Aller au contenu principal

La saison de pâturage 2021 est lancée !

Par son climat favorable, l’herbe reste le fourrage emblématique en Bretagne. Equilibrée et économique l’herbe a pleinement sa place dans les exploitations laitières qu’importe le système. Pour en tirer le maximum de bénéfice, sa conduite nécessite de l’observation et de la réactivité. Cela passe par la connaissance du fonctionnement physiologique de la prairie, des méthodes pour suivre sa croissance et des repères quant aux différentes étapes de la saison de pâturage.

Herbe pâturée, un fourrage au service des élevages

Un pâturage qui s'adapte au stade physiologique des prairies

La composition des prairies doit répondre aux objectifs de production. Mais elle varie selon le type de sol, le climat, le mode d’exploitation et bien sûr en cours de la saison de pâturage. Les deux principales familles de plantes qui composent nos prairies sont les graminées et les légumineuses. La physiologie de ces plantes est complémentaire mais différente.
La composition seule ne suffit pas à obtenir une bonne qualité de fourrage, la gestion du pâturage tout au long de la saison est primordiale et quelques notions sur la physiologie des plantes sont à connaitre. Deux phases caractérisent la saison d’une plante : la phase végétative (croissance des tissus, développement des talles et des feuilles) et la phase reproductive (montaison de l’épi dans la gaine et épiaison) (1). C’est au cours de ces deux phases que la quantité de matière sèche produite ainsi que la qualité (valeur alimentaire) va varier. La période entre le stade feuillu et épis 10 cm est la plus propice au pâturage avec des valeurs alimentaires maximales. Au fur et à mesure du printemps, l’épi monte dans la gaine. L’appétence de la prairie baissant passé le stade épi 10 cm, la bonne gestion du pâturage doit permettre de couper l’épi avant un stade trop avancé. Cela favorise les repousses feuillues et le tallage des graminées, d’autant plus pour les graminées non remontantes (fétuque élevée) ou peu remontantes (RGA très tardif).

saison de pâturage 2021

 

Les règles d’or du pâturage

Au pâturage, quelques règles principales sont à respecter pour optimiser la gestion de la ressource et sa qualité :
Ne pas revenir trop vite sur les parcelles. Viser entre 20 et 30 jours de temps de repousses entre deux pâturages au printemps pour laisser à la plante le temps de reconstituer ses réserves et d’atteindre le stade optimum (trois feuilles pour du RGA). Une plante puise ses réserves dans sa gaine pour faire ses premières feuilles qui permettent sa croissance. L’été, ce temps de repousse passe à plus de 40 jours.

Une valeur alimentaire hautement tributaire de l’âge de repousse : Lorsqu’une plante vieillit, la composition de ses tissus évolue vers plus de celluloses et de lignines et le rapport feuille/tige s’inverse. Ce qui conduit à une réduction de la digestibilité et de la valeur alimentaire.

Limiter le temps de séjour des animaux sur la parcelle. Ne pas dépasser trois jours pour éviter aux animaux de pâturer les nouvelles repousses et donc d’épuiser les réserves des plantes. Pour cela, optimiser le chargement selon la quantité d’herbe disponible sur la parcelle pour éviter les refus et bien répartir les bouses (cf encadré).

Ne pas sur-pâturer. Plus la saison avance, plus la hauteur d’herbe en sortie de pâturage doit être élevée. Le risque étant en consommant la gaine de pénaliser les prochaines pousses, la pérennité de la prairie et d’augmenter l’apparition d’adventices. Un repère, de mars à juillet, le numéro du mois correspond à l’objectif de hauteur de sortie : 3 cm en mars, 4 cm en avril, …, jusqu’à 7 cm en juillet.

Repères de surface par vache au printemps :
- 1 are/VL/jour en 100 % pâturage.
- 0,7-0,8 are/VL/jour avec de l’affouragement à l’auge.

Le plus important : faire un tour hebdomadaire des parcelles !

Suivre régulièrement son offre en herbe grâce à différentes méthodes

Afin de prendre les bonnes décisions au court de la saison (quand et combien faucher, quand fermer son silo, rationner l’herbe), il est important de suivre l’offre en herbe de ses parcelles.
Avant toute chose, le plus important est de faire un tour hebdomadaire des parcelles. Cela apporte 70-80 % des informations nécessaires à la bonne conduite du pâturage. Sur le terrain, on retrouve différentes méthodes pour déterminer les quantités d’herbe disponibles dans les parcelles : l’œil, la botte, l’herbomètre (2). Ce dernier reste la méthode la plus objective et la plus fiable pour estimer les hauteurs d’herbe et donc les quantités d’herbe disponibles.
La méthode de mesure consiste à parcourir l’ensemble des paddocks en diagonale ou en zigzag en prenant entre 15 et 30 mesures dans les zones les plus homogènes. Cet outil permet de connaitre la hauteur d’herbe et donc ses stocks d’herbe à un instant T. Le calcul du stock d’herbe disponible et des jours d’avance prend en compte la hauteur d’herbe en entrée, en sortie et la densité d’herbe dans la parcelle (cf encadré "Exemple de Calcul").

saison de pâturage 2021

Une gestion du pâturage qui s’adapte au cours des saisons

Connaitre le nombre de jour d’avance est primordial pour piloter son système et ajuster ses décisions surtout avec une variabilité de la pousse de l’herbe au cours de l’année (4) (déterminer la date de mise à l’herbe, La date de fermeture du silo maïs, débrayage des parcelles et ajustement de la taille des paddocks au pâturage, redistribution des fourrages stockés…).

saison de pâturage 2021

Attention à ne pas se faire dépasser par l’herbe

La pousse d’herbe explosive au printemps peut vite compliquer les choses si des mesures n’ont pas été prises à temps. 25-30 ares/VL suffisent pour une ration complète avec une pousse de 50-60 kg MS/ha/j (60 x 0,25 = 15 kg MS/VL/j). D’où l’importance de bien ajuster la taille des paddocks, de sortir bas (entre 4-5 cm à cette période) pour éviter les problèmes de refus par la suite. En cas de maintien de l’ensilage de maïs dans la ration, bien contrôler les quantités distribuées pour ne pas gaspiller au pâturage (ingestion de 4 kg MS d’ensilage en 30 min après la traite). Pour les systèmes avec plus de 30 ares/VL, ne pas chercher à pâturer l’ensemble des paddocks mais plutôt maintenir une pression de pâturage sur 30 ares et faucher le reste.

Le conseil de saison : Cette année malgré un démarrage en douceur de la végétation du aux températures relativement douces pour la saison, le déprimage (ou premier tour de pâturage) doit s’achever et le pâturage jour/nuit a commencé pour les systèmes a plus de 20 ares/vaches.

 

Raisonner la fermeture du silo de maïs au printemps

À condition de disposer d’au moins 30-35 ares par vaches de surface pâturable, la fermeture du silo permet d’optimiser pleinement la pousse de l’herbe tout en permettant des gains économiques et de temps de travail. Cependant les conditions de mise en œuvre de cette pratique restent à raisonner :
- Avoir une quantité d’herbe disponible suffisante pour couvrir 100 % de la ration des vaches laitières.
- Disposer de 10-15 jours d’avance au pâturage en zone humide et sèche respectivement afin de garantir un stock sur pied suffisant au cas où la pousse de l’herbe venait à ralentir.

Quelques repères :

Une pousse de 50 kg MS/ha/jour avec 30 ares/VL offre 15 kg MS/VL/jour.
Une pousse de 30 kg MS/ha/jour avec 50 ares/VL offre 15 kg MS/VL/jour.

Permettre des gains économiques et de temps de travail.

Préparer les stocks sur pieds pour allonger la durée de pâturage

La pratique des stocks sur pieds consiste à mettre de côté des parcelles qui auraient pu être fauchées pour les valoriser l’été (pousse de l’herbe ralentie voire nulle) pour maintenir le 100 % pâturage et éviter de distribuer du fourrage. Cette pratique est possible dans les systèmes les plus herbagers avec des surfaces accessibles supérieures à 45 ares/VL. Néanmoins, une perte de productivité est inévitable, mais à relativiser au regard des avantages de cette pratique. Quelques conditions sont à respecter dans le choix des parcelles gardées pour faire du stock sur pied :
- Favoriser des parcelles avec une forte proportion de légumineuse : 40-50 % afin d’assurer une bonne valeur alimentaire du pâturage. Si la qualité des graminées décroit rapidement après épiaison, cela est moins vrai pour les légumineuses dont la valeur alimentaire se maintient plus longtemps.
- Préférer des parcelles avec des sols profonds permettant une bonne pousse en juin et où l’herbe ne "fondra" pas lors des fortes chaleurs.
- Veillez à ne pas garder des parcelles avec des risques de rumex et chardon. Le temps de retour prolongé leur serait favorable au détriment des bonnes graminées et légumineuses.
- Parcelle sur laquelle l’épi aura été maitrisé par le pâturage ou la fauche.
- Avoir atteint un nombre de jours d’avance suffisant au 1er juillet (cf encadré).

Un équilibre est à trouver entre surface offerte et avancée dans les paddocks. La gestion du pâturage se fera donc au fil avant pour éviter le gaspillage (hauteurs d’entrée supérieures à 15 cm) mais aussi le surpâturage.

 
Quelques repères : 
Objectifs de jours d’avance : 25 jours en zone humide, 30 jours en zone intermédiaire et 35-40 jours en zone séchantes. L’âge maximal de consommation pour optimiser la qualité du fourrage en RGA pur est de 35-40 jours de repousses contre 50-60 jours pour des associations légumineuses-graminées. En zone humide le temps de repousse ne doit pas excéder 45 jours.

 

Exemple de calcul

Parcelle de 3 ha, RGA-TB, non pâturée.
Hauteur d’entrée herbomètre = 10 cm.
Hauteur de sortie estimée = 5 cm (recommandation pour éviter le surpâturage).
Hauteur d’herbe potentielle disponible = 5 cm.
Quantité d’herbe disponible = multiplication de la hauteur d’herbe potentielle avec la densité de l’herbe (3) dans la parcelle (220 kg MS/cm/ha pour un RGA-TB) soit 5 cm x 220 kgMS/cm/ha x 3 ha = 3 300 kg MS sur la parcelle.
Pour un troupeau de 65 VL avec une consommation de 16 kgMS/VL/jours cela équivaut à 3 jours de pâturage soit 3 jours d’avance : 3 300 kgMS/(65 VL x 16 kg MS/j) = 3 jours.
La somme des quantités d’herbe disponible sur l’ensemble des paddocks divisée par les besoins du troupeau en herbe représente le nombre de jours d’avance sur mon exploitation.
Pour une prairie de RGA-TB de densité de 250 kg MS/ha/cm avec une hauteur d’entrée à 12 cm et une hauteur de sortie à 5 cm. Cela correspond à une quantité de MS disponible en entrée de 3 t MS/ha et une hauteur résiduelle de sortie de 1 t 250 MS/ha.

 

saison de pâturage 2021

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Quand agriculteur et apiculteur travaillent de concert
Voilà 4 ans déjà que Frédéric Mésangroas, producteur de porcs à Plouigneau (29), accueille les ruches de Daniel Le Louët. Au fil…
Le retour très controversé des protéines animales transformées
Le 14 avril dernier le Standing Committee on Plants, Animals, Food and Feed (Scopaff - en français Comité permanent des végétaux…
Le Space sera bien là en 2021, à Rennes
Le salon de l'élevage fait son grand retour à Rennes. Entre soulagement, fierté et impatience, les organisateurs du Space livrent…
Les Entreprises des territoires en recherche constante de reconnaissance
Les entreprises des territoires (EDT) se réunissaient encore une fois en viso conférence pour l’assemblée générale 2021. l’…
Porcs : les éleveurs demandent la fin de la castration
"On bute sur le mur des abatteurs… Si le gouvernement ne nous aide pas, ça va être compliqué". Mardi dernier, l’association pour…
L’agriculture intensive et le hors sol : une chance pour la Bretagne

Productiviste, industrielle et intensive à outrance : voilà les qualificatifs réducteurs et mensongers dont certains ne…

Publicité