Aller au contenu principal

La Cooperl au mieux de sa forme

Le 1er groupe coopératif en porcs vient de franchir le cap du milliard d'euros de chiffres d'affaires. Et annonce ristournes, investissements et créations d'emplois.

Emmanuel Commault, Guy Dartois, président de la Cooperl et Jean-Claude Commault, directeur général. Emmanuel Commault prendra la direction du groupe à la suite de son père (début 2008).
Emmanuel Commault, Guy Dartois, président de la Cooperl et Jean-Claude Commault, directeur général. Emmanuel Commault prendra la direction du groupe à la suite de son père (début 2008).
© TERRA
La Cooperl, basée à Lamballe, affiche une excellente santé. Pour la première fois, son chiffre d'affaires en 2006 dépasse le milliard d'euros, auquel s'ajoute un excellent résultat financier de 14,6 millions.
Jean-Claude Commault, directeur général de la Cooperl, à la tête du groupe jusqu'à la fin de l'année, précise : "40% de ce résultat retourne à nos éleveurs". Chiffre record, lui aussi, le montant de la ristourne s'élève donc à 1,80 € par porc livré et sera redistribué aux 1 230 adhérents(1). De même, chacun des 2 600 salariés bénéficiera d'une somme répartie en part égale, soit un montant de 920 €.
Plusieurs explications à cela. D'abord, un investissement constant, de 150 millions d'euros depuis dix ans ; un circuit bien structuré à l'export (35% du CA) avec notamment des filiales hongroises et anglaises performantes ; des frais financiers peu élevés sont autant d'atouts décrits par Jean-Claude Commault. Mais ce n'est pas tout. L'activité charcutiers en progression de 1,76% (3,3 millions de porcs) s'ajoute à l'augmentation du volume global des tonnages d'aliments, en progression de 3% (1,5 million de tonnes) dans un marché baissier.

Economie d'énergie et création d'emplois

L'investissement suit la tendance. Un pic de 30 millions d'euros est annoncé en 2007 (22 millions en 2006). La coopérative entend réaliser des économies d'énergies fossiles. Le gaz nécessaire à la production de vapeur d'eau sera remplacé par un autre combustible :des graisses provenant des abattoirs, des industries et des stations d'épuration. 10 à 12 000 tonnes seront brûlées chaque année.
Le groupe coopératif va également s'étoffer d'ici 2007-2008. Six millions d'euros sont investis, sur le site de Lamballe, dans une usine d'extraction de protéines de couenne de porc, avec à la clé la création d'une vingtaine d'emplois et cinq millions d'euros sur le site d'Iffendic (35), dans une structure de congélation (capacité de 6 000 tonnes), soit une trentaine de nouveaux postes. Des investissements importants en matériel sur les unités de produits élaborés et de salaisons à Lamballe sont annoncés.

(1) Les résultats GTE NE 2006 : IC : 2,91; porcs produits/truie/an : 21.2; prix moyen aliment : 0,161; coût kg croît : 0,469.
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
"Notre région dispose de véritables atouts pour le développement de la méthanisation"
L'équipe du pôle nouvelles énergies du Crédit Agricole en Bretagne, voit chaque jour d'une part se diversifier les projets d'…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
Le photovoltaïque breton cherche à valoriser son potentiel
En décembre 2020 le gouvernement passait en force et imposait une révision rétroactive des tarifs de rachat d'électricité…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
La séparation de la vente et du conseil, un concept plus qu'une réalité
L'indépendance du conseil en phytos, instaurée dans le cadre de la loi Egalim, est en vigueur depuis le 1er janvier. Son objectif…
Publicité