Aller au contenu principal
Font Size

Certification HVE 2 pour les légumes de Triskalia

Après la démarche Agriconfiance, l’organisation de producteurs de légumes de Triskalia et ses 600 producteurs, viennent d’obtenir la certification haute valeur environnementale de niveau 2. Au champ, des itinéraires techniques restrictifs et une réduction maximale d’intrants de synthèse. Mais pas que. Un "petit plus", espèrent les producteurs, pour toucher le marché de la restauration hors foyer.

organisation de producteurs de légumes de Triskalia
"600 agriculteurs dont Thomas Bouix (ici en photo), 600 HVE 2, tous dans la même logique et la même démarche, c’est unique en France, c’est une réalité sur l’intégralité de la production", apprécie Georges Galadon, président de Triskalia.
organisation de producteurs de légumes de Triskalia

Kerfulus, des alignements parfaits de choux offrent au paysage leurs reflets bleutés. "Je n’ai pas eu une seule attaque", confie Thomas Bouix, deux mois après l’implantation de sa parcelle faite au cordeau grâce à l’interface et la caméra de guidage. "Ça facilite le désherbage mécanique, zéro chimique. D’abord du binage puis j’ai butté. J’ai ma bineuse mais l’OP met à disposition du matériel". Pas d’attaque et pourtant, "je n’ai passé aucun traitement insecticide en deux mois", témoigne ce jeune éleveur installé après tiers à Cléguérec (56) en 2016.

 

Sur la base d'Agriconfiance

La coopérative Triskalia compte 600 producteurs de légumes, tous engagés dans la démarche Agriconfiance "à laquelle nous nous sommes attelés il y a près de vingt ans. Nous sommes fiers de ce que nous faisons", insiste Georges Galardon, président de Triskalia. Fertilisation organique et éventuellement apport minéral sur le rang, "ont permis de réduire de 20 à 30 % l'utilisation d’engrais. Cela passe aussi par des choix variétaux adaptés, pour limiter, voire supprimer, si possible, les insecticides, par des sondes pour irriguer ce qu’il faut au bon moment…", note Julien Prat. "En épinards, la protection fongicide a été arrêtée sur plus de la moitié des surfaces", poursuit le responsable de l’organisation de producteurs de légumes de la coopérative.

 

Quatre piliers de la certification HVE2

Gestion de la fertilisation, stratégies phytosanitaires, gestion de la ressource en eau, ce sont trois des quatre piliers de la Certification environnementale de niveau 2 que le ministère de l’Agriculture vient de reconnaître à l’organisation de producteurs. Pour être complet, s’ajoute le volet biodiversité. "Dans les années 70, le remembrement a été excessif ici. Quand je me suis installée en 86, j’ai créé des haies et des talus pour limiter l’érosion de ma terre et protégé les fossés", détaille Gilles Le Meur, éleveur et voisin de Thomas Bouix. "Les oiseaux s’y nourrissent, dans mes champs aussi. Je ne mets plus d’anti-limaces depuis quinze ans. Et j’ai aussi des oiseaux de proie, des buses qui dérangent les pigeons, aucune attaque sur mes petits pois. Sans parler des mulots et autres rongeurs qu’elles boulottent", note cet adepte du dialogue avec chasseurs et apiculteurs. "Quand j’ai appris que les abeilles n’avaient plus suffisamment à manger en cette période, j’ai mis en place des couverts végétaux à floraison d’automne". Autant d’évolutions de pratiques et d’engagements environnementaux, y compris sur le transport des légumes, qui motivent cette reconnaissance mais pour lesquels ces agriculteurs "qui on fait des efforts attendent un petits plus", insiste aussi Gilles Le Meur, pour un retour de la valeur.

Il faut maintenant que les achats se mettent en place.

 

Pousser l'avantage sur la restauration hors foyer

Pour y parvenir, la filiale Gélagri, transformatrice des légumes Triskalia, et les légumes surgelés Paysan Breton, entendent bien pousser l’avantage de ces mutations. "Nous sommes dans un contexte où nous constatons tous les jours l’évolution de la demande des clients qui veulent consommer local, qui veulent du sens. La coop est porteuse de valeurs, et nos produits sont de qualité". Avec l’obligation pour les collectivités en charge de la restauration hors domicile de réserver 50 % de la valeur des achats à des produits de qualité (20 % pour la bio et 30 % pour d’autres catégories de signes d’identification de la qualité et d’origine (Siqo, HVE et Certification environnementale 2), la coop entend pousser son avantage. "Notre discours a plus d’échos. On a une part à prendre mais il faut maintenant que les achats se mettent en place", lance Régis Pennarun de Gelagri, à destination des collectivités, entre-autres.

Production de légumes de Triskalia

600 producteurs en Bretagne

120 000 tonnes sur 8 000 ha

12 % en bio

9 légumes et 5 aromatiques

50 salariés

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Cette année, les moissons de céréales affichent de faibles  rendements
Avec le retour du soleil, les moissonneuses sont nombreuses dans les champs de la région ces derniers jours. En revanche, même si…
Nouveau cadre financier pour 2021-2027 : Quelles conséquences pour la réforme de la Pac ?
Les discussions entre les dirigeants européens qui ont abouti à un accord le 21 juillet ont porté sur les enveloppes budgétaires…
Revenu des agriculteurs : l’objectif de deux Smic est hors d’atteinte
Les revenus bruts par actif agricole non salarié avoisinent plutôt le Smic. Seuls les producteurs de porcs, de volailles standard…
Dans le Finistère, un appel à projets pour les exploitations innovantes
Souhaitant accompagner les mutations de l’agriculture, le conseil départemental du Finistère vient de lancer un appel à projets…
"L’agriculture est un élément déterminant du plan de relance"
A peine 24 heures après avoir été nommé au ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, Julien Denormandie recevait la…
Du maïs poussant, en floraison  sur la moitié sud et est Bretagne
Si cette année, les céréales ne sont pas à la fête, le maïs, avec des situations tout de même hétérogènes, laisse entrevoir à ce…
Publicité