Aller au contenu principal

Méthanisation : favoriser l’acceptation du projet par voisins et élus

Vous souhaitez vous lancer dans un projet de méthanisation pour valoriser vos effluents d’élevage, produire de l'énergie substituable aux énergies fossiles mais vous craignez la réaction des riverains et des élus ? Pour mettre toutes les chances de votre côté, suivez les conseils de Caroline Depoudent, conseillère à la chambre d’agriculture.

Communiquer très en amont de son projet de méthanisation permet de désamorcer bien des tensions avec le voisinage.

Encore peu nombreux dans les campagnes bretonnes, si on se compare à l’Allemagne, les projets de méthanisation cristallisent parfois de fortes tensions au niveau local. S’il n’y a pas de recette miracle pour s’affranchir de ces conflits, s’appuyer sur les facteurs sociaux peut aider à mettre un peu d’huile dans les rouages. En commençant par décortiquer ce qui pose problème.
"Sauf à vouloir se lancer dans un projet très atypique, les caractéristiques du projet de méthanisation jouent très peu dans le déclenchement d’un conflit", constate Caroline Depoudent, en citant le projet Méthasocio*. Par contre, des réticences apparaîtront lorsque le projet veut utiliser des intrants industriels ou extérieurs au territoire. "Mais la sensibilité est différente selon les publics, souligne la conseillère à la chambre d’agriculture de Bretagne. Les élus sont attachés à un lien au territoire, avec l’utilisation de déchets locaux, la fourniture d’énergie aux entreprises ou aux collectivités locales. Les riverains, eux, sont plus favorables aux intrants agricoles locaux".

 

Apaiser les craintes

Néanmoins, quel que soit le projet, on constate toujours une certaine crainte des riverains. "Ils ne sont pas forcément opposés à l’élevage ou à la méthanisation, précise Caroline Depoudent. Mais ils n’en veulent pas près de chez eux". Parmi les craintes le plus fréquemment citées, on retrouve les nuisances : odeurs, bruits, mais aussi circulation routière accrue, dégradation du cadre de vie et de la tranquillité, moindre valeur de leur logement, risque d’explosion ou de pollution accidentelle du milieu… "Il faut que le porteur de projet arrive à objectiver ces craintes : chiffrer le nombre de camions, l’intensité du bruit à telle distance de l’installation…".

Les riverains, eux, sont plus favorables aux intrants agricoles locaux".

En zone peu peuplée

L’acceptation d’un projet de méthanisation dépend aussi du contexte géographique, social et environnemental dans lequel il va s’insérer. "Ce sera plus facile dans une zone géographique peu peuplée, à forte densité d’élevages ou de projets similaires, indique la conseillère. À l’inverse, ce sera plus compliqué si le territoire est perçu comme un cadre de vie ou un endroit récréatif, où on va se balader le dimanche, ou une zone à protéger pour des enjeux environnementaux ou touristiques".
De même, le projet sera plus difficile à accepter dans les communes péri-urbaines, avec un renouvellement récent de population ou des conflits, même sans aucun rapport avec l’agriculture. "Le projet peut servir de prétexte pour faire ressortir des histoires vieilles de 10-15 ans".

 

Impliquer les riverains

La personnalité du porteur de projets rentre aussi en ligne de compte. "Ce sera plus simple s’il habite de longue date sur la commune ou le territoire, s’il est bien intégré dans la vie locale et dispose d’un capital confiance, de la part des élus et des riverains", indique Caroline Depoudent.
Pour mettre toutes les chances de son côté, mieux vaut également choisir des entreprises employeuses au niveau local. Et permettre aux riverains de s’approprier le projet peut limiter l’opposition. "Il ne leur revient pas de s’impliquer dans les choix techniques. Mais pourquoi pas dans le projet, via un financement participatif ou sur le volet insertion dans le paysage".
Pouvant servir de médiateur ou de "facilitateur", les élus locaux doivent aussi être impliqués. "Ce sera d’autant plus facile que le projet aura un impact direct sur leur territoire, en fournissant du gaz à une entreprise locale, en chauffant la piscine municipale…".

 

Informer tôt

Pour éviter les conflits, les porteurs de projet doivent à tout prix être la source d’information des riverains et des élus. "Il faut informer tôt toutes les personnes concernées, afin qu’elle ne découvrent pas le projet par les "on-dit", insiste Caroline Depoudent. Et ne pas hésiter à les emmener voir un projet similaire, afin qu’elles puissent visualiser ce que ça va donner".

* Financé par l’Ademe, le projet Méthasocio est chargé d’étudier le rôle des facteurs humains et sociaux dans la réussite ou l’échec des projets de méthanisation.

 

De nombreux points de vigilance

Pour mettre toutes les chances de leur côté, les porteurs de projets doivent prévoir plusieurs cordes à leur arc : disponibilité, compétences techniques et organisationnelles, capacité à présenter le projet de manière adaptée aux différents publics, soutiens locaux… Sans oublier de lancer l’information locale bien en amont du projet, dans une logique de concertation. "Mais il y a des facteurs sur lesquels ils ne peuvent pas faire grand-chose", constate Caroline Depoudent, en citant l’identité du territoire et sa cohésion sociale, l’historique relationnel et l’insertion sociale du porteur de projet.

 

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
La méthanisation, bonne pour la planète ?
Eau, air sol…, quels services ou pas, leur sont rendus par la méthanisation agricole ? Vaste question que celle des aménités et…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
Elevage bio cherche repreneur
A l’occasion du cap symbolique des 1 000 fermes bio en Finistère, le Gab tire la sonnette d’alarme : en bio aussi, le…
La séparation de la vente et du conseil, un concept plus qu'une réalité
L'indépendance du conseil en phytos, instaurée dans le cadre de la loi Egalim, est en vigueur depuis le 1er janvier. Son objectif…
Publicité