Aller au contenu principal

Conseil agricole européen
Les ministres trouvent un accord sur la future PAC

Le 21 octobre à l’aube, les ministres de l’Agriculture des 27 sont parvenus à un accord sur la prochaine PAC qui ouvre la voie à de nouvelles négociations avec le Parlement européen pour la finaliser.

Semaine déterminante sur la prochaine PAC. Un peu avant 5 heures du matin, le 21 octobre et après de longues heures de négociation, les ministres de l’Agriculture réunis à Luxembourg sont parvenus à un accord sur la réforme de la PAC. « Après une longue lutte, nous sommes arrivés à un accord crucial (…). Cet accord répond à l’aspiration d’une PAC plus verte, plus juste et plus simple », a déclaré la ministre allemande de l'Agriculture qui présidait le Conseil des ministres, Julia Klöckner à l'issue de la réunion. Julien Denormandie, le ministre français de l’Agriculture s’est également félicité de cette issue qui ouvre la voie à des négociations avec le Parlement européen sur les contours de la prochaine PAC. Celui-ci devait se prononcer, de son côté, le 23 octobre. Comme prévu, le principal point d’achoppement concernait l’architecture verte de la prochaine PAC, plus particulièrement les éco-régimes, c’est-à-dire l’ensemble des mesures pour accompagner les agriculteurs dans leur transition écologique comme l’agriculture de précision, l’agroforesterie, l’agriculture biologique, etc.  Au bout du compte, et comme le souhaitait d’ailleurs Julien Denormandie, les éco-régimes, deviendront obligatoires pour tous les États membres et devront mobiliser au moins 20 % des paiements directs, dès 2023. Une première phase transitoire de deux ans est néanmoins prévue, pour permettre aux États membres d'éviter de perdre des fonds, les éco-régimes étant facultatifs pour les agriculteurs.

Les réserves de la Commission

La partie était loin d’être acquise.  Si la France et un certain nombre d’autres pays comme le Danemark, l’Espagne, la Belgique… partageaient la proposition de la présidence allemande, les pays d’Europe orientale surtout, notamment la Pologne, trouvaient cette ambition environnementale trop élevée. D’autres comme l’Autriche et le Portugal qui consacrent une bonne partie du deuxième pilier à des programmes verts considéraient le seuil de 20 % comme trop élevé. Si le couple franco-allemand a salué cet accord « inespéré » de source française, la réaction du Commissaire européen à l’Agriculture, Janusz Wojciechowski, a été plus mitigée estimant que « tout n’était pas satisfaisant pour la Commission ». S’il a reconnu le travail de la Présidence allemande pour parvenir à des propositions de compromis, il a fait part de ses préoccupations quant à la possibilité d’atteindre les objectifs environnementaux plus élevés en lien avec le Pacte vert et la stratégie Biodiversité 2030. Il a cependant souligné que le mandat des ministres permettrait de lancer les négociations avec le Parlement européen. Ces discussions s’annoncent d’ailleurs ardues avec les députés, ceux-ci devaient se prononcer sur une architecture verte plus ambitieuse avec des éco-régimes à 30 % des paiements de base.

Les autres points d’accord

Même s’ils ne concernent pas la prochaine PAC, les ministres sont également parvenus à un accord sur un certain nombre de sujets dont deux auxquels Julien Denormandie était très attaché : les droits de plantation des vignes et la transparence des Gaec. Le régime d’autorisation des plantations actuel pour réguler le marché du vin qui devait se terminer en 2030 est prolongé jusqu’en 2040. Pour ce qui est des GAEC, leur transparence est acquise. Il s’agit d’une avancée importante, notamment au regard de la future PAC. 

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"La délégation de travail accompagne les mutations agricoles"
Élodie Gapihan travaille au Crédit Agricole d'Ille-et-Vilaine. Elle est la seule chargée d'affaires en France, à suivre…
ETA Guillon-Barbot : l'innovation pour modèle économique
Depuis 1977, l'ETA Guillon-Barbot à Vitré (35) fait de l'innovation sa marque de fabrique avec une philosophie qui se veut simple…
OP et AOP seront au cœur de la PAC de 2023
Les organisations de producteurs, Op et les associations entre elles AOP, seront au cœur de la future PAC. Elles pourront…
"L'épandage sans tonne, c'est l'avenir !"
L'ETA Guégan à Saint Onen La Chapelle (35) a inauguré cette année son "épandeur sans tonne avec rampe à patins". Une première…
Le projet Egalim II du député Besson Moreau est sur la table
Le député LREM de l’Aube Grégory Besson-Moreau a enfin divulgué sa proposition de loi sur les relations commerciales dans le…
L’observatoire du coût de revient : "faire œuvre utile"
Apporter sa pierre à l’édifice pour la prise en compte du coût de revient des adhérents dans la construction du prix du lait, c’…
Publicité