Aller au contenu principal

Stocker, trier pour ssurer sa qualité de grains

- Quel est l'intérêt du stockage des céréales à la ferme pour les producteurs ?

Benoît Nezet. Plusieurs raisons peuvent inciter les producteurs à investir dans des outils de stockage et de triage des céréales. La première concerne les producteurs/transformateurs qui doivent impérativement conserver la qualité des grains et assurer une traçabilité constante entre la culture et le produit fini. L'autre raison principale à l'investissement est le développement des filières céréales, notamment en agriculture biologique. De plus en plus d'agriculteurs vendent des lots commerciaux et les collecteurs/stockeurs n'ont pas toujours la logistique adéquate pour traiter tous les volumes en même temps. Ainsi, il est régulièrement demandé aux exploitations de faire le "tampon" sur deux ou trois mois en stockant dans les fermes.

- Cette tendance s'observe plutôt en agriculture biologique ?

B.N. Si certains agriculteurs en production conventionnelle investissent dans le stockage, la majorité des équipements s'installe en agriculture biologique. C'est une filière où il faut assurer la traçabilité, du grain à la production, or c'est parfois difficile si l'on achète ses céréales, notamment à l'étranger. La garantie de la bonne transformation du grain est également essentielle pour la transformation. Enfin, le stockage et le triage à la ferme permettent d'assurer une meilleure qualité au niveau du nettoyage des grains, notamment en bio où la propreté de la récolte n'est pas toujours optimum et où la diversité des cultures est plus importante. Un critère qui compte lors de la vente de lots commerciaux où des barêmes de propreté sont appliqués, il est donc nécessaire que les mélanges de graines soient bien triés. Le prix des céréales, même si les rendements sont inférieurs à ceux des pratiques conventionnelles, permet également de pouvoir investir plus facilement et d'amortir plus vite ses équipements.

- Le stockage est-il accessibles à tous ?

B.N. Pour ceux qui souhaitent se lancer dans le stockage, quelques règles, notamment sur la maitrise de la ventilation et la gestion des palliers, sont à appliquer. Suivant les outils, ventilation, séchoir, décortiqueur, ou trieur, les connaissances peuvent être multiples mais restent abordables. La rigueur est cependant une qualité essentielle à la réussite de cette activité. Des formations pour connaitre les techniques de base ou échanger entres propriétaires d'équipements existent. La prochaine aura lieu le 23 février prochain en Ille-et-Vilaine.

Stockage et tri du grain à la ferme

 

Un investissement rentable

Une dizaine d'agriculteurs de la Cuma des Ajoncs dans les Côtes d'Armor ont investi en 2017 dans un trieur rotatif mobile. Un équipement uniquement utilisé en bio, qui a coûté 70 000 €, (40 % de subventions par la Région Bretagne et le Conseil Départemental 22). "Le groupe de départ est passé de 10 à 40 personnes, ce qui nous a permis d'amortir plus facilement l'outil et de proposer une prestation intéressante aux adhérents", explique Erwann Henry, en charge de l'outil pour la Cuma. Après une première saison à 150 €/heure, l'utilisation de la machine revient aujourd'hui à 50 €/heure. "Sachant que nous pouvons passer entre 1 et 4 tonnes de volumes en fonction du type de céréales", précise l'agriculteur. Avec un outil saturé, les tarifs de la Cuma sont devenus plus intéressants que ceux des services de prestations qui affichent un coût de 60 €/h. "Outre le prix, nous avons aussi largement gagné sur la qualité du triage. Certaines fermes adhérentes souhaitaient se lancer sur le marché de l'alimentation humaine, il nous fallait donc un triage irréprochable. Aujourd'hui, nos grains peuvent passer directement à l'usine au vu de leur propreté", se réjouit l'agriculteur. En Côtes d'Armor, un outil similaire est en utilisation au Nord-Ouest du département et un projet est à l'étude dans le Sud. La Cuma des Ajoncs, elle, réfléchit à investir dans un outil complémentaire, le trieur alvéolaire, pour servir l'ensemble du département.

 

Pour en savoir plus : Vos contacts par territoires

Côtes d'Armor :
Ouest / Sarah Bascou, 06 73 36 93 88,
Est / David Bouvier, 06 30 12 42 42 - Anne Laporte, 06 33 07 83 14,
Sud / Claire Poyac, 06 77 32 91 21.

Finistère :
Sud  / Paul Landrain, 07 89 67 22 26,
Nord / Benoît Nezet, 06 88 27 89 92.

Ille-et-Vilaine :
Nord / Soazig Perche, 06 22 53 21 35,
Sud Ouest / Lionel Quere, 06 22 53 21 41.

Morbihan :
Christèle Burel, 06 37 79 84 47,
Est / Clarisse Boisselier, 06 30 98 19 24,
Ouest / Caroline Cocoual, 06 32 42 62 15.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Les agriculteurs mettent ‡ l'honneur le Tour de France et leur territoire
C'est un événement majeur pour tous les territoires qu'il traverse. Et cette année la Bretagne a été gâtée en accueillant même le…
Se lancer dans l’inconnu oui mais... avec des partenaires que l’on connaît bien !
Installés depuis quatre ans, Myriam et Vincent Labbé, ont repris deux élevages sur la commune de Plenée-Jugon (22). Leur objectif…
Pour un soutien différencié à l’agriculture biologique

De plus en plus de jeunes entrent dans le métier avec un projet en agriculture biologique (30 % en 2020 en Bretagne). Ce…

Publicité