Aller au contenu principal

Désileuse automotrice : pari réussi !

15 ans que ça dure et encore un bel avenir ! En 1992, la Cuma "Energie 3000" de Châtillon en Vendelais avait parié sur ce système d'affouragement novateur. Aujourd'hui, elle ne le regrette pas. Christophe Berthier, actuel président de la Cuma, raconte cette aventure.

"Une désileuse automotrice ? Une aberration économique !", affirmaient catégoriquement certains au début des années 1990, tandis que l'idée faisait son chemin au sein d'un petit groupe d'agriculteurs de Châtillon en Vendelais. Au début, ils étaient cinq, emmenés par Jean-Pierre Pasquet, à s'intéresser à cette machine. Après mûre réflexion, le projet est concrétisé avec l'achat d'une machine auprès de l'importateur israélien RMH.
"Il fallait oser le faire, se lancer alors que nous n'avions pas de référence", confie Christophe Berthier. En 1992, ils étaient les premiers en Ille et Vilaine à acquérir une telle machine, les deuxièmes en France. Le groupe a alors constitué la Cuma "énergie 3000", résolument tournée vers l'avenir. Elle regroupait 7 exploitations, soit 1,3 ML de quota. Forte de son succès, elle atteint aujourd'hui son optimum en comptant 12 exploitations, soit 22 actifs et 4 ML de quota.

Libérer du temps
Objectif premier : se libérer du temps, "environ 300 heures par an", calcule Christophe Berthier. Ainsi dégagés de la contrainte alimentaire, les éleveurs peuvent se faire remplacer plus facilement car il ne reste plus que la traite à assurer. Certains partagent ce temps libre en famille, d'autres le mettent à profit pour optimiser l'exploitation. Ainsi, "tous les adhérents de la Cuma ont effectué leur mise aux normes", précise Christophe Berthier. Avec la tendance à l'agrandissement des exploitations, l'organisation du travail devient un enjeu majeur que les pionniers de la désileuse automotrice avaient pressenti.

Fiabilité et performance

Du "prototype" des débuts, pas tout-à-fait adapté aux stabulations françaises et dont il était difficile de se procurer les pièces détachées, à la toute récente machine, le matériel a beaucoup gagné en fiabilité et performance. L'ordinateur de bord de la mélangeuse distributrice pèse les ingrédients prélevés de façon précise et modulable. En 10 minutes, les vaches de l'exploitation sont nourries. La machine peut aussi distribuer les rations sèches des génisses et est dotée d'une cuve à mélasse.
Le chauffeur, embauché à plein temps par la Cuma, parcoure en routine son circuit. Il passe à horaires fixes, 6 jours sur 7, avec une ration majorée le vendredi et le samedi. Christophe Berthier insiste sur le choix du chauffeur : "il doit être régulier, efficace, autonome, il est responsable du matériel et de son entretien. Avoir un chauffeur de qualité, c'est un élément indispensable et rassurant."

Chacun y trouve son compte
Côté budget, la facturation mensuelle se fait selon trois critères : 40 % sur le quota, 4 % sur le nombre d'UGB alimentés et 20 % sur le temps de travail réalisé sur l'exploitation. Le coût de la main d'œuvre s'élève à environ 5?/1000 L. Main d'œuvre comprise, le coût moyen est de 14?/1000 L, il varie selon la spécialisation de l'exploitation. Chacun y trouve son compte, en fonction de sa situation : agrandissement, fin d'activité avant retraite, recherche de performance…
Plus qu'un investissement partagé, la Cuma crée une dynamique et une cohésion entre les adhérents, c'est "l'effet groupe". Pour preuve, tous se sont réunis à la mi-juin pour fêter, autour d'un repas, les 15 bougies de la Cuma. "On a réussi notre affaire", se félicite Christophe Berthier. Et Mme Berthier de conclure : "c'est sûr, on ne reviendrait pas en arrière".
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
"Notre région dispose de véritables atouts pour le développement de la méthanisation"
L'équipe du pôle nouvelles énergies du Crédit Agricole en Bretagne, voit chaque jour d'une part se diversifier les projets d'…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
Le photovoltaïque breton cherche à valoriser son potentiel
En décembre 2020 le gouvernement passait en force et imposait une révision rétroactive des tarifs de rachat d'électricité…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
La séparation de la vente et du conseil, un concept plus qu'une réalité
L'indépendance du conseil en phytos, instaurée dans le cadre de la loi Egalim, est en vigueur depuis le 1er janvier. Son objectif…
Publicité