Aller au contenu principal

Le "Green deal" européen : vaste programme

Le secteur agricole risque d’être fortement concerné par la vague de mesures annoncée par la Commission européenne dans le cadre de sa feuille de route pour le "Green deal" européen. Un programme qui doit permettre à l’UE d’opérer une transition vers la durabilité. De nombreuses dispositions sont au programme : réduction de l’usage des pesticides, des engrais et des antibiotiques, plan de développement de l’agriculture bio... Mais la grande inconnue reste le budget disponible.

La stratégie de la "fourche à la fourchette" attendue au printemps 2020 consistera surtout à adopter des pratiques durables, telles que l’agriculture de précision, l’agriculture biologique, l’agro-écologie, l’agroforesterie et des normes plus strictes en matière de bien-être animal. Le lancement de la nouvelle PAC étant reporté au plus tôt début 2022.
© Gabriel Omnès

La présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, a révélé la feuille de route pour le "Green deal" qui doit permettre d’accompagner l’ensemble des secteurs de l’économie de l’UE vers la neutralité en carbone d’ici 2050. Bruxelles promet d’aboutir à des "politiques profondément transformatrices" pour l’approvisionnement en énergie propre, l’industrie, la production et la consommation, les grandes infrastructures, les transports, l’alimentation et l’agriculture, la construction, la fiscalité et les avantages sociaux.

 

Évaluation "rigoureuse" des plans stratÉgiques

Le secteur agricole sera principalement touché par la stratégie de la "fourche à la fourchette" attendue au printemps 2020 et qui sera assortie de mesures visant à réduire l’utilisation et les risques des pesticides chimiques, l’utilisation des engrais et des antibiotiques d’ici 2021. Les propositions de la Commission européenne pour la future PAC prévoient qu’au moins 40 % de son budget global contribue à l’action climatique. Le lancement de la nouvelle PAC étant reporté au plus tôt début 2022, la stratégie consistera surtout à adopter des pratiques durables, telles que l’agriculture de précision, l’agriculture biologique, l’agro-écologie, l’agroforesterie et des normes plus strictes en matière de bien-être animal.

260 milliards d'euros supplémentaires, soit environ 1,5 % du Revenu national brut de l'UE en 2018, seraient nécessaires.

Les éco-programmes en première ligne

Pour le commissaire européen à l’Agriculture, Janusz Wojciechowski, "il va falloir décrire plus précisément ce qui peut être inclus dans ces programmes environnementaux pour que les agriculteurs s’en saisissent". Il présentera un vaste plan d’actions pour le développement de l’agriculture biologique. Selon lui, le plus important sera de promouvoir la consommation, qui dans certains pays (en particulier d’Europe centrale et orientale) est encore très faible. Il entend également renforcer les mesures en faveur de la production de protéines végétales afin de "réduire la distance entre la fourche et la fourchette" des consommateurs européens. La stratégie "de la fourche à la fourchette" devra aussi éclaircir le statut (OGM ou non) des plantes issues des nouvelles techniques de sélection (NBT).

Les 10 milliards d'euros de financement prévus pour 2021-2027 dans le cadre du programme de recherche Horizon spécifiquement pour le secteur agricole devraient également contribuer à ces objectifs.

Enfin, la stratégie visera à réduire l’impact environnemental des secteurs de la transformation alimentaire et de la vente au détail en prenant des mesures concernant le transport, le stockage, l’emballage et les déchets alimentaires. Les capacités d’exécution et d’enquête au niveau de l’UE seront renforcées comme l'information des consommateurs sur l’origine des denrées alimentaires, leur valeur nutritionnelle et leur empreinte environnementale.

Une nouvelle stratégie forestière de l’UE sera présentée, à laquelle la PAC contribuera.

 

L'inconnue budgétaire

C’est peut-être la mesure numéro 1 de ce "Green deal" : la Commission prévoit de relever l’objectif climat de l’UE pour 2030 vers une réduction des émissions de gaz à effet de serre d’au moins 50 %, voire 55 %, par rapport à 1990 (contre au moins 40 % actuellement). En 2021, la Commission présentera un paquet de propositions avec des modifications des législations en vigueur, si cela s’avère nécessaire. "Notre responsabilité est de faire en sorte que cette transition soit une transition juste et que personne ne soit laissé pour compte", a prévenu le vice-président de la Commission européenne en charge du "Green deal" Frans Timmermans. L’ensemble des mesures sera donc soutenu par un "mécanisme de transition" qui doit permettre de mobiliser "100 milliards d’euros d’investissement" au cours des sept prochaines années, pour soutenir les régions et les secteurs "les plus vulnérables".

Au total 260 milliards d'euros supplémentaires soit environ 1,5 % du Revenu national brut de l’UE en 2018 seraient nécessaires. Mais les discussions sur le cadre financier pluriannuel de l’UE sont actuellement au point mort . Pour le secteur agricole, Janusz Wojciechowski prévient que "si nous demandons plus aux agriculteurs, il leur faudra plus de soutiens". Pourtant, les moyens dont il disposera ne sont clairement pas à la hausse. Sa première mission sera donc, dit-il, de "protéger la proposition de budget de la Commission européenne pour la PAC" alors que la proposition budgétaire de Bruxelles prévoit déjà une baisse d’environ 15 % de l’enveloppe agricole.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Acceptabilité sociétale : ouvrir, montrer et démontrer
Alors que s’ouvre dans quelques jours en mairie d’Arzal (56) leur dossier d’enquête publique, les associés de la SCEA de Kerollet…
Canettes tueuses, quand l'incivilité tue
Depuis deux ans, le Gaec de Kerforn, à Caudan, a du se résoudre à faire euthanasier six vaches sur la centaine de laitières qui…
Des protéines végétales bretonnes pour réduire les importations de soja
Si la Bretagne importe 95 % des protéines végétales dont elle a besoin pour nourrir ses animaux d’élevage, le GIE SVP est bien…
Valens, le nouveau verrat équilibré d’Axiom
La firme génétique met sur le marché un nouveau verrat dont l’objectif est de répondre aux exigences des producteurs français.…
Rapport sur le suicide d’agriculteurs : les premières pistes
Après six mois de mission, le député Olivier Damaisin s’apprête à rendre au Premier ministre son rapport sur le suicide et le mal…
Un Space sans public mais pas sans lendemain
  Le Space 2020 a bel et bien eu lieu. Il ne restera pas dans les annales, comme si décidément cette édition et surtout son…
Publicité