Aller au contenu principal

Rapport sur le suicide d’agriculteurs : les premières pistes

Après six mois de mission, le député Olivier Damaisin s’apprête à rendre au Premier ministre son rapport sur le suicide et le mal-être des agriculteurs. Il préconise notamment d’instaurer des référents locaux, d’impliquer davantage les vétérinaires et de mieux communiquer sur le dispositif Agri’écoute.

Dernière ligne droite pour le député Olivier Damaisin (LaREM, Lot-et-Garonne) qui a finalisé, le 20 août, la mission sur le mal-être et le suicide des agriculteurs lancée en mars. "Mon rapport sera remis officiellement au Premier ministre courant septembre", confiait-il à Agra Presse le 31 juillet. Après avoir interrogé une vingtaine d’acteurs (syndicats, banques, assurances, associations, institutions vétérinaires et comptables, agriculteurs et familles d’agriculteurs) essentiellement en visioconférence du fait du confinement, et effectué trois visites de terrain en Saône-et-Loire, Ille-et-Vilaine et Lot-et-Garonne, émerge un premier constat qui devrait largement orienter le rapport.
"Il faut vraiment que le côté humain soit remis en place", affirme Olivier Damaisin. "Tout ce qui est administratif, on le fait de mieux en mieux. Les banques aident le plus qu’elles peuvent, la MSA aussi. Tout ce qui est matériel est relativement bien fait mais tout le côté humain est complètement absent".

 

L'humain, la clef

La première piste de réflexion qu’il propose est d’avoir, dans chaque département, "un référent ou un service dédié au sein de la préfecture, de la MSA ou de la chambre d’agriculture, qui accompagne et oriente les agriculteurs en difficulté vers les dispositifs de soutien existants, lesquels sont nombreux mais pas connectés et souvent méconnus", explique-t-il.
Ce référent pourrait par exemple orienter un exploitant en difficulté économique vers une procédure de sauvegarde judiciaire, ou le mettre en relation avec l’association d’aide psychologique aux entrepreneurs en souffrance (APESA) qui propose un accompagnement au tribunal de commerce.

Les vétérinaires peuvent être les premiers lanceurs d’alerte

Impliquer les vétérinaires

Durant sa mission, Olivier Damaisin a échangé avec le Conseil national des vétérinaires et le Syndicat national des vétérinaires d’exercice libéral. Car, explique-t-il,le vétérinaire est souvent la seule personne que côtoient régulièrement un certain nombre d’éleveurs, et étant en mesure de détecter une situation de mal-être. "Ils ont dit qu’il faudrait davantage les impliquer dans les tables rondes [ndlr. qui réunissent l’agriculteur en difficulté économique et ses partenaires (banque, MSA, coop…)] car ils peuvent vraiment être les premiers lanceurs d’alerte".
D’autre part, les experts-comptables ont une "une responsabilité" dans la manière d’annoncer les mauvaises nouvelles, ajoute le député. "Quand le bilan est bon, on peut l’envoyer par email. Mais quand il n’est pas bon, il ne faut pas faire la même chose", assure-t-il, citant le témoignage d’un éleveur qui lui a confié prendre du retard sur son courrier par "trouille" de la boîte aux lettres.

suicide d’agriculteurs

Mieux "vendre" Agri'écoute

Par ailleurs, Olivier Damaisin estime qu’il faut mieux communiquer sur le dispositif de soutien psychologique Agri’écoute de la MSA car "beaucoup d’agriculteurs n’osent pas prendre leur téléphone pour confier leurs problèmes à une institution à laquelle ils doivent de l’argent", assure-t-il.
Interrogée le 24 août, la Caisse centrale de la MSA (CCMSA) a indiqué que le service d’écoute est réalisé par l’entreprise privée Psya, spécialiste de la santé psychologique au travail. "Nous avons plus de vingt psychologues cliniciens derrière Agri’écoute", confirme le prestataire de service assurant que les informations recueillies sont anonymisées.

 

L’aide au répit

En dernier lieu, il faut rendre plus accessible l’aide au répit aux agriculteurs en surtravail ou surmenage, conclut le député. "C’est clairement une histoire de financement pour le coup : quelqu’un qui est en difficulté financière ne peut pas payer quelqu’un qui le remplace donc elle ne prend pas de repos".

 

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le Finistère surfe sur le Bien manger
Après avoir lancé son PAT, projet alimentaire de territoire, le Finistère a continué sur sa lancée, en faisant de 2020 l’année du…
Tout Feu Tout Frais traque additifs, conservateurs, colorants et arômes
À Plabennec (29), voilà 20 ans déjà que Brédial et sa marque Tout Feu Tout Frais traquent sans relâche additifs, conservateurs,…
Légumes de conserve, gérer la variabilité et le prix juste
Une campagne mitigée avec une tendance aux moindres performances des légumes en conserve et surgelé. La Bretagne n’échappe pas au…
Une farine pleine de promesses
Produire une farine à base de blé issue d‘une agriculture locale et raisonnée, tout en répondant aux attentes du consommateur,…
Bovins mutilés : comment agir ?
Depuis plusieurs mois, des faits de mutilations de chevaux ont été signalés un peu partout en France et font régulièrement la Une…
Les ministres trouvent un accord sur la future PAC

Le 21 octobre à l’aube, les ministres de l’Agriculture des 27 sont parvenus à un accord sur la prochaine PAC qui ouvre la…

Publicité