Aller au contenu principal

L’agroforesterie mise à l’honneur sur le Bas Léon

Souhaitant mettre à l’honneur les agriculteurs qui intègrent les arbres dans leurs activités, le syndicat des eaux du Bas Léon organise, pour la première fois, un concours local d’agroforesterie. Les lauréats seront sélectionnés pour le concours général agricole, qui se tiendra en février prochain lors du salon de l’agriculture, à Paris.  

Si le concours général agricole est surtout connu pour primer vins, cidres et autres fromages de chèvre ou charcuteries, il met aussi à l’honneur, tous les ans, des prairies fleuries et, plus récemment, des pratiques vertueuses en matière d’agroforesterie. Et ce sont deux Finistériens, Loïc et Michel Gourvil, du bien nommé Gaec des Chênes à Plougonven, qui ont remporté l’an passé le premier prix au niveau national, décerné durant le salon de l’agriculture, à Paris.

Cette année, le syndicat des eaux du Bas Léon a décidé, à son tour, d’ouvrir le concours aux 56 communes qui composent son territoire, du Conquet à Tréflez. "Nous voulons valoriser les agriculteurs qui intègrent les arbres dans leurs activités agricoles", explique Marguerite Lamour, la présidente. Car si le syndicat est producteur d’eau potable, ses compétences s’étendent aussi à l’animation du Sage du Bas Léon. Et c’est dans ce cadre qu’il veut reconquérir biodiversité et qualité de l’eau, notamment au travers de la création de haies et talus via le programme Breiz bocage. "Les agriculteurs y trouvent aussi un intérêt, avec la fourniture de bois, la protection des animaux ou des cultures contre le vent ou la chaleur", indique Gilles Mounier, vice-président.

Plus récemment, quelques-uns se sont aussi lancés dans des plantations de haies intra-parcellaires. "Avec le réchauffement climatique, ces pratiques permettront d’abriter les animaux. Et les feuilles iront enrichir le sol, indique Marguerite Lamour, en citant la démarche d’un éleveur de sa commune. "Et on voit aussi apparaître quelques projets de haies fourragères où les feuilles nourriront les animaux", rajoute Yann Gouez.

Pour l’heure, le concours d’agroforesterie, ouvert à tous les agriculteurs du Bas Léon, comprend deux catégories : gestion du système agroforestier et implantation de haies de plus de trois ans. "Les dossiers doivent nous parvenir avant le 6 juin", indique le technicien bocage. Composé d’experts en agroforesterie, agronomie et écologie, le jury se déplacera courant juillet, avant désignation des lauréats locaux en automne, nationaux en février 2022. "Ce sera aussi l’occasion de sensibiliser le grand public au travail réalisé dans l’ombre par les agriculteurs", espère Marguerite Lamour.

 

 

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Les agriculteurs mettent ‡ l'honneur le Tour de France et leur territoire
C'est un événement majeur pour tous les territoires qu'il traverse. Et cette année la Bretagne a été gâtée en accueillant même le…
Se lancer dans l’inconnu oui mais... avec des partenaires que l’on connaît bien !
Installés depuis quatre ans, Myriam et Vincent Labbé, ont repris deux élevages sur la commune de Plenée-Jugon (22). Leur objectif…
Pour un soutien différencié à l’agriculture biologique

De plus en plus de jeunes entrent dans le métier avec un projet en agriculture biologique (30 % en 2020 en Bretagne). Ce…

Publicité