Aller au contenu principal

Enseigner l’équitation, tout un art à OSEC Equitation

"J’ai changé d’orientation professionnelle parce que je voulais enseigner l’équitation, accueillir les gens et les connaître". En 2009 Soazig Hardouin réalise sa reconversion quittant son emploi de gestionnaire du personnel pour devenir monitrice d’équitation. En 2011, elle ouvre son centre équestre à Moustoir-Ac dans le Morbihan. OSEC équitation compte aujourd’hui 37 chevaux pour 190 cavaliers.  

Soazig Hardouin, 42 ans, dirige le centre équestre OSEC à Moustoir-Ac (56), ici avec son cheval A love You d’OSEC.

"Je monte à cheval depuis mes 4 ans". La passion pour l‘équitation de Soazig Hardouin a commencé dès sa tendre enfance et ne s’est jamais arrêtée. Jeune adulte, après l’obtention de tous ses galops (niveaux), elle est groom (personne chargée de la préparation et des soins d'une écurie de compétition ndlr). Titulaire de deux DUT, elle travaille sept ans comme gestionnaire paie et responsable du personnel. Pour mener à bien son projet d’ouverture d’un centre équestre, Soazig Hardouin réalise en 2009 un BPREA au centre de formation de Kérel de la chambre d’agriculture du Morbihan doublé d’une étude de marchés avec les haras nationaux.

Parcours à l’installation

Ce parcours a permis d’avoir un appui global à l’installation, de s’installer avec les aides JA et de valider le projet par des structures officielles avant de le présenter aux banques. En 2011 elle passe son BPJEPS (Brevet Professionnel de la Jeunesse, de l'Éducation Populaire et du Sport) et s’installe. Elle ouvre une structure "où les relations humaines priment, un centre équestre d’enseignement. Avec l’objectif d’éviter toute concurrence entre cavalier, privilégier l’entraide et l’égalité", poursuit la jeune femme. Elle s’inscrit au RDI (répertoire départ installation), visite plusieurs exploitations agricoles mais ne trouve pas son bonheur. Alors, le centre équestre OSEC équitation sera construit de toute pièce près de son habitation, sur les cinq hectares dont elle est déjà propriétaire avec son mari, après un an de travaux.

Monitrice mais pas que !

"Mon métier de base c’est monitrice d’équitation mais sur 70 heures de travail par semaine je ne réalise que 10 heures d’enseignement", décrit de son quotidien Soazig Hardouin. Au-delà des cours d’équitation, le cœur du métier est de soigner les équidés, entretenir l’écurie, les bâtiments de stockage et la SAU. Elle monte à cheval une heure par jour pour travailler les jeunes chevaux qui serviront au renouvellement du cheptel du centre équestre. Comme tout chef d’entreprise agricole, "il faut aussi faire beaucoup d’administratif, de comptabilité et la gestion de la main d’œuvre salariale", avec une salariée à 82 % équivalent temps plein, monitrice enseignante et un apprenti, élève moniteur. Le centre équestre compte aussi un agent d’entretien à tiers temps pour les box, sortir les chevaux au pré et l’entretien du parcellaire.

16 ha de parcellaire

"On ne produit pas de fourrages et nous déléguons les semis, l’amendement et le bottelage de la paille à une ETA", détaille Soazig Hardouin sur la conduite des 16 hectares du centre équestre, tout herbe. Ils servent au pâturage des chevaux de club et aux chevaux d’élevage pour le renouvellement du troupeau d’enseignement (un équidé par an). Une déclaration PAC est effectuée pour ces surfaces et une MAEC (Mesures Agro Environnementales et Climatiques) a été signée en 2015. Tous les fourrages sont achetés : 180 rounds de foin via un partenariat avec un agriculteur et 60 tonnes de paille sur pied. Le fumier est exporté chez un maraîcher proche afin de ne pas avoir à gérer son stockage. 12 tonnes d’aliment sont également achetées. Des vétérinaires, un dentiste équin, maréchal-ferrant et un ostéopathe équin interviennent auprès des chevaux.

Repères

➤ Une cavalerie de 37 équidés ➤ 16 hectares d’herbe de SAU ➤ 2 carrières en sable et un manège ➤ 120m² de zone d’accueil ➤ 24 box et 2 stabulations pour shetlands ➤ 190 cavaliers, 130 licenciés, 25 cavaliers sortent en compétition avec des titres à la clé dont un de champion de France en 2019 aux championnats de France des centres équestres de Lamotte-Beuvron.

repères
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le Finistère surfe sur le Bien manger
Après avoir lancé son PAT, projet alimentaire de territoire, le Finistère a continué sur sa lancée, en faisant de 2020 l’année du…
Légumes de conserve, gérer la variabilité et le prix juste
Une campagne mitigée avec une tendance aux moindres performances des légumes en conserve et surgelé. La Bretagne n’échappe pas au…
Tout Feu Tout Frais traque additifs, conservateurs, colorants et arômes
À Plabennec (29), voilà 20 ans déjà que Brédial et sa marque Tout Feu Tout Frais traquent sans relâche additifs, conservateurs,…
Une farine pleine de promesses
Produire une farine à base de blé issue d‘une agriculture locale et raisonnée, tout en répondant aux attentes du consommateur,…
Bovins mutilés : comment agir ?
Depuis plusieurs mois, des faits de mutilations de chevaux ont été signalés un peu partout en France et font régulièrement la Une…
Les ministres trouvent un accord sur la future PAC

Le 21 octobre à l’aube, les ministres de l’Agriculture des 27 sont parvenus à un accord sur la prochaine PAC qui ouvre la…

Publicité