Aller au contenu principal

Handicap : le maintien dans l'emploi concerne aussi les agriculteurs  !

La MSA d'Armorique a profité de la semaine pour l'emploi des personnes handicapées pour mieux faire connaître les actions qu'elle mène au quotidien en faveur de ses salariés mais aussi de ses assurés, salariés comme chefs d'exploitation.

De gauche à droite : Gaëlle Roignant, référente handicap à la MSA d'Armorique, Jean Le Quemener, directeur adjoint à la relation de services et de l'action sur les territoires, et Yohan Auffret, sous-directeur des ressources humaines 
et des moyens.
De gauche à droite : Gaëlle Roignant, référente handicap à la MSA d'Armorique, Jean Le Quemener, directeur adjoint à la relation de services et de l'action sur les territoires, et Yohan Auffret, sous-directeur des ressources humaines
et des moyens.
© Terra

"Nous faisons travailler 53 personnes handicapées, dont 45 en emploi direct". Depuis sa création, en 2010, la MSA d'Armorique s'est engagée en matière de handicap, tant au moment de l'embauche de nouveaux collaborateurs que dans le maintien dans l'emploi de salariés rencontrant des problèmes de santé. Un engagement qui se traduit dans les chiffres. "Alors que les entreprises ont l'obligation d'intégrer 6 % de travailleurs handicapés dans leurs effectifs, nous en sommes à 9,13 %", indique Yohan Auffret, sous-directeur aux ressources humaines. Ce qui a valu à la MSA d'Armorique de remporter, l'an passé, le premier prix du Trophée handicap.

Prévenir

Mais en matière de handicap, l'action de la MSA d'Armorique ne se cantonne pas à ses propres salariés. "Nous accompagnons aussi nos adhérents", affirme Jean Le Quemener, directeur adjoint. Ainsi, à partir de l'étude d'une situation réelle de travail, les conseillers en prévention des risques interviennent en entreprise pour améliorer les conditions de travail. "Dans le cas d'un long arrêt de travail d'origine professionnelle, une visite de pré-reprise peut aussi être organisée par le médecin du travail afin d'envisager des adaptations du poste de travail, un reclassement, une réorientation...".

Aménager tracteur et salle de traite

Si ces dispositions s'appliquent dans les grandes entreprises de l'agro-alimentaire que suit la MSA d'Armorique, elles concernent aussi les plus petites d'entre elles, ne comptant qu'un ou deux salariés, comme les chefs d'exploitation. "On peut aussi rencontrer des personnes souffrant de TMS, des troubles musculo-squelettiques dans les serres de tomates, indique Jean Le Quemener. En lien avec l'employeur, nous proposerons un aménagement du poste de travail pour éviter les mauvaises postures, parfois juste en le surélevant, ou en proposant une organisation différente, en évitant les mêmes gestes répétitifs tout au long de la journée ou de la semaine".

La salle de traite est, elle aussi, propice aux TMS, notamment au niveau des poignets ou des épaules. "Là encore, nous pouvons intervenir pour aménager le poste de travail". Moins connu, "pour maintenir en emploi des chefs d'exploitation en fauteuil roulant, nous pouvons être amenés à leur proposer un aménagement de la cabine de leur tracteur". Enfin, quand la reprise du travail n'est pas possible, un accompagnement à la reconversion est proposé, sous forme de groupes Avenir en soi. "Au total, sur les deux départements du Finistère et des Côtes-d'Armor, ce sont plusieurs dizaines de dossiers de chefs d'exploitation qui sont traités tous les ans".

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"La délégation de travail accompagne les mutations agricoles"
Élodie Gapihan travaille au Crédit Agricole d'Ille-et-Vilaine. Elle est la seule chargée d'affaires en France, à suivre…
ETA Guillon-Barbot : l'innovation pour modèle économique
Depuis 1977, l'ETA Guillon-Barbot à Vitré (35) fait de l'innovation sa marque de fabrique avec une philosophie qui se veut simple…
OP et AOP seront au cœur de la PAC de 2023
Les organisations de producteurs, Op et les associations entre elles AOP, seront au cœur de la future PAC. Elles pourront…
"L'épandage sans tonne, c'est l'avenir !"
L'ETA Guégan à Saint Onen La Chapelle (35) a inauguré cette année son "épandeur sans tonne avec rampe à patins". Une première…
Le projet Egalim II du député Besson Moreau est sur la table
Le député LREM de l’Aube Grégory Besson-Moreau a enfin divulgué sa proposition de loi sur les relations commerciales dans le…
L’observatoire du coût de revient : "faire œuvre utile"
Apporter sa pierre à l’édifice pour la prise en compte du coût de revient des adhérents dans la construction du prix du lait, c’…
Publicité