Aller au contenu principal

Vivement 2021 !

Agnès Kerbrat, commission régionale des agricultrices FRSEA

Cette année 2020 arrive à son terme : année compliquée voire douloureuse pour certains d’entre nous avec une crise sanitaire et des confinements qui laisseront des traces pour nos familles, pour nos enfants. Difficile d’en mesurer encore les conséquences humaines et psychologiques.
Nous, agricultrices et agriculteurs, avons sans doute été un peu
"privilégiés". Nous n’avons pas été enfermés. Nous avons, pour la plupart, poursuivi notre activité, mais parfois de façon plus intense. Nous n'avons pas vraiment le choix avec le travail avec du vivant, mais avec des incertitudes fortes sur nos revenus.
La plupart des filières ont réussi à relever le défi pour adapter les productions aux marchés. Soyons fiers : la France n’a pas eu faim. C’est grâce nous et à ceux qui nous entourent, amont, aval, solidairement. Notre situation économique reste pourtant tendue malgré tous les efforts fournis. Elle est même critique pour certains secteurs qui nous sont proches comme la restauration, et certaines filières agricoles, qui ne font pas beaucoup de bruit mais sont durement touchées. Je pense tout particulièrement à ces activités où les femmes sont nombreuses : agritourisme, fermes équestres, ou certaines "petites filières" qui doivent être accompagnées pour permettre la poursuite de leur activité dans de bonnes conditions.
Nos retraités vivent aussi cette année difficilement, partagés entre désir de se retrouver et crainte de s’exposer. Saluons un de leurs combats abouti cet été : la loi qui va permettre de revaloriser les pensions minimales des chefs d’exploitation à carrière complète de 75 % à 85 % du Smic. Une victoire mais qui ne concerne pas l'ensemble des personnes ayant une carrière agricole, et notamment les conjoints collaborateurs et aides familiaux. Les retraites des agricultrices resteront pour beaucoup à un niveau indécemment bas ! Bataillons encore pour que l'ensemble de la carrière agricole soit prise en compte.
Notons que les évolutions techniques, appréciées sur nos exploitations pour faciliter les tâches et soulager nos corps, sont venues au secours de nos relations sociales mises à mal avec la crise. Apéros à distance pour certains, visio-conférences, webinaires… après un temps d’adaptation, le maintien de moments conviviaux et de réflexions collectives ont été possibles sans risque sanitaire… et en économisant du temps et du carbone ! Ces nouvelles pratiques nous amèneront certainement à des réflexions pour la suite.
Les fêtes approchent : elles seront différentes cette année mais adaptons-nous encore une fois pour pouvoir en profiter. Espérons ensuite que l’arrivée du vaccin tant attendu nous permette de tourner rapidement la page et que tous ces beaux messages d’amour envers le monde soignant puis les paysans, les artisans, les commerces locaux, les restaurateurs… ne soient pas oubliés.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
La méthanisation, bonne pour la planète ?
Eau, air sol…, quels services ou pas, leur sont rendus par la méthanisation agricole ? Vaste question que celle des aménités et…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
A Moëlan, le projet de reconquête des friches contesté par le SDPPR
A Moëlan sur Mer, la municipalité a commencé à rendre à l'agriculture une partie des 500 ha de friches que compte la commune, via…
Elevage bio cherche repreneur
A l’occasion du cap symbolique des 1 000 fermes bio en Finistère, le Gab tire la sonnette d’alarme : en bio aussi, le…
Publicité