Aller au contenu principal

5 bonnes raisons de se former avant installation

Le parcours à l’installation est long et complexe. Il est constitué d’une partie administrative et d’une partie formation. Ce parcours de formation, communément appelé Plan de Professionnalisation Personnalisé (PPP) est une étape obligatoire quand on réalise une installation aidée. Tout porteur de projet peut néanmoins y prétendre. Elle est souvent vécue comme une obligation subie par certains mais pas pour tous. En réalité, il s’agit pour tout porteur de projet d’une opportunité et en voici les principales motivations.

Une installation, quelle que soit la production et le système choisi, c’est un projet de vie, cela a un impact à tout niveau, autant professionnel que personnel. Il faut donc savoir ce que l’on veut pour soi et prendre des décisions en connaissance de cause.

1/ Une toute autre posture

Quand on s’installe juste après avoir fini un bac ou un BTSA, le mot formation évoque un retour en salle de cours, des cours magistraux, la lassitude des bancs de l’école… Mais il y a une grande différence et pas des moindres ! Quand on est dans le système scolaire, on suit des programmes, on a des savoirs à acquérir, une capacité de réflexion à avoir dont on a parfois du mal à saisir le but ou la finalité. Les formations avant installation n’ont pas la même utilité car elles existent pour répondre aux questions relatives à son projet. On ne se place plus dans la position de l’élève passif qui ingurgite de l’information, mais bien dans la dynamique du porteur de projet mettant en relation le contenu apporté avec le concret de son projet. La motivation à connaitre tous ces savoirs n’est donc plus du tout la même. D’aucuns n’y verront malgré tout aucune différence mais il faut bien intégrer que le/la futur(e) chef(fe) d’exploitation, c’est vous et le principal décisionnaire, c’est vous !

 

2/ Des contenus ciblés

De plus, beaucoup de thèmes évoqués lors des formations ne sont pas abordés aussi en profondeur dans les cours. Et pour cause, les contenus pédagogiques sont déjà bien chargés et le temps manque pour tout voir. Les contenus vus en formation avant installation sont apportés par des professionnels, chacun spécialisés dans leur domaine. Ces professionnels font du conseil à destination des exploitants, sont en veille constante quant aux nouveautés et en relation directe avec le monde professionnel entourant les agriculteurs, en plus d’animer des formations courtes. Il semble donc logique qu’ils soient en capacité d’apporter des informations claires et actualisées. Ces données sont un apport précieux pour tout futur installé. Chaque stagiaire peut donc puiser dans les formations, l’information dont il a besoin, qui lui est utile. Inutile de préciser qu’il ne faut pas hésiter à arriver avec ses questions afin d’optimiser ce temps de formation. Les savoirs enseignés en formation scolaire sont indispensables et essentiels mais un professeur n’est ni juriste, ni comptable, ni expert-comptable, ni conseiller en élevage.

Parfois, les questionnements des autres peuvent vous interroger sur votre propre projet, déranger votre point de vue, susciter des débats et c’est tout l’intérêt de ces partages collectifs.

3/ Murir son projet

Cela nous amène à un point essentiel. Ces temps de formation doivent être un temps de questionnements concernant son projet. Ils permettent à tout un chacun de réfléchir sur ses choix actuels et futurs. En clair, il faut prendre ce temps pour mûrir son projet, ses idées. Une installation, quelle que soit la production et le système choisi, c’est un projet de vie, cela a un impact à tout niveau, autant professionnel que personnel. Il faut donc savoir ce que l’on veut pour soi et prendre des décisions en connaissance de cause. Se donner ce temps pour réfléchir et se poser les bonnes questions est essentiel : qu’est-ce que je veux créer ? Vais-je conserver le même système d’exploitation que mes prédécesseurs ? Quel temps de travail ? Pour quel revenu ? Comment bien communiquer avec mes futurs associés et/ou employés ? Qu’est-ce qu’une bonne organisation pour moiv? Combien de semaines de vacances je veux prendre par an ? Quoi mettre en place pour travailler dans de bonnes conditions ? Qu’est-ce que la réussite selon moi ? Quels sont mes objectifs ? Voici un échantillon de questions et il y en a tant d’autre… Prendre un moment pour se poser et y réfléchir est primordial. Une fois installé, souvent le temps manque, même s’il est conseillé de le prendre, c’est plus difficile et on est seul face à nos questions, ce qui n’est pas le cas lors des formations avant installation.

 

4/ Des moments d’échanges

En effet, les formations avant installation sont faites pour les futurs exploitants. Dans une majorité d’entre elles, vous allez vous retrouver avec d’autres porteurs de projets. Des personnes ayant des parcours différents, des questions différentes, des points de vue autres. Ce sont par conséquent des moments d’échanges privilégiés en groupes restreints laissant la place à l’expression et la suggestion d’idées. Parfois, les questionnements des autres peuvent vous interroger sur votre propre projet, déranger votre point de vue, susciter des débats et c’est tout l’intérêt de ces partages collectifs. La dynamique de groupe aidant, des idées émergent et des propositions, suggestions, auxquelles on n’aurait pas pensé, sont abordés. Des contacts entre porteurs de projet peuvent en découler voire même de l’entraide ou des actions collectives. Les rencontres sont riches en interactions et souvent apportent beaucoup humainement, techniquement, idéologiquement…

 

5/ De nouvelles perspectives

L’agriculture est en perpétuel mouvement, les pratiques changent et beaucoup d’innovations ont lieu. Les échanges avec les autres permettent d’en discuter, avec les professionnels animateurs aussi. Les organismes de formations n’ont de cesse de partager les nouveautés techniques. Prendre le temps de s’informer sur des nouvelles pratiques et innovations est un facteur épanouissant pour quiconque est passionné par son métier. Ce temps, on l’a plus avant l’installation et sur un projet, on a aussi la chance d’avoir des financements supplémentaires dans la mise en place de nouveautés. Même quand on est natif du milieu agricole, se former sur de nouvelles pratiques est toujours intéressant ; par exemple soin et santé des animaux, énergies renouvelables, pratiques culturales simplifiées… On exploite de façon différente en 2021 qu’au temps de la génération précédente. L’agriculture n’a eu de cesse d’évoluer et c’est passionnant. S’informer et s’ouvrir au changement, c’est s’ouvrir de nouvelles perspectives d’avenir, s’adapter constamment également. C’est un réel défi de carrière.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
La méthanisation, bonne pour la planète ?
Eau, air sol…, quels services ou pas, leur sont rendus par la méthanisation agricole ? Vaste question que celle des aménités et…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
Elevage bio cherche repreneur
A l’occasion du cap symbolique des 1 000 fermes bio en Finistère, le Gab tire la sonnette d’alarme : en bio aussi, le…
La séparation de la vente et du conseil, un concept plus qu'une réalité
L'indépendance du conseil en phytos, instaurée dans le cadre de la loi Egalim, est en vigueur depuis le 1er janvier. Son objectif…
Publicité