Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Vêlages à 23 mois : quelle organisation ?

Éleveur de génisses depuis 2015 à Bruz, Stéphane Brizard ouvrait les portes de son exploitation le 13 novembre, sur le thème du vêlage à 23 mois. Une opération menée par le Ceta 35 pour montrer quelle oragnisation a mis en place l'éleveur, pour être performant sans surcharge de travail.

Stéphane Brizard

Auparavant producteur de lait depuis 2002, Stéphane Brizard a arrêté progressivement cet atelier, pour se consacrer à l'élevage de génisses laitières. Seul sur son exploitation, "j'étais un peu lassé par la production laitière, la modernisation de mon atelier était compliquée et j'avais aussi des soucis physiques", explique-t-il. Et de préciser : "en revanche, j'ai toujours eu la passion pour l'élevage de génisses". Il décide donc de s'y consacrer, mais à une condition, imaginer une organisation du travail confortable qui lui permette aussi d'être performant. Stéphane Brizard récupère les génisses à 30-35 jours chez le naisseur et les revend à j-50 avant le terme pour les Prim'Holstein, et J-100 pour les Montbéliardes et les Normandes. Il fonctionne par lots de 32 génisses, réparties en quatre cases, le plus homogène possible. Il a façonné son organisation pour être le moins possible sensible aux contraintes. À commencer par l'alimentation. À leur arrivée, elle sont mises à la diète et reçoivent un thé de foin.
Une mache fabriquée par l'éleveur
Le lendemain, il passe à la poudre de lait, avec un repas par jour. "J'utilise un taxi à lait pour réguler la distribution, la température et la qualité". Ensuite, les génsisses ont une mache, fabriquée par l'éleveur, qui leur donne une ration pour 10 jours. Les vaches de 8-10 mois ont, elles, une ration de maïs, paille, soja, tous les trois jours et demi. Pour Martial Chesnais, animateur au Ceta 35, "il y a beaucoup de choses qui sont transposables chez les éleveurs laitiers pour l'élevage de leurs génisses". Par contre, si Stéphane Brizard passe moins de temps pour l'alimentation de ses génisses, cela ne le dispense pas d'aller les voir tous les jours. Idem pour la reproduction. "Souvent on attend trop", juge l'éleveur. "Dès 10-11 mois, on peut repérer des chaleurs et inséminer à 12-13 mois". Avec son organisation, Stéphane Brizard atteint 95 % de réussite après la 2e IA, sans faire déraper les coûts de production ni le temps de travail.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le boom des plantes aromatiques et médicinales cueillies
La cueillette des plantes sauvages est en plein renouveau. Longtemps marginale, méconnue, elle est en plein essor, portée par le…
Décès de Claude Cochonneau, président des chambres d'agriculture
L'Assemblée permanente des chambres d'agriculture (APCA) fait part, dans un communiqué le 23 décembre, du décès de son président…
Le croisement pour un troupeau facile à vivre
À Trégarvan dans le Finistère, dans les parcelles qui bordent l’Aulne, 115 vaches croisées 3 voies pâturent presque toute l’année…
En Bretagne, 137 communes soutiennent les agriculteurs
À ce jour, 137 communes bretonnes soutiennent leurs agriculteurs. Et ce n'est qu'un début, promet l'association Agriculteurs de…
Phytos : une charte pour garantir des relations de bon voisinage
Le 17 décembre dernier, le Finistère s'est à son tour engagé dans la charte riverains. Signée par la profession agricole et l'…
Le marché du porc breton : optimisme en 2020, mais pas d'euphorie
L'année 2019 s'achève sur un prix du porc inédit depuis 1992, avec un pic à 1,70 euros le 12 décembre dernier. Les vœux du marché…
Publicité