Aller au contenu principal

Énergie-climat, Oust Brocéliande Communauté trace son sillon

La méthode est unique en Bretagne, participative. Car si l’élaboration du PCAET, plan climat-énergie territorial est une obligation*, l’originalité de celui d’Oust Brocéliande Communauté puise dans ses partenariats et l’implication des ses agriculteurs pour définir un programme d’ actions adaptées à leurs attentes. Enjeu ? Réduire d’ici 2050 de 50 % l’émission de GES, gaz à effet de serre.

Parmi les pistes proposées, travailler la gestion des prairies et la place de l’herbe...

Ça chauffe et l’agriculture est à la croisée des chemins. À la fois directement exposée aux conséquences du réchauffement climatique, elle est aussi émettrice de gaz à effet de serre (GES) mais elle peut contribuer à en réduire les impacts. Porteuse de solutions ! Dès 2017, le plan climat-énergie territorial est mis à l’ordre du jour des élus des 26 communes du territoire de Malestroit baptisé Oust Brocéliande Communauté (OBC). "Notre chance, c’est d’avoir un territoire très agricole", estime Yves Hutter, vice président à la transition énergétique et maire de Sérent, "Et donc disposer d’un levier pour agir efficacement, l’agriculture représente ici plus de 50 % des GES quand le transport ne pèse que pour 18 % des émissions". Autre avantage ? "On se connaît bien", renchérit Valérie Gru, élue chambre d’agriculture, éleveuse de porcs à St Marcel. Restait à définir la méthode à adopter pour entraîner l’adhésion et l’ engagement des agriculteurs au plan d’actions. La démarche sera participative. "Elle est non contrainte et se base sur le volontariat des agriculteurs à partir de l’analyse de leurs pratiques et de leurs attentes", cadrent les porteurs de la démarche en cours. Une méthode dont l’originalité a séduit, lauréate d'un appel d’offres. Et elles ne seront que deux communautés de communes en Bretagne, Dinan et l'Agglo de Rennes, avec OBC à s’être vue dotées par l’Ademe et la Région de 150 000 e pour les accompagner sur trois ans.

C'est faisable car ils en ont envie.

Méthode unique

Il y a l’originalité de la méthodologie. En premier lieu un groupe pour suivre la réflexion et l’enrichir à chaque étape : "nous avons mis en place un comité partenarial composé d’un agriculteur élu pour chacune des communes, du comité territorial agricole de la chambre d’agriculture et les finançeurs, Ademe et conseil régional", détaille Yves Hutter. Pour sensibiliser les agriculteurs, tous ont été invités à trois premières réunions. "Nous avons recueilli les expressions des 61 personnes qui étaient présentes". Le confinement arrive, compliquant un peu les choses. "À partir des expressions recueillies, nous avons envoyé un questionnaire à 365 agriculteurs sur 527 exploitations que compte le territoire. 203 y ont répondu", présentent ces élus satisfaits de la représentativité, "car 38 % des exploitations du territoire ont été enquêtées". Le tout débouchant sur "une liste d’actions possibles, ce sont les agriculteurs eux-mêmes qui les ont déterminées, c’est faisable car ils en ont envie", appuie optimiste Yves Hutter. Au rang des actions envisagées , planter des arbres, vendre du bois plaquette, installer du solaire thermique, en matière de déjections animales, couvrir les fosses, installer un raclage en V, optimiser les engrais organiques, améliorer l’âge au premier vêlage, le poids moyens des génisses à l’abattage et encore travailler sur la gestion des prairies, la place de l’herbe et l’autonomie protéique… Une mine de pistes à mettre en œuvre pour limiter un réchauffement qui n’est pas inéluctable si chacun agit là où il est.

 

* Pour les collectivités de plus de 20 000 habitants

 

PCAET, des attentes

Énergie-climat

Le premier objectif d’un tel plan est environnemental, il vise :
- L’adaptation au changement climatique
- La production d’énergies renouvelables
- La réduction des émissions de gaz à effets de serre
- Des économies d’énergie
- Le stockage du carbone.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Jean-Elie Le Crom : "J’avais vraiment envie de m’installer"
Son truc ?  "Les vaches et le lait". Une passion ! Jean-Elie Le Crom l’a chevillée au corps. Alors, à 22 ans, il vient de…
Du maïs semé tous les 50 cm pour réduire l’usage des phytos
Si il est courant de semer son maïs avec un inter-rang de 75 cm, Alex Delamarre et Philippe Briand, entrepreneurs agricoles sur…
Tristan Delisle, un producteur de lapins engagé
Tristan Delisle s'est installé en mars 2020 sur l'élevage familial de lapins avec sa mère, en remplacement de son père parti à la…
L’irrigation : "l’assurance récolte de toute la filière"
Fin des six syndicats locaux qui contribuaient depuis 40 ans au développement de l’irrigation en Bretagne. Place à Breizh…
Les éleveurs de volailles en colère contre certains distributeurs
La semaine passée la Confédération française de l’aviculture (CFA) dénonçait "l’indifférence des enseignes Carrefour, Casino et…
63% des abattages de porcs en Bretagne aux mains de trois groupes en 2020
En 2020, à partir des données Uniporc Ouest, le nombre de porcins abattus en Bretagne montre une diminution de l’activité. Dans…
Publicité