paient la première IA, et cinq retours sont gratuits. "Cette organisation soulage les charges des exploitations. C'est essentiel car les contraintes sont nombreuses et souvents coûteuses. Nous devons toujours anticiper très largement le matériel dont nous avons besoin, les pièces de rechange ou encore le nombre de sacs d'engrais nécessaires... Nous ne pouvons pas faire un saut à la coop pour en récupérer un autre", explique Franck Guégan.

L'unique moyen de sauver la filière laitière à Belle-Île

Dans le même temps, la communauté de communes apporte aussi largement son soutien à la filière laitière. "Ce sont leurs camions qui assurent la collecte du lait sur l'île auprès des huit producteurs pour un budget de 180 000 euros/an. Ils sont ensuite récupérés par Lactalis à l'arrivée du premier bateau", reprend l'éleveur. Une organisation qui pourrait évoluer si le projet de laiterie sur l'île se concrétise. "J'y crois beaucoup. Pour moi c'est l'unique moyen de sauver la filière laitière à Belle-Île. D'ailleurs, j'ai rompu mon contrat avec Lactalis la semaine dernière", assume l'éleveur porté par le sens du collectif.

Une dynamique inégale
"L'organisation d'un comice tous les deux ans permet de redonner de l'entrain au groupe mais aussi de récolter des fonds pour assurer notre budget de fonctionnement", détaille Franck Guégan. Le contexte ne le permettant pas cette année, les éleveurs espèrent un soutien fort de leurs partenaires historiques. "Nous savons que la communauté de communes est derrière nous mais toutes les portes sont importantes !", estime t-il. Les cessations d'activité sur l'île s'accélèrent, les départs à la retraite vont s'intensifier alors que la moitié des exploitants ont plus de 55 ans et que les reprises sont peu nombreuses en élevage. "Nous n'avons pas de problème pour utiliser le foncier. De jeunes maraîchers ou producteurs d'herbes aromatiques font le choix de s'installer à Belle-Île mais cela ne génère pas la même économie que l'élevage", prévient Franck Guégan.
 

L’agriculture en chiffres

Nombre d’exploitations : 36 dont 28 en élevage de ruminants : 10 en vaches laitières, 9 ovins, 7 bovins viande, 2 caprins
Emplois : 48 chefs d’exploitations, 9 salariés permanents,  10 installations en cinq ans, dont  6 en circuits-courts
SAU : 1/3 de l’île : 3 000 ha dont 84 % en prairies
Agriculture biologique : 7 fermes + 2 en conversion
Circuits-courts : 28 exploitations dont 13 en vente directe

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le Space sera bien là en 2021, à Rennes
Le salon de l'élevage fait son grand retour à Rennes. Entre soulagement, fierté et impatience, les organisateurs du Space livrent…
Marché foncier en croissance, des prix qui continuent de progresser
Un an de crise sanitaire n'auront pratiquement eu aucune incidence sur l'activité du marché foncier et de la Safer. Mieux, le…
Choucas : du blé pour camoufler le maïs
Ravageurs, désherbage du maïs et pression des maladies sur céréales…, programme dense à la réunion bout de champ Agrocultures,…
Porcs : les éleveurs demandent la fin de la castration
"On bute sur le mur des abatteurs… Si le gouvernement ne nous aide pas, ça va être compliqué". Mardi dernier, l’association pour…
Les Entreprises des territoires en recherche constante de reconnaissance
Les entreprises des territoires (EDT) se réunissaient encore une fois en viso conférence pour l’assemblée générale 2021. l’…
L’agriculture intensive et le hors sol : une chance pour la Bretagne

Productiviste, industrielle et intensive à outrance : voilà les qualificatifs réducteurs et mensongers dont certains ne…

Publicité